Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Connaissance

Jacques Duifresne

Article à l'état d'ébauche


«Oculos habent et non audiunt disaient les psaumes de notre enfance. Ils ont des yeux et ils ne voient pas. Le psalmiste disait aussi: ils ont des oreilles et ils n'entendent pas. Il aurait pu ajouter: ils ont un nez et ils ne sentent pas, ils ont des mains et ils ne touchent pas...et ne sont pas touchés.

Nous sommes loin des choses à notre naissance. Notre moi est si grand qu'il leur fait ombrage. Et notre sensibilité est ainsi faite qu'elle a besoin de prendre appui sur ces choses abstraites que sont les concepts et les mots pour accéder à ce qui lui est directement offert. Elle a besoin de la connaissance médiate pour que s'accomplisse en elle la connaissance immédiate. La fleur que nous nommons, et que nous étudions pour pouvoir la nommer, connaît alors en nous une seconde floraison. On définit toujours la connaissance par anologie avec une activité dont chacun a l'expérience. N'en déplaise à Descartes la connaissance n'est pas la dissection mais la floraison des choses en nous.»
 

Essentiel

« Entre toutes les passions de l’esprit humain, l’une des plus violentes, c’est le désir de savoir ; et cette curiosité fait qu’il épuise ses forces pour trouver ou quelque secret inouï dans l’ordre de la nature, ou quelque adresse inconnue dans les ouvrages de l’art, ou quelque raffinement inusité dans la conduite des affaires. Mais, parmi ces vastes désirs d'enrichir notre entendement par des connaissances nouvelles, la même chose nous arrive qu’à ceux qui, jetant bien loin leurs regards, ne remarquent pas les objets qui les environnent : je veux dire que notre esprit, s’étendant par de grands efforts sur des choses fort éloignées, et parcourant, pour ainsi dire, le ciel et la terre, passe cependant si légèrement sur ce qui se présente à lui de plus près, que nous consumons toute notre vie toujours ignorants de ce qui nous touche ; et non seulement de ce qui nous touche, mais encore de ce que nous sommes. »

BOSSUET, Exorde du Sermon sur la mort, Carême de 1662.

Articles


Connaissance de soi et vie quotidienne

Pierre Bertrand
Un livre de philosophie qui se passe presque complètement de références, car il s'adresse immédiatement à la « vérité », à la « vie » et à « ce qui est ».

La ballade des menus propos

François Villon