Résistance du monde et harmonie intérieure

Gustave Thibon
Quand ce qui lie se confond avec ce qui délie
«Quand la fortune nous exempte du travail, la nature nous accable du temps», disait Rivarol. «Nous sommes toujours dans le malheur, précise Schopenhauer, parce que nous oscillons entre ses deux causes principales: la misère et l’ennui». Dans le même esprit, Gustave Thibon nous dit que la résistance extérieure est essentielle à l’homme et à sa densité intérieure. «La résistance du monde extérieur crée donc en grande partie notre harmonie et notre simplicité intérieures. Cette résistance abolie, les démons de l’ennui et du raffinement surgissent du fond de nous-mêmes et nous rongent comme des termites. La guerre que nous ne subissons plus du dehors, nous la créons du dedans. Nous ressemblons à la gerbe qui se plaindrait du lien qui l’enserre. Le lien coupé, les épis se dispersent et leur opulence meurt... Car le lien opprime la gerbe, mais il la fait.» (Gustave Thibon, Retour au réel, Lyon, Lardanchet, 1946, p. 213.).

Autres articles associés à ce dossier

La présence réelle

Jacques Dufresne

Être en rapport avec le réel, c’est aussi sentir le frémissement de la vie en soi et hors de soi. Pas seulement la vie des êtres humains, des an

À lire également du même auteur

Vie urbaine et surmenage affectif
Voici une belle analyse des menaces qui pèsent sur l'authenticité des êtres

Identité et conscience de soi
Prendre conscience de son identité , n'est-ce pas déjà la perdre ?

Le mal socialisé
En ce début du XXIème siècle, l'adjectif systémique, souvent associ&

Invariant
Sculpter l'âme par la pensée et la pensée par l'âme

Victor Hugo, visionnaire
Extraits d'une conférence prononcée à un colloque organisé par L'




Nos suggestions