• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Vieillesse

    Conjoncture défavorable aux aînés

    Jacques Dufresne

    Quand la vitesse pense à notre place


    «Oui au Brexit! jeunesse amère et furieuse contre ses aînés. Les vieux ont pris les décisions qui engagent l’avenir des jeunes.» Au lendemain du référendum tenu le 23 juin 2016, ce fut la réaction presque unanime d’une certaine élite mondiale, européenne d’abord. Quand, dans le contexte du Brexit, Bernard-Henri Lévy déclare dans Le Monde du 25 juin: «Ce fut la victoire de l’Angleterre moisie contre l’Angleterre ouverte sur le monde», chacun comprend que vieillir c’est moisir.

    Les mêmes moisis votent pour Trump dans une proportion de 60%. Comme ces cerveaux ramollis sont de plus en plus nombreux et qu’ils vont aux urnes, alors que les jeunes s’abstiennent de le faire, il ne reste qu’une solution : priver les vieux du droit de vote et abolir du même coup la démocratie. Jef Stein a osé pousser cette logique jusqu’au bout dans un article intelligemment provocateur paru le 18 août 2016 dans le Time.

    Radio-Canada a pris la balle au bond, la bombe plutôt, et nous a fait l’honneur d’un débat soi-disant non sérieux sur le sujet. C’était à l’émission de Catherine Perrin le 29 août. Comme les interlocuteurs n’ont pas su se départir de leur sérieux, les éclats de la bombe sont entrés dans bien des esprits!

    Je suis allé à la banque juste après l’émission pour être témoin encore une fois des pressions exercées par les caissières sur les personnes âgées pour les inciter à faire leurs transactions en ligne. Je vois venir le jour où on leur interdira de faire leurs dépôts dans le contexte d’un rapport humain qui n’a pourtant rien de déshonorant. Ce rapport humain sera inexorablement sacrifié à la vitesse qu’exigent le rendement et le profit des banques. Et ceux qui résisteront, des aînés le plus souvent, seront objets de mépris.

    Incivilité routière

    Récemment je suivais prudemment des cyclistes sur une route étroite, sinueuse et dénivelée. J’ai d’abord ressenti une vive tension, mais le respect qu’ils m’inspiraient– il faisait très chaud – m’a permis de résister à la tentation de les doubler sans visibilité. J’ai repris possession de moi-même au point d’éprouver un certain plaisir à rouler lentement. Derrière moi par contre, c’était la rage, une rage que je sentais comme une atteinte à ma dignité d’homme prudent. Et tout à coup une, puis deux, puis trois voitures ont dépassé à toute allure le troupeau préhistorique que je formais avec les cyclistes. Si une voiture était venue en sens inverse, dans la meilleure des hypothèses les cyclistes auraient vécu un moment de terreur, le risque d’un carambolage mortel était grand.

    Les cyclistes ne font que vivre au plus haut degré des agressions dont les conducteurs prudents, souvent âgés, sont aussi victimes à des degrés divers, ce qui explique pourquoi ces derniers, dans des proportions difficilement mesurables, s’abstiennent de fréquenter certaines routes ou ne s’y engagent que dans un stress excessif constituant une atteinte à leur santé. Quiconque respecte les limites de vitesse s’expose à tel stress sinon à un accident mortel. La plus élémentaire civilité devrait avoir pour effet que la règle soit de réduire sa vitesse pour épargner un stress excessif aux personnes lentes ou seulement craintives. Cela ne risque pas de se produire. C’est la vitesse qui imposera sa règle, comme à la banque et je m’empresse de l’ajouter, comme dans le débat public

    Ce qu’on reproche aux vieux, c’est de faire obstacle au progrès symbolisé notamment par  la procréation sans étreinte, l’eugénisme, l’euthanasie. Il va de soi pour Jef Stein et ses homologues que ces idées sont des opinions vraies, contrairement aux idées opposées dont on présume qu’elles sont sans fondement.

