• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Intellectuel

    Définition

    «L’intellectuel est celui qui refuse d’être le moyen d’un but qui n’est pas le sien» (Sartre)

    Selon Pascal Ory et J-F Sirinelli, dans Les intellectuels en France, de l’Affaire Dreyfus à nos jours, l’intellectuel est «un homme du culturel, créateur ou médiateur, mis en situation d’homme du politique, producteur ou consommateur d’idéologie.»

    Fabrice Ribet, auteur d’une page Internet sur les intellectuels, complète ces définitions en s’inspirant de Régis Debray:

    Régis Debray, dans Le Scribe (1990), présente le rôle de l’intellectuel de l’école des cadres d’Uriage. "Écrire, c’était prescrire; instruire, conduire; transmettre, soumettre." De son oeuvre (sciendi), l’intellectuel tire un pouvoir (dominandi) qu’il exerce non dans le pouvoir, mais par la voie de l’autorité morale.

    L’influence de l’intellectuel repose sur trois décalages: - Il est apte à exprimer la pensée de son peuple, à le conseiller avec justice (effet Mirabeau);
    - Il est capable d’émettre une parole qui dépasse son individualité pour énoncer l’universel (effet Goethe);
    - Il est autorisé à parler de sujets qui débordent son domaine de compétences, au nom de la vérité, et non en fonction d’une technique (effet Gorgias).
    * * *


    Quelques définitions de l'intellectuel

    Jean-François Revel (La connaissance inutile): "Constatons simplement que l'intellectuel ne détient, de par son étiquette, aucune prééminence dans la lucidité. Ce qui distingue l'intellectuel, ce n'est pas la sûreté de ses choix, c'est l'ampleur des ressources conceptuelles, logiques, verbales qu'il déploie au service de ce choix pour le justifier. Par son discernement ou son aveuglement, son impartialité ou sa malhonnêté, sa fourberie ou sa sincérité, il en entraîne d'autres dans son sillage. Être intellectuel confère donc non pas une immunité qui rendrait tout pardonnable, mais plus de responsabilité que de droits, et au moins une responsabilité aussi grande que la liberté d'expression dont on jouit. En définitive, le problème est surtout d'ordre moral." André Laurendeau (Ces choses qui nous arrivent): (...) l'intellectuel se reconnaît à l'habitude qu'il a chèrement acquise de manier les idées générales. Il le fait par conviction, mais parfois aussi par jeu (...) Le domaine propre de l'intellectuel, c'est l'idée, une idée qu'il a tirée du réel, qu'il en a abstraite. Il peut donc avoir avec les choses un contact aussi vrai que l'homme d'action, le technicien ou l'artiste: mais selon un autre mode, qui permet de voir plus loin et plus clair, et où les risques d'erreur sont d'autant plus grands que la vérification est plus aléatoire." Léon Dion (Québec 1945-2000 Les intellectuels et le temps de Duplessis, tome II) "Là où la liberté d'expression existe, les qualités ou dispositions qui établissent le statut de l'intellectuel dans une société sont exigeantes : compétence dans un domaine d'esprit reconnue par les pairs et par ceux qui les jugent; aptitude à manier les idées générales, condition obligée même chez les mathématiciens et les spécialistes d'une discipline scientifique (...); intégrité personnelle indiscutée même par tous ceux qui désapprouvent ses idées et ses prises de position; totale indépendance d'esprit vis-à-vis de tous les pouvoirs, y compris les médias et l'opinion publique; aptitude à s'émouvoir, à se passionner pour une cause tout en respectant les bornes de la rationalité entendue au sens large de terme, de la "raison raisonnée" plutôt que la "raison raisonnante" selon les termes d'Emmanuel Kant; conscience des intérêts qu'il épouse ou qu'il sert de quelque façon."

    Enjeux

    Dans de nombreux pays, dont la France, le milieu intellectuel a toutes les apparences d'une secte qui use et abuse de l'anathème. Dans ce pays , la plupart des intellectuels qu'on a pu associer au régime de Vichy et à la collaboration avec l'Allemagne ont été rayés de l'histoire. Les ex-staliniens par contre ont été réhabilités après quelques aveux. L'erreur d'avoir soutenu Staline était-elle donc moins grave que celle d'avoir soutenu Hitler?

