• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Gaétan Daoust

    Gaétan Daoust, penseur et pédagogue est mort discrètement le 7 mai 2006. Même parmi ses admirateurs, dont nous sommes, plusieurs ne l’auront appris que bien plus tard. C’est l’occasion pour nous de rappeler que l’un des beaux moments de l’histoire de cette encyclopédie fut celui où Gaétan Daoust nous a accordé le droit de publier le texte d’une conférence qu’il venait de prononcer devant une assemblée de psychologues, sous le titre suivant : Entre la mort de Dieu et le triomphe de la science, un homme en quête d'identité. La connaissance de soi-même, pense-t-il, passe par la connaissance de l’histoire de sa culture, dont les chefs d’œuvre sont des miroirs. En nous rappelant comment la contemplation a été progressivement remplacée par le travail au sommet de la hiérarchie des valeurs en Occident, il nous aide à comprendre le déséquilibre qui en est résulté, un déséquilibre tel que la contemplation n’a même plus sa place dans le domaine qui devrait être son lieu propre : l’éducation. «Le principal problème de l'école tient au fait qu'elle est de plus en plus inféodée aux finalités utilitaires et professionnelles de la société, à l'exclusion de tous les autres objectifs. […]L'université doit être un lieu de réflexion sur ce que l'Homme veut être, sur les valeurs éthiques, religieuses, esthétiques et philosophiques qui le déterminent.»

    Gaétan Daoust a formulé ce jugement lors d’une entrevue publiée dans la revue Cité éducative et reproduite dans cette encyclopédie: Cultiver l'inutile parce qu'il est beau, grand et humain d'apprendre. Au cours de la même entrevue, il aussi résumé sa pensée sur la formation des maîtres, en des termes, c’était en '993, qui paraissent aujourd’hui prophétiques : «Je trouve déplorable que l'on consacre tant de temps à la pédagogie et à la didactique alors qu'il serait plus profitable d'approfondir la culture littéraire et historique. On enseigne à ces jeunes comment enseigner un français qu'ils ne connaissent pas; on leur enseigne comment donner un cours sur le conte, mais ils n'ont jamais lu Maupassant ou Daudet. Cette volonté exclusive de la formation technique des maîtres équivaut en réalité à la promotion de l'inculture.»

    Depuis, comme chacun sait, on oblige ceux qui ont déjà acquis un diplôme universitaire dans une discipline à suivre un cours de pédagogie de quatre ans pour avoir le droit d’enseigner au secondaire. On aura, par un telle mesure, si bien réussi à éloigner de l’enseignement les jeunes les plus intéressés par la connaissance, qu’aujourd’hui, faute de candidats ayant subi le supplice pédagogique de quatre ans, on est obligé d’offrir des postes d’enseignant aux premiers venus.

    Biographie

    Témoignage de Guy Bourgeault:

    «Je ne peux pas évoquer la mémoire de Gaëtan Daoust, penseur et éducateur, sans une émotion empreinte de gravité. Ma première rencontre avec lui remonte à l'été '950. Nos routes se sont ensuite souvent croisées, au fil des ans, avec quelques brefs moments de collaboration plus suivie et de dialogue stimulant, d'échanges, d'interactions: à la Faculté de l'éducation permanente, dont il fut le premier doyen, au milieu des années 70; plus tard à la Faculté des sciences de l'éducation, où il fut professeur de philosophie de l'éducation jusqu'au début des années 90. Pensant aussi à sa participation au Conseil supérieur de l'éducation et à la Commission canadienne pour l'UNESCO, à sa collaboration avec l'Institut canadien d'éducation des adultes, j'éprouve l'étrange sentiment de l'avoir suivi, en tout cas d'avoir emprunté souvent les mêmes chemins, à quelques années de distance ou de façon plus rapprochée. Salut, Gaëtan, une dernière fois, comme après coup.
    Les audaces intellectuelles et dans l'ordre de l'action de Gaëtan Daoust et parfois ses intransigeances au moins apparentes, créant la distance, ont souvent fait peur. De sorte qu'il fut, pour ceux qui sont demeurés distants, plus admiré et estimé qu'aimé: comme intellectuel à ses heures visionnaire, comme doyen et redoutable gestionnaire, comme enseignant pouvant donner à penser qu'il maîtrisait tout. Je suis de ceux, trop rares peut-être, qui ont connu l'homme sensible et ce qu'il faut bien appeler, en dépit des apparences contraires, sa timidité. Si ses collègues ont toujours reconnu l'envergure intellectuelle et admiré la riche culture de celui qui fut et demeure l'un des leurs, bon nombre des étudiants et étudiantes de ses séminaires de philosophie, spécialement ceux et celles qui ont fait sous sa direction une thèse ou un mémoire, lui gardent»

    ***

    Après des études en philosophie (licence en '954), en sciences médiévales (licence en '956 et Ph.D. en '963), Gaétan poursuit ses réflexions en Europe. On le retrouve, notamment, à Innsbruck où il obtient un doctorat en théologie ('967).
    Intéressé par les problèmes relatifs à l'éducation – au sens large – il participe aux travaux du Conseil supérieur de l'éducation et à ceux de la Commission canadienne de l'UNESCO. Sur le plan international, il contribue aux réflexions relatives à l'éducation permanente dans la mouvance des écrits du Ministre français de l'éducation M. Edgar Faure.
    L'Université de Montréal, après lui avoir confié les responsabilités de la direction du Service de l'éducation permanente, le nomme Doyen de la Faculté éponyme qui vient d'être créée. Conférencier et auteur prolifique, on lui doit L'université dans une société éducative : de l'éducation des adultes à l'éducation permanente ouvrage rédigé en collaboration et publié aux Presses de l'UdeM. Il entreprend par la suite ('983) sa carrière d'enseignant et de chercheur à la Faculté des sciences de l'éducation dans le secteur de l'éducation comparée et des fondements de l'éducation où il poursuit ses réflexions sur le monde de l'éducation.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Canada
    Naissance
    '929
    Déces
    '7/05/2006

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.