La rédemption des nymphéas

Mario Pelletier

C’était au printemps de 1967. J’étais parti pour le Mexique avec un ami. Montréal-Mexico : trois jours en autocar (pour 66 $). Il y avait des arrêts tout le long du parcours. À Chicago, il était assez long pour nous permettre une visite au fameux musée Art Institute. Prenant le repas du midi dans une cafétéria à proximité, nous avons entendu soudain des cris, des coups, un fracas de vaisselle cassée. Plusieurs personnes, y compris des policiers qui étaient sur les lieux, se sont ruées vers la cuisine d’où venait le grabuge. 

Je vois encore les deux cuisiniers étendus par terre dans une flaque de sang : leurs longs tabliers blancs ensanglantés par les blessures qu’ils s’étaient infligées avec de grands couteaux à dépecer. Inutile de dire que le lunch à la cafétéria m’est resté sur le cœur. C’est hanté par les images horribles de la rixe que je suis arrivé au musée. Mais là, un moment de grâce m’attendait. J’entre dans une pièce, et c’est la beauté pure : les Nymphéas de Monet occupent tout l’espace comme un jardin d’eau féérique.

Longtemps je suis resté à contempler ce vaste tableau des nénuphars que le pinceau de Monet avait transfigurés à la surface d’un étang. Hypnotisé par cette beauté qui repoussait loin la laideur de ce que je venais de voir. Une sorte de rédemption par rapport à la scène sanglante, hideuse, qui m’était restée en tête. Autant j’avais été saisi par l’horreur, autant maintenant j’étais pénétré de beauté. Je suis peut-être resté une demi-heure en contemplation, je ne sais, le temps n’existait plus. J’avais basculé momentanément dans un monde touché par la grâce, ressuscité en quelque sorte par un artiste inspiré. Était-ce la résurrection en gloire que la mystique chrétienne nous promettait ? Cette transfiguration du visible, de l’audible, du sensible qui est à la source de l’art. À la source des grands envols, de plus touchantes vibrations de la poésie, de la fugue, de l’image peinte ou filmée.

Plus tard, j’ai appris que Claude Monet avait consacré les trente dernières années de sa vie (de 1895 à 1926) à peindre la série des Nymphéas qui compte quelque 250 tableaux, et surtout qu’après la Grande Guerre il avait offert cette œuvre monumentale à la France. Un baume de beauté et de lumière sur les douleurs et noirceurs de l’époque. Le conflit le plus meurtrier que la France ait jamais connu. Des millions d’hommes fauchés dans la fleur de l’âge. Il avait donné son œuvre à la patrie martyre, en guise d’espoir, comme promesse de renaissance que la nature nous offre constamment. Il l’avait écrit à son ami Georges Clemenceau, au lendemain de l’armistice du 11 novembre 1918. Et l’homme d’État avait usé de toute son influence pour que le musée de l’Orangerie consacre une aile entière au chef-d’œuvre du grand peintre impressionniste. On avait construit deux pièces ovales à cet effet.

Depuis, dans ce musée de Paris comme au Art Institute de Chicago, les Nymphéas sont un jardin d’Éden perpétuel pour nous faire oublier, ne serait-ce qu’un instant, les violences du monde. Comme ils avaient fait pour moi, à Chicago, en mai 1967.

À lire également du même auteur

Le vrai Jean Le Moyne
« Luxe de sainteté ». Dans son article sur Marie de l’Incarnation ( Arg

Philippe Grasset ou les identités contre le Système
Voici une grande fresque historique qui explique aussi bien les catastrophes écologiques que

L'ère des algorithmes
Au coeur de la cacophonie robotique du monde numérique, Mario Pelletier fait retentir une parole an

Aquin, Mishima et la nostalgie de l'héroïsme
Fatigue culturelle, décadence nationale et auto-immolation




Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.