• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Communauté

    La décence ordinaire (common decency)

    Jean-Claude Michéa

    La common decency

    Mais ce n’est pas parce qu’on rejette le totalitarisme que ça veut dire qu’il est possible de construire une société dans laquelle aucune valeur morale ou esthétique ou philosophique, ne serait partagée. Et (c’est) l’intérêt de la common decency, ce concept dont je trouve les origines dans l’anthropologie de Marcel Mauss, quand il démontre qu’aussi loin qu’on remonte dans l’humanité, le lien social ne se fonde pas sur le donnant-donnant, mais il se fonde sur ces habitudes de donner, recevoir et rendre, qui ont toujours fondé la vie à l’intérieur de la famille, entre voisins, entre collègues de travail. Et il y a des valeurs de générosité, de reconnaissance, de convivialité, qui ne peuvent pas être privatisées intégralement. Ce qui est, encore une fois, le défaut du libéralisme, c’est cette volonté de privatiser les valeurs morales et la philosophie, comme on privatise l’eau, l’électricité, l’école. C’est cette même logique qui fonctionne et qui est à l’œuvre dans le libéralisme, de telle sorte que chacun est libre d’avoir son esthétique et sa morale, mais aucun pouvoir politique ne peut intervenir, par exemple, au nom d’une conception esthétique. C’est-à-dire de dire que cette zone industrielle défigure le paysage. Je suis libre, pour un libéral, de le penser à titre privé, mais je n’ai pas le droit de faire de mon esthétique particulière la norme d’une action politique possible. En sorte que tous les problèmes se résoudront par le développement de l’économie et de la croissance, supposés remplacer l’ancienne religion, l’absence de la morale et l’absence de la philosophie.

    Les valeurs de décence ordinaire

    Sans idéaliser les classes populaires, puisque, évidemment, même dans les classes populaires, les comportements égoistes peuvent exister, mais globalement… soit on a la chance comme moi d’habiter dans un quartier populaire et on verra que les rapports d’entraide existent beaucoup plus que dans une banlieue résidentielle, privilégiée, de Montpellier ou d’ailleurs. Mais si on n’a pas cette chance, vous savez que tous les travaux, depuis Godbout au Canada jusqu’aux derniers travaux faits par Beef (ndt : nous ne sommes pas sûr de l'orthographe de ce nom) aux États-Unis, montrent que les comportements altruistes restent massivement répandus dans les quartiers populaires, beaucoup plus que dans les quartiers résidentiels. Et cela peut s’expliquer – et c’est là où j’aurais ma sensibilité anarchiste – pour une raison très simple. Ce n’est pas que l’homme des quartiers populaires serait par nature, au sens rousseauiste du terme, un être idéal, c’est un être complexe, capable du meilleur comme du pire, mais il reste dans les quartiers populaires des structures de vie commune fondées sur l’anthropologie du don qui, même si elles sont sérieusement attaquées par la société moderne, rendent encore possibles, entre voisins, des rapports d’échange symbolique. En général, quand quelqu’un vient vous demander de lui prêter son échelle, votre premier réflexe n’est pas de lui dire, pour deux heures, ça fera vingt euros. Il y a encore cette structure. Tandis que quand vous devenez riche et puissant (ma grande théorie, qui est celle de tout l’anarchisme, c’est que la richesse et le pouvoir nous coupent de nos semblables. A partir du moment où vous accumulez des fortunes qui sont absurdes… et je tiens à dire que la fortune des grands footballeurs ou des patrons du CAC 40 est finalement moins indécente qu’absurde, parce quand un footballeur se met en grève pour passer de 200 000 à 300 000 euros par mois, qu’est-ce que ça change dans la vie quotidienne d’avoir 200 000 euros ou 300 000 euros par mois, puisqu’on ne peut pas les dépenser de toute façon. En revanche, ça permet d’être dans un monde où je peux dépenser sans compter, où tous mes caprices peuvent être satisfaits, et où donc ni l’autre, ni la réalité ne viennent faire résistance à mes fantasmes qui seront infantiles. C’est pourquoi, dès qu’on monte dans la société, l’oxygène moral se raréfie, et il est beaucoup plus difficile à un riche et à un homme puissant de conserver ce bon sens et cette common decency qui sont encouragées non pas par la nature des simples travailleurs mais par leurs conditions d’existence. Quand vous vivez avec 1200 euros par moi, la réalité est là pour vous mettre du plomb dans la tête. Vous ne pouvez pas vivre comme un Narcisse qui vit comme un éternel adolescent selon ses grands caprices. C’est pourquoi, dans un quartier populaire, même si vous rencontrez des gens qui sont déjà animés par la volonté de parvenir ou autre, il ne s’agit pas encore une fois de les idéaliser, dans l’ensemble on rencontre beaucoup plus de bon sens et de décence commune que dans une réunion de patrons du CAC 40. C’est Claudio Magris, qui disait en Italie, c’est une chose simple à reconnaître, mais on n’entend beaucoup moins d’âneries dans un autobus qu’à la télévision. Je ne dis pas ça pour vous…. Mais c’est dans le milieu des élites.

    Transcription verbatim d'un extrait d'entrevue, par Stéphane Stapinsky. Source : "La cause du peuple". Rencontre avec Jean-Claude Michéa. Animateur : Jean Cornil (Centre Laïque de l'Audiovisuel, 2013) - YouTube 

    Date de création : 2013-03-07 | Date de modification : 2014-06-01
    Informations
    L'auteur

    Jean-Claude Michéa
    Professeur de philosophie et essayiste français. 
    Documents associés
    Benoît Melançon
    Immigration
    Fondation Res Publica
    Jacques Dufresne
    Communautés virtuelles, handicapés, amitié
    Stéphanie Raymond
    développement local, capital social
    Al Etmanski
    Philia, intégration de la personne handicapée, expérience de l'organisme PLAN, amitié, pouvoir de l'amitié
    Bernard Lebleu
    Travail, aliénation de l'espace et du temps du travail, vie collective, vie familiale, choix professionnels
    Renée Larochelle
    vente de garage, échange, vie communautaire, vie de quartier, corvée, entraide, objet, collection, collectionneur, recyclage, consommation, société de consommation
    Dominique Boucher
    Nation, Québec, histoire, passé, André Laurendeau
    Marc Chevrier

    40%
    Dons reçus (2017-2018):10 002$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.