Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Modernité







«Le mot moderne, cette notion nouvelle, suppose un temps "vectoriel", un temps qui se déroule, qui avance, qui dessine une sorte de flèche vers l'avenir; et il suppose aussi que l'on compare de manière positive le proche et que l'on porte un jugement moins favorable sur le plus ancien. Or cela, cette notion - sur laquelle nous reviendrons plus loin - et les mots pour la porter, comme le mot de progrès, au sens que lui donnera plus tard le 18ème siècle, on ne la trouve que dans la Bible, dans l'Ancien Testament, dans la pensée de l'ancien Israël. Partout ailleurs, c'est-à-dire dans toutes les autres cultures, une telle notion et les mots pour la dire sont empruntés et sont le résultat d'une acculturation. » Tiré d'une conférence de l'historien Pierre Chaunu, La modernité, qu'est-ce que c'est?

Essentiel

Apprendre à vivre la modernité
«Apprendre à vivre n'est peut-être pas autre chose, pour certains hommes et certaines femmes de la modernité, que renoncer à en fournir les raisons et à en fuir ainsi le terme. Il faut d'ordinaire, pour y parvenir, beaucoup de temps, et un certain nombre de désillusions. Longtemps la pente paraît irrésistible, qui conduit l'esprit du présent qui lui est offert au futur de l'espoir et du rêve ou au passé des remords ou des regrets, de la complaisance ou des nostalgies. Nous faisons comme si, de ce que nous apporte l'instant chaque fois nouveau, la vraie vie était absente et qu'il fallait la chercher ailleurs et dans un autre temps. Comme il nous faut des déboires pour consentir à l'évidence que nous ne sommes jamais ailleurs que là où nous sommes, ni dans un autre temps que le présent. Vouloir corriger ou récupérer son passé est une tâche stérile; s'enchanter d'un futur qui n'est pas encore et qui ne sera peut-être jamais n'est pas moins futile. Par l'une ou l'autre fuite, on manque à vivre la seule vie qui soit donnée et qui n'est jamais que là où l'on est, et dans l'instant où l'on y est. Il faut sans doute avoir vécu du grand rêve métaphysique et religieux, et en avoir un jour désespéré, pour s'avouer que l'on n'a pas d'autre vie que là où on est, au moment même où on y est que l'instant fugitif qui est offert n'est pas suspendu à l'éternité immobile et que l'on n'a pas à chercher dans l'ailleurs d'un ciel ou d'un rêve une vie qui n'est jamais qu'ici. La vraie vie n'est pas absente; on manque seulement à l'accueillir là où elle est, dans le vierge, le vivace et le bel aujourd'hui, selon le vers admirable du poète. Si le vierge aujourd'hui qui m'est seul donné m'accable, hier ou demain m'en paraissent plus beaux. Mais, par un juste retour des choses, ce vivace aujourd'hui m'accable d'autant plus que je cherche à m'en évader, dans l'hier ou le lendemain. Comme ces touristes pressés, partagés entre la saturation de trop de choses rapidement entrevues et le désir d'en voir d'autres encore: c'est toujours à la prochaine étape que les attend le véritable plaisir, et le goût de s'y attarder. Toujours là où, précisément, ils ne sont pas.»

GAÉTAN DAOUST,"Entre la mort de Dieu et le triomphe de la science: un homme
en quête d'identité"
, L'Agora, vol 1, no 3, décembre 1993

Articles


Comment vivre sans repères?

Dominique Fernandez
Extrait d'un entretien accordé à Christian Authier de L'Opinion indépendante autour de son roman Nicolas: «Un étudiant russe fait irruption dans la vie d’un couple d’intellectuels parisiens en bouleversant leur existence bourgeoise.

Critique de la modernité - 1

Friedrich Nietzsche

Critique de la modernité - 2

Friedrich Nietzsche

La modernité et le progrès du savoir

Jerzy A. Wojciechowski
Je tenterai de faire la lumière sur ce changement en adoptant le point de vue de la théorie de l'écologie du savoir que j'ai développée pour étudier la problématique du rapport: Homme-savoir. La thèse fondamentale de la théorie est que le sa

La récupération de la pensée moderne

Benoît Duteurtre
Extrait d'une entrevue accordée à Christian Authier (Benoît Duteurtre: un romancier hors des sentiers battus, L'Opinion indépendante, Toulouse, Fr.)

Le soleil de la modernité

Jacques Dufresne
"Copernic, écrit Arthur Koestler, renversa un courant de pensée inconscient en faisant graviter la Terre au lieu du Ciel. Tant que l'on imagina le Ciel en giration, on était amené automatiquement à le concevoir comme une sphère solide et f

Dossiers connexes