• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Réalité

    Définition

    Le réel c'est ce que je sens, ce que je connais par les sens, mais c'est aussi ce qui me résiste. D'où peut-être cette distinction du dictionnaire philosophique Lalande: «L'air est réel, l'arc-en-ciel ne l'est pas.» On les connaît l'un et l'autre par les sens, mais l'arc-en-ciel, accident d'optique, n'offre aucune résistance, tandis qu'il existe une résistance de l'air.

    Les choses sont plus complexes. Réalité est l'un de ces mots qui engage toute la philosophie. Quand je dis que le réel c'est ce que je connais par les sens, j'en exclus les idées pures. Or on peut, comme Platon, penser que ces idées sont réelles, plus réelles même que les apparences sous lesquelles elles se présentent à notre sensibilité. D'où le fait que l'on qualifie de réaliste la philosophie de Platon.

    Mais il existe aussi des arcs-en-ciel dans le domaine des idées; qu'est-ce qui les distingue de l'air? Une forme de résistance que l'on appelle vérité. Dans ce cas toutefois, la résistance n'est pas dans la chose, elle est en nous. L'idée réelle se distingue de l'idée irréelle en ce qu'il y a en nous quelque chose qui lui résiste: l'illusion. Nous n'aimons pas ouvrir la lettre qui va nous donner la mesure précise de notre endettement. Nous préférons l'illusion de la richesse. Nous n'aimons pas non plus le messager qui nous apprend que nous avons été victime d'une grave injustice. C'est néanmoins par l'injustice douloureusement ressentie que l'idée de justice se révèle à nous dans toute sa réalité, dans toute sa vérité. La vérité n'est pas là où nous la cherchons, mais là où nous refusons de la voir.

    «La contradiction est le criterium du réel»(S.W.) Nous résistons à la réalité, précise Simone Weil, parce que nous craignons le vide devant lequel nous place la contradiction qui en est le critère.Bergson disait:«Il faut penser ce qu'on voit et non voir ce qu'on pense.»

    Enjeux

    Le doute sur la capacité de l'homme de connaître le réel semble aussi vieux que la philosophie elle-même. C'est dans le contexte d'un débat sur la connaissance qu'il faut par exemple situer le célèbre aphorisme de Protagoras: «l'homme est la mesure de toutes choses.» Il s'agit d'une profession de foi subjectiviste et relativiste. S'il y a, dit Protagoras, une réalité absolue, nous n'en savons rien et ce que nous appelons le réel se réduit à la perception que nous en avons.

    Les images de nos écrans renforcent notre doute à l'égard de la réalité. Elles sont devenues notre élément, notre réalité quotidienne, au point que le réel est désormais notre au-delà.

    Quand la réalité, âpre et douce, imprégnait toute la vie quotidienne des gens, quand il fallait tirer l'eau du puits, marcher dans les paysages pour mériter de les contempler, les hommes éprouvaient le besoin d'imaginer un au-delà où s'immortaliseraient, transfigurées, leurs plus belles expériences du réel.

    Les disciples de Platon cherchaient dans le ciel des idées, les formes pures qui les aideraient à comprendre les choses imparfaites d'ici-bas. Quelle est donc cette Justice parfaite, dont nous avons la nostalgie? Et comment expliquer cette nostalgie -qui se manifeste sous la forme de l'indignation devant l'injustice- s'il n'existe pas une Justice parfaite dont nous avons conservé quelque souvenir?

    Le premier au-delà, désormais, c'est le réel. Après quelques jours dans la nature sauvage un adolescent disait, plein de dépit, qu'on voit plus d'animaux en quelques minutes dans une bonne émission de télévision qu'en une semaine en pleine nature. Les oiseaux de l'écran, en plus d'être nombreux, ont l'avantage d'être prévisibles. Pour les faire apparaître, il suffit de presser un bouton. Toute-puissance de l'homme aux commandes de la machine! Dans la nature, vous ne savez jamais quand le
    huard va surgir à quelques mètres de votre embarcation pour remplir le soir qui tombe de son chant divin, mais votre joie est proportionnelle à la gratuité de l'instant: «Aimez ce que jamais on ne verra deux fois».

    Essentiel

    La résistance du monde extérieur, signe de sa réalité, est la condition de notre harmonie intérieure.
    "La résistance du monde extérieur crée donc en grande partie notre harmonie et notre simplicité intérieures. Cette résistance abolie, les démons de l’ennui et du raffinement surgissent du fond de nous-mêmes et nous rongent comme des termites. La guerre que nous ne subissons plus du dehors, nous la créons du dedans. Nous ressemblons à la gerbe qui se plaindrait du lien qui l’enserre. Le lien coupé, les épis se dispersent et leur opulence meurt... Car le lien opprime la gerbe, mais il la fait" (Gustave Thibon, Retour au réel, Lyon, Lardanchet, 1946, p. 213.).

    Documentation



    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Antonymes
    Irréalité
    Allemand
    Wirklichkeit
    Anglais
    Reality
    Espagnol
    Realidad
    Documents Associés
    Jacques Dufresne
    Vie, réalité, George Steiner, Marc-Aurèle, idée
    Gustave Thibon
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.