    Pendant des decennies on n'évoqua cette injustice que dans les groupes qui en étaient victimes. Il fallut attendre l'effrondrement du communisme pour qu'un débat sur la question s'ouvre enfin. Jean-Claude Guillebaud a fait le point sur la question dans La force de conviction. 1
    «La querelle fut relancée à droite, notamment par les auteurs du Livre noir du communisme, mais aussi par plusieurs essayistes – ou polémistes – comme Thierry Wolton. 2 Les uns et les autres, partent du principe que le totalitarisme rouge fut historiquement aussi criminel que le brun. Ils s’indignent par conséquent du préjugé favorable dont bénéficient, envers et contre tout, les anciens compagnons de route du communisme, comparé à l’excommunication immédiate – et justifiée – qui fut le lot des intellectuels pro-fascistes ou pro-nazis des années 1940. Des seconds, on exigea qu’ils disparussent du paysage, tandis qu’aux autres, on ne réclama qu’une repentance minimale. Mieux encore, ces « défaillances de jeunesse » une fois confessées ne les empêchèrent pas de retrouver et d’occuper, pendant des décennies, les tout premiers rôles dans le concert intellectuel. Cette inégalité symbolique agirait toujours, et puissamment.
    Or cette différence de traitement ne serait aucunement justifiée, dès lors qu’on se place dans le cadre de la critique antitotalitaire, celle qui condamne d’un même mouvement le stalinisme et le nazisme. Éthiquement et politiquement, il ne saurait y avoir péché véniel dans un cas et péché mortel dans l’autre. Un philosophe comme Claude Lefort n’est pas le dernier à rappeler – avec insistance –, de livre en livre, la gravité fondamentale du « mensonge communiste » qui autorise et justifie le paradigme antitotalitaire. «La destruction du régime soviétique, et du modèle qu'il avait représenté pour des dizaines de millions d'hommes dans le monde, ne dispense pas d'observer qu'une atteinte a été portée aux fondements de toute société, que l'humanité ne sort pas indemne de cette aventure, qu'un seuil du possible a été dépassé.» 3(...)
    Vu de droite, en effet, il paraît pour le moins étrange que les « ex » ou les « anciens » communistes (ou « gauchistes) – qui n’ont pas forcément été très loin dans le retour sur eux-mêmes – continuent de bénéficier dans la vie publique et à l’Université d’une légitimité à peu près intacte. Il profiteraient, en vérité, d’une mansuétude de principe qui fut toujours refusée à un Pierre Boutang, un Raymond Boudon ou un Raoul Girardet, qui, eux, venaient de la droite universitaire. C’est donc à une réévaluation bien plus radicale que les tenants de la reconquête en appellent. On aurait bien tort de tenir l’affaire pour subalterne et sans avenir.»

    1-Jean-Claude Guillebaud , La force de conviction, Paris Seuil 2005, p.54
    2-Voir notamment de Thierry Wolton, L’Histoire interdite, J.-C. Lattès, 1998, et Comment guérir du complexe de gauche, Plon, 2003..
    3-Claude Lefort, « Retour sur le communisme », Esprit, janvier 1999, p. 34..»

    Documentation

    Éric Conan. La fin des intellectuels français, L'Express, 30 novembre 2000

    Régis Debray. The Terminal Intellectual, New Perspectives Quarterly, vol. 18, no 2, printemps 2001

    Thomas J. Scheff. Academic Gangs, Crime, Law, and Social Change, no 23, 1995, p. 157-162) (Department of Sociology, University of California, Santa Barbara)

    Tous les intellectuels n'aiment pas la liberté. Entretien avec Jean-François Revel, Le Figaro, 25 septembre 2000 (Démocratie libérale)

    Thomas Molnar. The Decline of the Intellectual. Meridian Books, 1962. Réédité avec une nouvelle introduction de l'auteur, Transaction Publishers, 1994.

    François Dosse. La marche des idées. Histoire des intellectuels, histoire intellectuelle. Paris, La Découverte, 2003.

    Christian Authier. Intellos et grand capital: qui piège qui?, Immédiatement, no 19, octobre 2001: "Le monde est petit. Surtout celui des grands. Quand quelques-unes de nos plus fameuses figures intellectuelles se révèlent aussi être des hommes d'argent et de pouvoir, le paysage des «nouveaux chiens de garde» prend un visage inédit."

    Jocelyn Létourneau. L'intellectuel comme penseur et passeur. Réponse à Marc Angenot. Intervention présentée dans le cadre d'une table ronde organisée par le comité étudiant de l'Institut d'histoire de l'Amérique française le 19 octobre 2002.

    Documents sonores:

    Les intellectuels et la politique de l'esprit dans l'histoire européenne. Vous pouvez écouter en Real Audio le cycle de dix cours donné par le professeur Wolf Lepenies (Radio Sorbonne)

    Comment devient-on un intellectuel? Gérard Bergeron et Fernand Dumont dressent un portrait de l’intellectuel. Ils évoquent également des souvenirs d’enfance liés à leurs activités de réflexion et d’écriture (extrait de l'émission «Aux vingt heures», Radio-Canada, 28-02-1977, 15 min 15 sec, Real Audio) 

    Le rôle de l’intellectuel. Pour Fernand Dumont, l’intellectuel a le souci du fondement; il est aussi celui qui supporte les valeurs (extrait de l'émission «Rencontres», Radio-Canada, 15-03-1972, 2 min 26 sec, Real Audio)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Anglais
    Intellectual
    Documents Associés
    Attilio Monasta
    marxisme, idéologie, pouvoir, classes sociales
    Marc Chevrier
    pouvoir, État, université, sciences sociales, Église catholique
    Pierre Trépanier
    Vie intellectuelle, traditionalisme, idéologie, collège classique, Lionel Groulx, nationalisme, Église catholique
    Pierre Trépanier
    Vie intellectuelle, traditionalisme, idéologie, collège classique, Lionel Groulx, nationalisme, Église catholique
    Raccourcis
    Les intellectuels: un dossier de l’émission "Chasseurs d’idées"(Télé-Québec, 27 mars 2000)
    Qu'est-ce qu'un intellectuel? Colloque de l'UQTR
    Intellectuels (articles récents du Monde diplomatique)

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.