• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Groulx Lionel

    L'«Histoire du Canada français» de Groulx

    Stéphane Stapinsky
    Lorsque, le 4 décembre 1949, Groulx enregistre la première d'une série de causeries radiophoniques hebdomadaires d'un quart d'heure chacune sur l'histoire du Canada français, il a soixante-et-onze ans et est à l'apogée de sa carrière d'historien.

    Son activité principale est, depuis 1915, celle de professeur d'histoire canadienne à l'université. C'est cette année-là, en effet, qu'il est nommé par Mgr Bruchési à la Chaire d'histoire du Canada de la succursale montréalaise de l'Université Laval, qui deviendra cinq ans plus tard l'Université de Montréal. Il donne, annuellement, un cycle de conférences publiques (5 en moyenne) sur des sujets d'histoire canadienne, qu'on désigne dans le jargon universitaire de l'époque par l'expression «cours publics». Fait méconnu, la matière de ces cours publics, qu'il donnera jusqu'en 1942, constitue le noyau essentiel de l'oeuvre historique de Groulx. Leur rédaction fut en effet l'occasion pour lui de compiler notes, références, citations, d'assembler toute une documentation d'archives à laquelle il aura recours jusqu'à la fin de ses jours.

    Groulx donne également à la même université, à partir de 1920 et jusqu'à sa retraite en 1949, des «cours fermés» d'histoire du Canada, qui sont des cours au sens habituel du terme, destinés à des élèves dûment inscrits. Ils comportent une trentaine de leçons par année universitaire, l'étude des régimes français et anglais alternant, en théorie, à chaque année.

    La série de causeries hebdomadaires s'amorçant en 1949 est patronnée par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, qui en assure la diffusion à la station de radio CKAC. Au moment où on lui propose de présenter cette série, Groulx jongle depuis un certain temps déjà avec l'idée d'un ouvrage d'histoire «synthétique en un ou deux volumes, à la manière des Grandes Études historiques d'Arthème Fayard» (Mes mémoires, tome IV). Cette occasion lui permettra donc de faire d'une pierre deux coups, en lui donnant «le moyen de présenter au public une synthèse de tout mon enseignement à l'Université: cours publics et cours fermés» (ibid.).

    La série comprendra une centaine d'émissions jusqu'en 1951. Enregistrées sur 17 disques (qui se trouvent aujourd'hui dans les archives du Centre de recherche Lionel-Groulx), elles auront une diffusion étendue dans le reste du Canada français, au Nouveau-Brunswick et en Ontario comme dans l'Ouest canadien.

    La réception de cette série de causeries est à ce point positive dans les milieux nationalistes que l'on presse l'historien d'en préparer la publication. Ce sera chose faite dès 1950, dans une version remaniée, alors que les Éditions de L'Action nationale font paraître le premier tome d'une série de quatre (le dernier sortira des presses en 1952).

    L'ouvrage connaîtra le même succès que les causeries radiophoniques. «Dans la presse, la critique est presque unanimement favorable, à des degrés divers de ferveur, selon les tomes et les publics.» (Pierre Trépanier, Dictionnaire des oeuvres littéraires du Québec, tome 2). Si l'accueil est, et on ne s'en surprendra pas, enthousiaste au sein des cercles nationalistes, un public plus large se montre tout aussi favorable à la synthèse historique que propose Groulx. «Tous - ou peu s'en faut - admirent la sérénité de l'historien, en contraste avec la passion coutumière du polémiste.» (Trépanier, ibid.) Roger Duhamel, par exemple, savoure «le plaisir intellectuel d'un rare prix» que donne cette oeuvre de «savant et d'artiste». Les historiens ne seront pas en reste. Pour Marcel Trudel, il s'agit d'un «sommet» de l'historiographie québécoise. Certains intellectuels opposés de longue date à Groulx et au nationalisme qu'il représente, comme l'abbé Maheux, poursuivront dans cette voie en attaquant l'ouvrage. Mais il s'agit de voix marginales.

    L'Histoire du Canada français de Groulx est, sans conteste, un des ouvrages «classiques» de notre historiographie, tant en raison de la hauteur des vues exprimées par l'auteur, de l'élévation de sa pensée (qui confine souvent à la philosophie de l'histoire), que de la qualité de l'écriture. Un jugement qui était assurément partagé à l'époque de la parution de l'oeuvre, puisque les éditions Fides décideront en 1962 d'en publier une nouvelle édition, en deux volumes, dans la prestigieuse collection «Fleur de Lys». En 1976, cette même édition sera rendue disponible à un plus large public dans un format de poche.

    L'ouvrage prend place, sans souffrir le moindrement de la comparaison, à côté de l'Histoire du Canada de François-Xavier Garneau. Les deux historiens n'ont-ils d'ailleurs pas été gratifiés, par leurs contemporains et par la postérité, du titre d'«historien national»? Il «représente, dans les lettres québécoises, l'achèvement d'un genre: sa plus haute et son ultime réalisation, car, au Québec, l'ère des prophètes est depuis longtemps révolue.» (Trépanier, ibid., p. 471)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Stéphane Stapinsky
    Historien, collaborateur de l'Encyclopéde de L'Agora.
    Mots-clés
    histoire nationale, Québec, Canada français, historien, cours
    Documents associés
    Réal Bertrand
    Stéphane Stapinsky
    roman, roman à thèse, Canada français, nationalisme, nationalisme canadien-français, ethnicité
    Pierre Trépanier
    Pierre Trépanier
    Serge Cantin
    Lionel Groulx, Esther Delisle, rectitude politique, nationalisme, Québec
    Stéphane Stapinsky
    Stéphane Stapinsky, Benoît Lacroix
    Pierre Trépanier
    nationalisme canadien-français, nationalisme québécois, souverainisme, droite, fascisme, antisémitisme, traditionalisme, modernité, réformisme, historien, Révolution tranquille, Jules-Paul Tardivel
    Giselle Huot

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.