• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Ruskin John

    Écrivain, critique d'art et peintre anglais (1819-1900).


    Biographie

    Caractère de Ruskin

    «Pour la personnalité de Ruskin, s'il est un caractère qui la définisse, c'est celui d'apôtre, d'annonciateur religieux, de prédicateur exalté — prédicateur d'une croyance composée ou combinée par lui-même. Il a dit de ses Pierres de Venise que c'était un «sermon sur les pierres». Toute son œuvre n'est qu'un sermon en quatre-vingts volumes, elle a des prétentions de révélation et de prophétie, elle veut régénérer le monde. Il est vrai que c'est par des moyens fort innocents. Jamais l'Angleterre n'a connu secte moins fanatique, moins sombre, moins morne, j'allais presque dire plus aimable, que celle que rêvait de fonder ce puritain épris de Venise, de Florence, de Fra Angelico, de saint François d'Assise, et qui mettait d'ailleurs toute la violence et parfois l'amertume de sa religion native, toute l'âpreté sarcastique de sa race, à prescrire le culte de ces grâces lumineuses et innocentes. Cependant, avec tout son amour de l'Italie médiévale et de l'art catholique, Ruskin ne se comprend, en définitive, que comme l'un de ces grands sectaires qui, de génération en génération, se lèvent du sol protestant de sa patrie pour entreprendre sur les âmes quelque vaste opération de conversion et de résurrection morale. Ce trait, dans notre pensée, le rabaisse-til? Non pas précisément; car nous l'appliquerions aussi à l'étonnant Carlyle. Il le montre seulement très étranger à des hommes de naissance catholique et latine, de formation classique, et au fond peu intelligible pour eux. La singularité de Ruskin, singularité qui adoucit sa physionomie et qui sera jugée par quelques-uns diminuer son éloignement de nous, c'est d'avoir été le sectaire esthète.

    Pour sa croyance ou sa religion, voici, je crois, comment on en peut résumer les articles essentiels. Fonds de protestantisme puritain que le charme de l'école ombrienne, de Dante et des cathédrales fit évoluer vers une sorte de catholicisme rétrospectif, anté-luthérien, rejetant toute l'œuvre de l'Église à partir du concile de Trente. Aveu et déploration de la défiance ou de l'hostilité manifestée par la Réforme luthérienne et calviniste envers les beaux-arts, sur lesquels Ruskin accuse d'ailleurs les papes et l'Église d'avoir exercé, depuis le seizième siècle, une influence corruptrice. Exaltation des peintres «primitifs» et de l'architecture gothique, considérés comme le sommet de l'histoire de l'art européen. Condamnation de la Renaissance classique, de tous les styles et de toutes les écoles qui en sont sortis, de l'étude et de l'imitation esthétique des anciens (l'art grec est matérialiste!), de l'idolâtrie de la science expérimentale et positive, de l'esprit encyclopédique du dix-huitième siècle, de l'industrialisme moderne et de toutes les nouveautés qu'il a introduites dans la civilisation, ces fléaux divers étant un peu considérés par saint Georges-Ruskin comme autant de têtes du même dragon. Explication de la supériorité et de la grandeur du moyen âge par la vertu morale de cette époque, la simplicité des cœurs, l'absence de la distinction ultérieurement établie entre l'artisan et l'artiste, la perfection d'un état social qui incorporait toujours les efforts et les inventions de l'individu à une œuvre collective et mettait l'esthétique au service de la cité et de la religion. Explication de la dégénérescence des arts, à dater de la Renaissance, par la corruption païenne des sens et de l'esprit, par la vanité et le pédantisme des artistes, par leur préoccupation des règles, leur souci de plaire à des initiés, leur asservissement à la volupté et aux goûts luxueux des princes et des grands, par l'orgueil du savoir et l'amour de la beauté pour la beauté. Nécessité de revenir, non pas à la foi catholique, mais à l'organisation sociale, aux modes de travail, aux mœurs, et aux coutumes du moyen âge.»

    PIERRE LASSERRE, Portraits et discussions, 1914, Mercure de France, Paris, p.155 et suiv.


