• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Vérité



    Définition

    « Vérité en deça des Pyrénées, erreur au-delà !» Quand on voit la façon dont les savants et les philosophes se contredisent au sujet de la vérité, on est tenté d’opposer à cette discorde le consensus entre les hommes ordinaires.

    Les situations dans lesquelles nous avons la certitude de toucher la vérité on une chose en commun: le désaveuglement. C'est ce qui se passe en nous quand nous nous rendons à l'évidence que tel proche nous a trahi, que tel talent nous fait défaut ou quand nous devons renoncer à une hypothèse que nous avions mis des années à construire. Nous nous désaveuglons alors, comme on disait en vieux français. Nos yeux se dessillent.

    L'origine du verbe dessiller constitue une merveilleuse allégorie pour rendre compte des conditions d'accès à la vérité. Dans la fauconnerie, on était souvent obligé, pour pouvoir le dresser, de coudre les paupières de l'oiseau de proie, de les ciller; il fallait ensuite les de-ciller. Nous naissons les paupières cillées. Nous nous élevons vers la sagesse si nous accueillons bien les événements, le plus souvent douloureux, qui de-cillent nos yeux.

    La vérité, comme l'inspiration, est reçue. Il faut l'attendre, l'accueillir, non la chercher. Quand nous la cherchons, nous nous projetons en elle. Elle n’est pas là où nous la cherchons, mais là où nous refusons de la voir.

    Une telle définition a le mérite de rendre compte de l’expérience courante, aussi bien que de la critique philosophique et de l’expérience mystique. Dans la tradition philosophique, on peut la rattacher à Platon, pour qui savoir c'est se ressouvenir, comme à notre contemporain Heidegger . « Ce mot de vérité, il faut le souligner, qui ne provient pas culturellement du mot latin veritas, mais du mot grec alètheia, lequel est pourvu d’un a privatif. […] Alètheia signifie ce qui est non (a) oublié (lètheia), ce qui est non caché, dévoilé, de dire Heidegger ; Somme toute ce qui est révélé (1). »

    1- C. LAROCHELLE, Socrate, Sage et guerrier, Montréal, Éditions les Intouchables, 1999.

    Enjeux

    Les divers scandales financiers des dernières années aux États-Unis , le scandale d’Enron en particulier qui rappelle celui de Panama, un siècle plus tôt, semblent avoir ravivé l’intérêt pour la vérité dans les milieux d’affaires. Comment et pourquoi résister au mensonge, cette chose si naturelle, quand il est rentable et quand la philosophie ambiante ne le condamne que mollement ? Il en est résulté un laxisme qui a provoqué une grave crise de confiance dans les institutions financières américaines et mondiales. Sans un minimum de moralité, le capitalisme perd son efficacité, même au Texas.

    La question de la vérité était aussi au cœur des récentes crises politiques en Europe, de celles notamment qui mettaient en cause l’étiquetage des aliments et le manque de transparence des gouvernements en matière de sécurité alimentaire.

    Tout se passe comme si les doutes entretenus dans le milieu universitaire au sujet de telle ou telle définition de la vérité atteignaient par contagion des métiers comme celui de journaliste où l'on rapporte des faits et des opinions, comme celui de comptable, où l'on additionne des revenus et des dépenses. Dans tous ces cas, la vérification étant possible, le mensonge est inexcusable.

    « Il y a des hommes qui travaillent huit heures par jour et font le grand effort de lire le soir pour s'instruire. Ils ne peuvent pas se livrer à des vérifications dans les grandes bibliothèques. Ils croient le livre sur parole. On n'a pas le droit de leur donner à manger du faux. Quel sens cela a-t-il d'alléguer que les auteurs sont de bonne foi? Eux ne travaillent pas physiquement huit heures par jour. La société les nourrit pour qu'ils aient le loisir et se donnent la peine d'éviter l'erreur. Un aiguilleur cause d'un déraillement serait mal accueilli en alléguant qu'il est de bonne foi (1). »

    Simone Weil se demande ensuite pourquoi l'aiguilleur est puni pour son incurie tandis que l'intellectuel ne l'est pas: « Tout le monde sait que, lorsque le journalisme se confond avec l'organisation du mensonge, il constitue un crime. Mais on croit que c'est un crime impunissable. Qu'est-ce qui peut bien empêcher de punir une activité une fois qu'elle a été reconnue comme criminelle? D'où peut bien venir cette étrange conception de crimes non punissables? C'est une des plus monstrueuses déformations de l'esprit juridique (2). »

    N'est-ce pas à cause de cette impunité que les aiguilleurs de l'intangible, aussi appelés intellectuels, ne suscitent pas dans la population le respect qui devrait aller de soi pour toute personne dont la responsabilité première est de veiller sur la vérité?

    1 et 2: SIMONE WEIL, L'enracinement, Paris, Gallimard, 1949.

    Essentiel

    Etre raisonnable est la plus grande vertu, et la sagesse est de dire la vérité et d'agir conformément à la nature avec attention.

