Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Confort

"(S)''install(er) dans des sensations agréables, (voilà...) la définition même du confort (....)

Il existe aussi un confort intellectuel: il consiste à réduire les concepts précis qui donnent prise sur le réel à des mots vagues qui dilatent l'imagination. De manière analogue, le confort moral consiste à justifier à ses propres yeux, au moyen de maximes élastiques, des lacunes ou des vices que condamnerait une morale supérieure faite de maximes aux contours précis."

Jacques Dufresne, Synthèse des aspects sociaux des inforoutes, 1996-1997

Essentiel

À l'origine, en français, le mot confort signifiait "ce qui rend fort", comme nous le donne à entendre le sens actuel du verbe réconforter. "Le bon vieillard, vrai confort des craintifs", écrivait Clément Marot. Les Anglais ont ensuite importé ce mot pour lui donner le sens, sous lequel il nous est revenu, de bien-être matériel. Or le bien-être matériel n'est pas ce qui rend fort, il est au contraire, à bien des égards, ce qui affaiblit. À défaut de pouvoir redonner au mot confort son sens originel, l'usage français a réservé au mot luxe un sens qui autorise à dire qu'une maison luxueuse est celle qui donne du confort, au sens de rendre fort. En pratique, les Français, encore aujourd'hui, et c'est un trait aristocratique chez eux, sacrifieront volontiers le confort (au sens actuel) d'une pièce à une magnificence synonyme de luxe, une combinaison de douceur dans ce qui s'adresse à l'âme et d'une certaine dureté dans ce qui s'adresse au corps constituant à leurs yeux la formule de ce qui rend fort. (...)

Dans les pays de la civilisation, comme dirait Nietzsche, un confort matériel limité, n'excluant pas les sports dangereux et les risques de la guerre, peut très bien s'accompagner d'une très haute vigilance morale et intellectuelle. Et ce sont là les caractéristiques des plus grands et des plus beaux moments de l'histoire humaine. Le siècle de Périclès, moment où la vigilance intellectuelle et morale a atteint un sommet inégalé, est aussi un siècle où l'argent a servi au luxe plus qu'au confort, confort très relatif d'ailleurs, puisque tous les citoyens étaient appelés à la guerre et la faisaient avec courage, à commencer par les plus grands génies, tels Eschyle et Socrate.

C'est de la vigilance intellectuelle et morale que dépend la qualité de la vie affective et sociale dans une collectivité.

(... Et l'on doit noter que) le confort matériel s'accompagne aujourd'hui d'un confort intellectuel et d'un confort moral qui ont sur le plan social les mêmes effets que le confort matériel sur le plan vital.

Jacques Dufresne, Synthèse des aspects sociaux des inforoutes, 1996-1997

Articles