    * * *


    La mort de Ruskin

    «John Ruskin avait apporté aux hommes une idée noble et presque de rédemption; il leur avait appris que la beauté est inséparable de la vie, que l’art est fait, non pas pour les musées, mais pour les besoins quotidiens de l’existence. Il est important sans doute qu’il y ait au Louvre de beaux tableaux dans de beaux cadres, et tout cela dans un admirable palais; mais il est plus important encore que nous buvions notre vin dans un verre aux formes délicates, et que le jour de nos fenêtres nous arrive à travers de douces fleurs, et que nos maisons soient avenantes et claires, et que de tous nos contacts avec la vie il nous reste, à la fin, une impression d’harmonie et d’unité.

    Ces idées de Ruskin, ou déduites de son enseignement, quelques hommes les aimèrent, mais pas assez fortement. Les résultats ne sont pas nuls, mais ils sont insuffisants. Au moment où j’écris, un Comité, dont j’ai reçu la protestation, est en lutte à Venise, avec les barbares qui veulent faire de la cité intangible une ville moderne pareille à Roubaix et à Cardiff, ces idéaux de toutes les municipalités. Etre sale, être noir, être puant, et être riche; avoir beaucoup de tramways à vapeur pour transporter éternellement des milliers d’imbéciles et de femmes hystérisées par le mouvement. Il s’agit de relier Venise à la terre ferme par un large pont et de combler, sans doute (c’en est la conséquence), tous ces canaux prétentieux. Ruskin a écrit les Pierres de Venise; le temps n’est pas loin où, ce livre à la main, les amants affolés de la beauté chemineront en pleurant au milieu des usines insolentes : les pierres de Venise seront des moellons.

    Les livres de Ruskin resteront pour le plaisir de quelques-uns; son œuvre meurt déjà. Il avait compris que, dans une vraie civilisation, il n’y a pas d’un côté l’artiste, de l’autre l’ouvrier. Il voyait ces deux castes fondues, comme jadis, en une seule, l’artisan. Ce rêve ne peut se réaliser. Le passé sans aucun doute redeviendra le présent, puisque le nombre des combinaisons de l’activité humaine n’est pas infini; mais un état stable de beauté n’est pas possible. Il y a des siècles sacrifiés, dont nous sommes. Cependant, il ne faut pas nous plaindre. La vie, malgré la haine croissante de l’État contre la liberté et la beauté, est moins étroite et moins laide aujourd’hui qu’il y a quarante et soixante ans. L’art du second Empire soulève le cœur; les porcelaines de ce temps prennent sur l’épigastre, en vérité. À cette heure, des formes moins rudes, des couleurs moins ternes nous sont offertes. L’ameublement aussi s’est un peu relevé de sa bassesse. On peut acquérir des rideaux tolérables on peut tendre des murs avec des étoffes où il y a une consolation.

    Tout cela nous le devons à Ruskin. Il faut donc méditer avec tristesse sur cette mort d’un héros. Il a fait pour nous plus que nous ne pouvons faire pour nous-mêmes; il a eu plus d’idées que nous ne sommes capables d’en réaliser. Son œuvre est un trésor que l’humanité n’épuisera jamais.»

    REMY DE GOURMONT, «152. La mort de Ruskin», Épilogues. Deuxième série. 1899-1901. Réflexions sur la vie. Reproduit à partir de la sixième édition (Paris, Mercure de France, 1923, p. 116-118).

    Oeuvres

    Présentation de ses oeuvres (Victorian Web)

    The Ethics of the Dust : Ten Lectures to Little Housewives on the Elements of Crystallization (Project Gutenberg)
    The King of the Golden River : kellscraft.com, Project Gutenberg
    The King of the Golden River, and Dame Wiggins of Lee and Her Seven Wonderul Cats, Philadelphia and London, J. B. Lippincott, 1921) - Baldwin Project)
    Mornings in Florence (Project Gutenberg)
    Val d'Arno: Ten Lectures on the Tuscan Art Directly Antecedent to the Florentine Year of Victories (Project Gutenberg)
    Sesame and Lilies (Project Gutenberg)
    The Two Paths (Project Gutenberg)
    Unto This Last : Le Marsu, McMaster University
    Unto This Last: A Paraphrase, édité par Gandhi, traduction anglaise de Valaji Govindaji Desai (mahatma.org.in)
    The Queen of the Air. Being a Study of the Greek Myths of Cloud and Storm (Project Gutenberg)

    Selections from the Writings of John Ruskin, 1862 (Internet Archive, Million Book Project)

    The Nature of Woman (extrait de "Queen's Gardens", publié dans Sesame and Lilies) - The Norton Anthology of English Literature

    Édition électronique de Modern Painters I (Ruskin Programme, Université de Lancaster, R.-U.)

