Éblouir pour régner

Jacques Dufresne

Où l'on voit comment, fort de ses connaissances en optique, Descartes propose au roi d'impressioner le peuple au moyen d'arcs-en-ciel artificiels qui paraîtraient naturels.

Guy Debord savait-il qu'il faisait écho à Spengler quand dans La société du spectacle il écrivait : « Le spectacle n'est pas un ensemble d'images, mais un rapport social entre des personnes médiatisées par des images » (Guy Debord, La société du spectacle, Buchet/Chastel, Paris, 1972, p. 10).


C'est Descartes lui-même qui a été le premier théoricien de ce rapport social. À la fin de sa célèbre explication de l'arc-en-ciel, il écrit : « Et ceci me fait souvenir d'une invention pour faire paraître des signes dans le ciel, qui pourraient causer grande admiration à ceux qui en ignoreraient les raisons ». Suivent une série de conseils techniques indiquant la façon de produire un spectacle propre à assurer la gloire de son inventeur, de même que celle du prince qui lui paie une pension. Au moyen de fontaines disposées en série et savamment construites où couleraient des huiles et des alcools à la place de l'eau, « on pourra faire, précise Descartes, que ce qui paraîtra coloré ait la figure d'une croix ou d'une colonne, ou de quelque autre chose qui donne sujet à l'admiration ». Mais à quoi bon, ajoute le philosophe, se donner la peine de produire un spectacle aussi ingénieux si l'on ne peut pas l'offrir à tout un peuple? « Mais j'avoue qu'il y faudrait de l'adresse et de la dépense, afin de proportionner des fontaines, et faire que les liqueurs y sautassent si haut, que ces figures pussent être vues de fort loin par tout en peuple, sans que l'artifice s'en découvrît » (Oeuvres et lettres de  Descartes  , Paris, La Pléiade, 1958, pp. 243- 244).

À deux reprises,  Descartes  précise que l'effet désiré, la fascination du peuple, suppose que ce dernier ignore aussi bien les raisons du prodige que son caractère artificiel.

Cette double ignorance qui donne à l'image fabriquée l'apparence et le prestige miraculeux d'un phénomène naturel unique fait partie des conditions d'existence de la télévision : « La télévision est un écran entre le réel et nous alors que le téléspectateur croit qu'elle est l'écran sur lequel se projette le réel » (Jacques Piveteau, cité in Jacques Ellul, Le bluff technologique, Hachette, 1988, p. 395).

Pendant que l'homme spectateur en est réduit à utiliser son oeil d'aigle pour contempler l'étendue de sa soumission, que fait-il de ses mains? De ces mains qui façonnèrent et manièrent l'outil, qui firent preuve de dextérité, de doigté et furent souvent des mains de maître? Il s'en sert pour presser des boutons.

Autres articles associés à ce dossier

Méditations

René Descartes


Discours de la méthode

René Descartes


À l'école de Descartes

Bernard Saladin D'Anglure

Ce passage est tiré d'un article de “Les Inuit à l’école de Rabelais, de Descartes ou de Lévi-Strauss ? Regard anthropologique sur l’éducat

À lire également du même auteur

Hôpitaux : priorité aux donneurs de sens
Version complète d'un article paru dans le journal Le Devoir le 22 janvier 2021

Jeûne médiatique
Ascèse appropriée à une humanité où, en raison de l'omnipr&ea

Les trois virus : biologique, informatique et idéologique
Les deux premiers sont bien connus. Définition du troisième : une idée s&e

Julie Payette ou l’abdication de la première reine astronaute
Voici une bonne raison de remplacer Julie Payette par un ou une autochtone.

Le Chant du cygne, mourir avec dignité
En avril 1990, L'Agora organisait, en collaboration avec l'Ordre des Infirmi&egrav

Sainte-Élisabeth
Au coeur de l’histoire de ce village, un couvent des Soeurs de la Providence devenu un monumen




Nos suggestions