• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Ars moriendi (Extraits)

    Marcel De Grève

    C’est le théologien français Jean-Charlier de Gerson qui, en 1408, proposa l’expression ars moriendi et en donna la définition dans son Opusculum tripertitum de praeceptis decalogii, de confessione et de arte moriendi. (probablement écrit à Constance). Il témoignait ainsi d’un nouveau souci du clergé pour les malades et les mourants ainsi que pour le sens à donner à la mort, à travers les cérémonies. Peu après, Johannes Nider obéit à la même préoccupation avec Nobilissimus liber de arte moriendi. L’ouvrage de Gerson était abondamment illustré de bois, illustration considérée comme un des chefs-d’œuvre de l’art graphique flamand, qu’on a pu attribuer à Rogier van der Weyden.


    [...] le livre de Gerson a inspiré, dès le début du XVe siècle, deux petits ouvrages de piété, publiés anonymement mais qui obtinrent une grande diffusion et suscitèrent des traductions dans toute l’Europe jusqu’en 1538 : un Ars moriendi et un Tractatus artis bene moriendi. Une des traductions françaises fut attribuée à Guillaume Tardif. Dans ces deux textes, les auteurs relient l’art de bien mourir à un art de bien vivre, en fonction de la mort et du salut dans l’au-delà : on y reconnaît les [thèmes] ascétiques traditionnels. [...]

    L’Ars moriendi (dont l’édition princeps illustrée date de 1450 et a été publiée à Londres en 1881 par W. H. Rylands), présente à travers le texte et la gravure située en regard, la situation du mourant comme un drame durant lequel Satan et un ange se disputent son âme, l’un lui offrant des « tentations » et l’autre de « bonnes inspirations ». Le texte mêle à ces aspects des réflexions extraites des Evangiles, des citations des pères de l’Eglise, d’Augustin* et de Gerson lui-même.

    Gerson influença davantage encore le Tractatus… d’abord attribué à plusieurs auteurs du XVe siècle, mais selon le chercheur autrichien du XXe siècle, Rainer Rudolf, probablement attribuable au seul Nikolaus von Dinkelsbühl, professeur de théologie de l’Université de Vienne. [...] Le Tractatus s’adresse à tous, mais également aux ecclésiastiques. Il perdit de son influence lorsque Erasme* bouleversa cette vision cruelle et ascétique de la vie et de la mort, en présentant celle-ci comme seulement le dernier moment de la vie chrétienne.

    [...]

    Le Miroir de la bonne mort (1683) du Français G. de la Vigne, avec des illustrations baroques de Romeyn de Hooghe et l’Ars bene et christianae moriendi (av. 1688) du dominicain flamand K. Myleman (de Bruges) prolongent la tradition des artes moriendi. Et toujours au XVIIe siècle et au XVIIIe siècle, les artes moriendi ont plus ou moins survécu dans des exhortations aux malades et aux mourants.


    BIBLIOGRAPHIE

    Bascetta, Carlo: « Art de bien vivre et de bien mourir », in : Grente, Georges. – Dictionnaire des littératures françaises. Le Moyen Age.- Paris : Fayard, 1964, pp.73-75.

    Chartier, A. « Les arts de mourir », in : Annales E.S.C., janvier -février 1976.

    [...]

    Mâle, E. – L’art religieux de la fin du Moyen Age en France, Paris : A. Colin, 1922.

    [...]
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30
    Loading

    Documents associés

    • Ars moriendi (Extraits)
    • [...] le livre de Gerson a inspiré, dès le début du XVe siècle, deux petits ouvrages de piété,...
    • Mourir philosophe
    • «Je veux mourir philosophe» — cela signifie-t-il «mourir avec philosophie»? Pas vraiment....
    • Mort naturelle
    • Au XVe et au XVIe siècle, ni prêtre ni médecin ne sont censés assister l'homme pauvre qui se meurt....
    • La fin
    • J’ai 45 ans, je suis le résumé de mon passé. La mort, c’est la totalité de mon passé,...
    • L'art de mourir
    • Il n'est rien de quoi je m'informe si volontiers que la mort des hommes: quelle parole, visage,...
    • Le dernier souffle
    • J'avoue qu'il m'est encore difficile d'aborder cette question selon mon Je essentiel.Certes,...
    • Elckerlyc (Everyman)
    • Historique Elckerlyc, qui signifie «Tous et chacun»,«Chacun de nous», «Monsieur chacun», emprunte...