    Les oeuvres de Ruskin sur CD-ROM (Université de Lancaster, R.-U.)

    Manuscrits

    Lettre de John Ruskin à R.N. Wornum, curateur de la National Gallery, en date de 1857 (Special Collections, John Rylands University Library, Manchester, R.-U.)

    Traductions en langue française

    Sésame et les lys. Traduction, note et préface par Marcel Proust. Paris, Société du Mercure de France, 1906, 224-[1] p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)
    La Bible d'Amiens. Traduction, notes et préface par Marcel Proust. Paris, Mercure de France, 1904, 347 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)

    Oeuvres picturales

    Oeuvres en ligne (Art Cyclopedia)
    Collection John Ruskin, Birmingham, Angleterre (birmingham.gov.uk)
    Deux aquarelles de Ruskin (Olga's Gallery)

    Documentation

    Bibliographie des études récentes (1986-2000) - Ruskin Library, Lancaster University, R.-U.

    Publications anciennes

    Harrison, Frédéric. John Ruskin (1819-1900). Traduit de l’anglais par Louis Baraduc. Deuxième édition. Paris, Mercure de France, 1909, 303 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Collingwood, W. G. The Life of John Ruskin (Project Gutenberg)

    Cook, E. T. The Life of John Ruskin, New York, Macmillan, 1911

    Bunsen, Marie von. John Ruskin, sein Leben und sein Wirken. Traduction anglaise d'une recension de Marcel Proust parue initialement dans La Chronique des arts et de la curiosité, 7 mars 1903

    Publications contemporaines

    Hilton, Tim. John Ruskin, Yale University Press, 2002, 1024 p. Présentation sur le site de l'éditeur.
    Hilton, Tim. John Ruskin : The Later Years, Yale University Press, 2000, 656 p. Compte rendu de Guy Davenport paru dans le Harper's Magazine de juin 2000 (LookSmart)

    Batchelor, John. John Ruskin : No Wealth but Life. A Biography, Londres, Pimlico, 2001, 381 p. Compte rendu de Bernard Richards (English Historical Review, février 2002); autre compte rendu : Anthony O'Hear, "Melancholy roar", New Statesman, 21 février 2000 - LookSmart

    Birch, Dinah (éd.), Ruskin and the Dawn of the Modern, Oxford, Clarendon Press, 1999, ix+194 p. Recension de Keith Laybourn, English Historical Review, février 2000 (LookSmart)

    O'Gorman, Francis. John Ruskin, Sutton Publishing, 1999, 128 p. Compte rendu de Elizabeth Archer, New Books in Nineteenth-Century Studies, University of Southern California Department of English

    Hickey, Dave. "Reading Ruskin Writing", Art in America, nov, 2000 (LookSmart)

    Landow, George P. The Aesthetic and Critical Theories of John Ruskin, Princeton, Princeton University Press, 1971 (Victorian Web)
    Landow, George P. Ruskin, Oxford, Oxford University Press, "Past Masters" Series, 1985 (Victorian Web)
    Landow, George P. Victorian Types, Victorian Shadows; Biblical Typology in Victorian Literature, Art, and Thought, Boston et Londres, Routledge & Kegan Paul, 1980 - voir en particulier les chapitres 3 et 4.
    Landow, George P. William Holman Hunt and Typological Symbolism, New Haven et Londres, Yale University Press, 1979. L'auteur examine l'influence de Ruskin sur les Préraphaëlites.
    Landow, George P. "Your Good Influence On Me:" The Correspondence of John Ruskin and William Holman Hunt, Manchester, Angleterre, Rylands Library, 1977.
    Landow, George P. "J. D. Harding and John Ruskin on Nature's Infinite Variety", Journal of Aesthetics and Art Criticism, 28 (1970), p. 369-380

