• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Idéologie

    Colère et idéologie

    Jacques Dufresne

    « L’idéologie est une pensée chargée d'affectivité où chacun de ces deux éléments corrompt l'autre» (Jules Monnerot). Philosopher c’est échapper à l’idéologie.

     Dans divers débats du moment, ceux notamment qui se poursuivent au sujet du populisme autour de l’écrivain français Michel Houellebecq , au sujet du genre autour du psychologue canadien Jordan Peterson, le reproche de sombrer dans l’idéologie revient constamment de part et d’autre. Qu’est-ce donc que l’idéologie ?[1] Ce mot a donné lieu à tant de définitions, il est employé dans tant de sens et de contextes différents qu’on éprouve constamment le besoin d’en reprendre possession en tentant de le clarifier pour son propre compte hic et nunc. 

    La définition du dictionnaire philosophique Lalande sera notre point de départ :«Pensée théorique qui croit se développer abstraitement sur ses propres données, mais qui est en réalité l’expression de faits sociaux, particulièrement de faits économiques, dont celui qui la construit n’a pas conscience, ou du moins dont il ne se rend pas compte qu’elle détermine sa pensée.»

    Il s’agit là d’un mensonge à soi-même. D’où la tentation de voir de l’idéologie partout où l’on flaire un mensonge à soi-même, d’où aussi cette définition englobante du sociologue Jules Monnerot : : « L’idéologie est une pensée chargée d'affectivité où chacun de ces deux éléments corrompt l’autre » (Sociologie du communisme).

    Ne s’engage-t-on pas sur la pente de l’idéologie dès lors que pour des raisons qu’on n’ose pas s’avouer, on simplifie la complexité ? Nous serions tous dans l’idéologie mais à des degrés divers. Même quand je donne 2 + 2= 4 [2]comme exemple d’une vérité pure, je serais un peu dans l’idéologie en ce sens que plus ou moins consciemment, je réduis la sphère de la vérité à celle de la mathématique. En respectant trop la complexité, on risque toutefois de s’enfermer dans l’indécision. Or il faut parfois trancher.

    On comprendra que j’aie voulu soumettre madéfinition par la complexité à quelques amis. Voici la réponse d’un ami psychologue, Dominique Collin :

     « L’idéologie, simplification de complexité, oui, sur le plan cognitif, mais on en dirait autant de tout préjugé et de toute idée fixe ; il y a aussi une dimension affective dans les idéologies : des raisons enragées en quelque sorte. On pourrait peut-être parler d'une complexité affective qui est l'équilibre, et que vient rompre la focalisation voire la fixation de la colère sur des objets restreints. La colère de la défaite, de la crise économique, de l'impuissance fixée sur les juifs, les communistes et les démocraties occidentales donnaient au nazisme son énergie et sa force de rassemblement ; des raisons étroites suivaient et venaient la justifier. »

    Ce qui m’a incité à donner une autre forme à ma définition : la réduction de la complexité du réel à une idée et la concentration de la colère sur cette idée.

    Jean-Jacques Wunenburger, philosophe, autre ami consulté, reconnaît lui aussi l’existence de deux dimensions dans l’idéologie, c’est toutefois la vie et non l’affectivité qu’il oppose à la raison :

    « Pensée ou discours qui soumet le réel à une représentation (et interprétation) dogmatique, systémique, unilatérale. Recours à une langue stéréotypée, (langue de bois), formelle, mécanique, dévitalisée, par refus de prendre en compte la complexité et la mouvance de la réalité. L’idéologie relève d’une simulation de rationalité du fait de sa cohérence apparente, de sa prétention à totaliser toutes choses sous un unique modèle.

    Le recours à l’idéologie témoigne d’une méfiance ou peur du réel et de la vie, d’un besoin de sécurité et d’économie psychologiques. Son utilisation implique une violence contre ceux qui sont réticents à la partager et conduit à invalider toute position de résistance comme dangereuse ou irrationnelle. Refuser ou combattre une idéologie est difficile car elle est insensible à l’argumentation dialogique et à la vérité des faits.

    Les domaines les plus enclins à produire ou subir des idéologies : politique, sciences, arts, religions. Les frontières sont parfois peu visibles avec une rationalité engagée, militante, ou une foi religieuse intolérante. Mais toute interprétation des choses ne peut être taxée d’idéologie au nom d’une vérité présumée conforme aux faits. »

    Comment échapper à l’idéologie ? Retour à la définition de Jules Monnerot: « L’idéologie est une pensée chargée d'affectivité où chacun de ces deux éléments corrompt l’autre » N'est-ce pas là une invitation à tenter, par la recherche de l’harmonie intérieure, de remettre la pensée et l'affectivité à leur place, de telle sorte qu'elles puissent s'unir sans se dégrader ? Comme dans la grande poésie[3] et la grande philosophie.[4]

     

     

     



    [1] http://agora.qc.ca/dossiers/Ideologie

    [2] https://www.youtube.com/embed/Zh3Yz3PiXZw

    [3][3] http://anthologie.homovivens.org/

    Date de création : 2019-02-07 | Date de modification : 2019-02-11
    Informations
    L'auteur

    Jacques Dufresne

    36%
    Dons reçus (2018-2019):9 029$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.