Dernières modifications

    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Don

    Conférence: La logique du don

    Jacques Godbout
    «On m’a invité à vous parler de la logique du don. L’embêtant c’est que le don n’est pas logique. À tout le moins il n’obéit sûrement pas à la logique dominante actuellement, celle de la rationalité instrumentale et de l’intérêt propre au néo-libéralisme. Le don est un peu fou, il répond à des impulsions émotives; il laisse aller les choses, il suppose l’abandon actif.
    Il s’oppose au contrat, où on essaie de tout prévoir; dans le don, au contraire on libère l’autre de ses obligations contractuelles.

    Ça fait même partie des multiples définitions du don: donner c’est une forme de circulation des choses qui libère les partenaires de l’obligation contractuelle de céder quelque chose contre autre chose. Comme l’écrivait déjà Sénèque: un bienfait est un service rendu par quelqu'un qui eût été libre, tout aussi bien, de ne pas le rendre (t.1, p. 77)

    Donner, c’est donc risqué. Si on donne, on peut se faire avoir, et à force de se faire avoir, on n’a plus de biens et on ne survit pas… Or l’humanité aspire à avoir le plus de biens possibles, et de plus en plus. Et pour y arriver, il faut se fier sur soi seulement, il ne faut chercher que son intérêt, lequel consiste à augmenter la quantité de biens, et c’est d’ailleurs ce que les humains font, depuis toujours. Ce faisant on arrivera au plus grand bonheur du plus grand nombre, affirme Bentham. Telle est la logique qui aspire à dominer la planète, la logique néolibérale exposée magnifiquement chaque semaine dans la revue The Economist. C’est une logique contraire au don, une logique qui s’oppose même au don;une logique qui affirme qu’on doit tout produire pour tout contrôler; une logique de contrôle sur les choses.»

    Voir le texte de cette conférence.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Jacques Godbout
    Jacques T. Godbout est professeur honoraire à l'Institut national de la recherche scientifique (Université du Québec) Il a longtemps étudié le rapport entre les organisations et leurs clientèles, ce qui l'a conduit à publier La participation contre la démocratie (Montréal, Saint-Martin) et La démocratie des usagers (Montréal, Boréal). C'est dans le prolongement de ces études qu'il s'est intéressé au don et a publié en 1992, en collaboration avec Alain Caillé, L'Esprit du don. (Paris et Montréal, La Découverte et Boréal), ouvrage traduit en plusieurs langues (anglais, italien, espagnol, portugais, turc), et, chez les mêmes éditeurs, Le don, la dette et l'identité, en 2000. Il a également publié deux livres en italien sur ce thème, et Le langage du don chez Fides. Il poursuit actuellement ses recherches sur le don, notamment en analysant le don d'organes, le don humanitaire et le don dans le monde des affaires.
    Mots-clés
    Don, générosité, néo-libéralisme, l'éthique du don, le don entraîne le don
    Documents associés
    Jacques T. Godbout
    Jeanne Pomerleau
    Rituels sociaux, culturels et religieux de l'entraide au Canada français
    Pierre-Jean Dessertine
    aide humanitaire, bienséance commune, confiance, Lévi-Strauss, Mauss, mercatocratie, société, technique, Tocqueville, valeur d’usage, Valeur d’échange, valeur symbolique, vie privée, échange symbolique
    Andrée Mathieu
    Jacques T. Godbout
    Réciprocité, équivalence, philia, convivialité
    Jean-Pierre Bonhomme


    Dons reçus (2019-2020):6100$
    Objectif: 25 000$


    Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2019-2020, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.




    TEST C