    Le gros animal au galop

    On le sait depuis Platon, le social, l’opinion, qu’il appelle le gros animal, est la source de plusieurs des maux qui affligent l’humanité. Sous sa forme la plus fréquente, l’opinion, toujours selon Platon, est sans fondement, mais elle peut devenir vraie à certaines conditions, dont le respect de la démarche dialectique. Il est plus que vraisemblable que les moisis du Brexit ont subi l’influence des démagogues de leur camp. Rien ne prouve cependant que les idées progressistes à la mode enferment une plus grande part de vérité.

    Elles sont plutôt une conséquence de la vitesse à laquelle les opinions se forment dans les médias sociaux, pour être ensuite amplifiées par les médias traditionnels. Au temps de Platon le gros animal était lent. Il devient de plus en plus dangereux au fur et à mesure qu’il prend de la vitesse. Personne ne s’est vraiment donné la peine de soumettre à la réflexion critique les idées triomphantes. Personne ne s’étonne ni ne s’indigne du fait qu’elles se sont imposées en quelques décennies avec un force égale, sinon supérieure, aux dogmes du passé religieux. Vous étiez une mère indigne si vous limitiez le nombre de vos enfants. Vous êtes considérée comme une mère irresponsable si vous persistez à vouloir donner naissance à un enfant trisomique.

    À ignorance et vitesse égales, les conservateurs ont raison. Le statu quo n’est pas l’idéal certes, mais on en connaît les avantages et les limites. En cas de doute…! C’est parce qu’il doutait de ses propres innovations, dans l’ordre moral, que Descartes s’est donné une morale par provision, celle de ses pères, en attendant d’avoir établi son système personnel sur des bases solides.

    Dans tous les domaines nous sommes emportés par la vitesse. Cette vitesse, en constante accélération, est l’une des caractéristiques du Système technicien dont Jacques Ellul, entre autres, a fait brillamment l’analyse.

    Une telle conjoncture est défavorable aux aînés. Ils sont de trop dans ce meilleur des mondes transhumaniste, lequel a horreur du passé, de la tradition et de la mort. Dans la plupart des cultures, leur proximité avec la mort valait aux vieux un minimum de respect. Certains d’entre eux étaient auréolés par leur familiarité avec les lumières de l’éternité. La foi disparaissant, ils ont perdu cette auréole. Étant inutiles, ils n’existent plus. Rien n’interdit de les forcer à se soumettre au Système au risque d’être éliminés par lui.

    Adieu Socrate et son chant du cygne

    Adieu Aristote, adieu Homère

    Adieu Hugo, adieu Booz

    «Les femmes regardaient Booz plus qu'un jeune homme,
    Car le jeune homme est beau, mais le vieillard est grand.

    Le vieillard, qui revient vers la source première,
    Entre aux jours éternels et sort des jours changeants ;
    Et l'on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens,
    Mais dans l'œil du vieillard on voit de la lumière.»

    Booz endormi, La légende des siècles

     

     

     

    Aristote appelle la lumière, de son regard tourné à la fois vers le buste d'Homère et vers l'infini. Sa main droite, une main anguleuse et décharnée de vieillard, est posée sur la tête du poète aveugle. Une lumière tout intérieure émane du buste d'Homère et, conduite par la main et le bras d'Aristote, elle enveloppe ce dernier d'un manteau d'or. Tel est en effet le génie de Rembrandt : transformer la lumière en or.

    Cette lumière devenue or est aussi celle du soleil couchant. Avec Homère, le soleil se levait sur la Grèce, il se couche avec Aristote, le dernier témoin de la gloire d'Athènes, l'auteur de la synthèse ultime et, par là, le précepteur de la postérité occidentale.

     

     

     

     

    Date de création : 2016-09-02 | Date de modification : 2016-09-04
    Informations
    L'auteur

    Jacques Dufresne
    Documents associés
    Pierre Corneille
    L'amour
    la gloire
    Thierry Gontier
    Vieillesse, otium, decorum, épicurisme, retraite, mort, Michel de Montaigne
    Serge Bouchard
    Machine, vieillesse, mécanique, agriculture
    Sénèque
    Temps, mort, jeunesse, sagesse, inquiétude
    Charles Maurras
    Léon Bloy
    vieillesse, vieillissement, parent, père, turpitude morale
    Stéphane Stapinsky

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.