    Sawyer, Paul L. Ruskin's Poetic Argument: The Design of the Major Works, Ithaca, Cornell University Press, 1985

    Matteson, John, "Constructing Ethics and the Ethics of Construction : John Ruskin and the Humanity of the Builder", Cross Currents (Association for Religion & Intellectual Life), vol. 52, no 3, automne 2002

    Cornell, Diane. "The new urbanism. How John Ruskin's ideas influenced generations of urban planners", Rutgers Focus (Rutgers - State University of New Jersey), 4 février 2000

    Turner, James. "John Ruskin's Fierce Sadness. The "unconversion" of a Victorian prophet", Books & Culture. A Christian Review, mai-juin 2002

    Hills, Ann. "Lancaster's tribute to Ruskin. Lancaster University to display works of writer and artist John Ruskin", History Today, avril 1995 (LookSmart)

    Davey, Peter. "The eighth lamp", The Architectural Review, juin 1998 (LookSmart)

    Gamble, Cynthia. Proust as Interpreter of Ruskin : The Seven Lamps of Translation, Birmingham, Alab., É.-U., Summa Publications, 2002, 294 p.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Angleterre
    Naissance
    1819
    Déces
    1900
    Documents Associés
    Frederic Harrison
    Portrait de John Ruskin, ses paradoxes
    Frederic Harrison
    Frederic Harrison
    Économie politique, réformes sociales, Auguste Comte, utopie
    Pierre Lasserre
    John Ruskin, histoire de l'art, Moyen Âge, progrès, industrialisation, artisanat
    Marcel Proust
    Beauté, esthétique, art chrétien, cathédrale, Turner, Amiens, Florence, art gothique
    Frederic Harrison
    Art moderne, Moyen Âge, Turner, Le Tintoret, primitifs italiens
    Frederic Harrison
    Venise, architecture, art et religion, artisan
    Raccourcis
    Riche dossier du Victorian Web
    Informations sur l'homme et sur son oeuvre (Victorian Web)
    Brève biographie en langue anglaise (Université de Lancaster, R.-U.)
    Notice de l'Encyclopédie Hachette (Yahoo! France)
    Notice de la Columbia Encyclopedia, 6e édition, 2001
    Entrée de l'encyclopédie Britannica de 1911
    John Ruskin (Victoria Station)
    John Ruskin (Spartacus Educational)
    Ruskin Foundation
    Ruskin Society
    John Ruskin Papers (Special Collection Guide, John Rylands University Library)
    Ruskin Museum (Coniston, Cumbria, Angleterre, R.-U.)
    Ruskin Gallery (Sheffield, R.-U.) - voir la page consacrée à la collection Ruskin
    Ruskin Library (Univ. de Lancaster, R.-U.)
    Programme d'études sur Ruskin (Univ. de Lancaster, R.-U.)
    Ruskin et l'éducation (Infed.org)
    Brantwood, résidence de Ruskin (1872-1900)
    The Friends of Ruskin's Brantwood
    Brantwood - The home of John Ruskin (Enjoy Cumbria, BBC)
    John Ruskin (www.visitCumbria.com)
    John Ruskin (The Cumbria Directory)
    Projets réalisés à l'occasion du centenaire de la mort de Ruskin : Ruskin To-Day;
    Ruskin, Turner, and the Pre-Raphaelites; Portraits of Ruskin; Praeterita
    Ruskin, Turner and the Pre-Raphaelites (exposition à la Tate Gallery, en 2000) : compte rendu de The City Review
    Francesca Alexander and John Ruskin - Tuscan Folk Tales (Anglo-Italian Website, Florence, Italie)
    John Ruskin and the Geographical Imagination
    Coniston & John Ruskin (English Lake District - Day Trips from Manchester in the Northwest of England) - site Manchester 2004
    Coniston - "John Ruskin at Coniston (site de Mike Salt)
    Page consacrée à Ruskin sur le site de Bob Speel consacré aux Préraphaëlites et à l'art du 19e siècle
    Collège Ruskin (Oxford, Angleterre)
    The Ruskin Project : Digitising Ruskin’s Teaching Collection at the Ashmolean Museum (Oxford, Angleterre, R.-U.)
    Ruskin's Tortured Sexuality

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.