    HÉRACLITE, fragment 112

    Le consensus de la vie courante nous apprend en outre les deux conditions de la vérité : le courage et la foi. L’opération qui consiste à se détacher de ses illusions et de ses intérêts est douloureuse. Elle exige du courage, un courage qui n’est possible et qui n’a de sens que si l’on croit qu’au-delà de l’illusion et de l’intérêt, ce n’est pas le vide, mais l’être qui se révèle. Vue sous cet angle, la vérité est le courage de l’être. Socrate était sage et guerrier. Et c’est un même courage (et une même foi) qui faisait de lui à la fois un bon guerrier et un sage capable de préférer la vérité à sa propre vie.


    Les poètes et la vérité

    Platon reprochait aux poètes d'être menteurs. Entendait-il la même chose que nous par poète et par mensonge? Si bien des poètes ont pactisé avec le mensonge d'autres ont merveilleusement évoqué la vérité.

    L'un des titres de gloire du philosophe Martin Heidegger est d'avoir dévoilé le vrai au-delà de l'exact. Avait-il lu ces vers de Victor Hugo?

    « Renonce à la couleur et renonce à la forme;
    Soit; mais pour soulever le voile, le linceul,
    La robe de la pâle Isis, te voilà seul.
    Tout est noir. C'est en vain que ta voix crie et nomme.
    La nature, ce chien qui, fidèle, suit l'homme,
    S'est arrêtée au seuil du gouffre avec effroi.
    Regarde. La science exacte est devant toi. »


    C'est le prix à payer pour accéder au nombre et à l'exact:

    « La loi vient sans l'esprit, le fait surgit sans l'âme;
    Quand l'infini paraît, Dieu s'est évanoui. [...]

    Ô science! absolu qui proscrit l'inouï!
    L'exact pris pour le vrai! la plus grande méprise[...] »

    HUGO, Toute la lyre.

    * * *

    Et voyez comment le poète Tagore a devancé le philosophe Michel Serres:

    « La vérité aime ses limites : c'est là qu'elle rencontre le beau. »

    RABINDRANATH TAGORE, Lucioles, Feuilles de l'Inde, p. 97.

    « Le vrai exige une limite et la demande à la beauté. »

    MICHEL SERRES, Le tiers-Instruit, p. 190.

    * * *

    « Tout ici-bas étant sous le hasard,
    L'homme, ignorant auguste,
    Doit vivre de façon qu'à son rêve plus tard
    La vérité s'ajuste. »

    VICTOR HUGO


    * * *

    « Je suis la vérité bâtie en marbre blanc;
    Le Beau c'est, ô mortels, le vrai plus ressemblant. »

    VICTOR HUGO, Le temple d'Éphèse

    Documentation

    Balthasar, Hans Urs von. Phénoménologie de la Vérité. La Vérité du monde (Wahrheit der Welt). Paris, Beauchesne, 1952. « Bibliothèque des archives de philosophie » # 1.

    Chestov, Léon. « Qu'est-ce que la vérité? », Revue philosophique de la France et de l'Étranger, nos 1-2, janvier-février 1927, pp. 36-74.

    Chestov, Léon. Athènes et Jérusalem. Un essai de philosophie religieuse. Traduit du russe par Boris de Schloezer. Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1938. Réédité chez Flammarion en 1967, puis chez Aubier en 1992. L'édition de 1992 est précédée de L'obstination de Chestov par Yves Bonnefoy.

    Gadamer, Hans-Georg. Vérité et méthode (Wahrheit und Methode). Éd. intégrale revue et complétée par Pierre Fruchon, Jean Grondin et Gilbert Merlio. Paris, Seuil, 1996.

    Jean-Paul II. La splendeur de la vérité. Lettre encyclique Veritatis Splendor (6 août 1993). Paris, Mame/Plon, 1993.

    Thomas d'Aquin. Questions disputées sur la vérité (Quaestiones disputatae de veritate).


    Textes en lignes

    La vérité et ses critères

    Les quatre vérités

    Leçon sur la vie et la vérité

    Philippe Mengue, Agora et vérité dans les cafés-philo
    « Je ne pense pas, contre la doxa commune régnant dans les cafés-philo, que la vérité, le savoir, ou la sophia rentre dans le cadre dudit café. Et quand on se réfère à l'expression de " recherche de la vérité ", on ne sort pas d'une ambiguïté, qui me semble devoir être avant tout dissipée. Si l'on entend par recherche de la vérité, par exemple, je cite le texte d'invitation au deuxième colloque des cafés-philo (Apt, août 99), " tenter d'aboutir à une vue d'ensemble sur laquelle toutes et tous puissent s'accorder ", ou bien commencer " à nous familiariser avec ce qui est pour tous à découvert de la même façon " - citation qui reprend un passage de Jean Beauffret -, alors je ne crois pas qu'on puisse et qu'on doive s'assigner une telle tâche. Pour le dire en clair : l'opinion ne peut être dépassée dans le cadre du café-philo. Non seulement, on ne peut pas, mais on ne le doit pas. Ce serait confondre ce qui relève en propre de la pensée philosophique et la façon dont le café-philo participe à la philosophie. »
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Antonymes
    Mensonge, erreur
    Allemand
    Wahrheit
    Anglais
    Truth
    Espagnol
    Verdad
    Documents Associés
    Jacques Dufresne
    Le climat de vérité
    Niels Bohr
    Profondeur
    Jacques Dufresne
    Responsabilité, liberté d'expresssion,
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.