• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Dossier: Chat

    Cervelle de chat

    Jean Hamann
    Deux neuropsychologues démontrent que la mémoire spatiale n'est pas le fort du félin domestique.
    Chez l'éléphant, elle est de dimension proverbiale. Chez l'oiseau, on la devine minuscule. Chez l'humain, elle est trop courte ou trop longue, selon que l'on a affaire à un distrait ou à un rancunier. La mémoire, de toute évidence, est fort inégalement répartie parmi la gent animale. D'ailleurs, deux neuropsychologues viennent d'ajouter une page incendiaire à la sempiternelle querelle opposant chiens et chats en publiant, dans les pages de la revue scientifique Animal Cognition, une étude montrant la supériorité du meilleur ami de l'homme au chapitre de la mémoire spatiale.

    François Doré, de l'École de psychologie de l'Université Laval, et Sylvain Fiset, de l'Université de Moncton, ont évalué la capacité du chat à se souvenir de l'emplacement d'un objet une fois que celui-ci a disparu de son champ de vision. Cette tâche peut nous sembler simple, mais elle ne l'est pas pour les animaux ni, semble-t-il, pour les gens qui oublient constamment l'endroit où ils ont rangé leurs clés ou garé leur auto. Pour y parvenir, expliquent les chercheurs, il faut être en mesure de se faire une représentation spatiale de l'endroit où est caché l'objet convoité et de conserver cette image en mémoire pendant un certain temps.

    Les deux neuropsychologues ont donc entraîné un groupe de 24 chats à accomplir pareille tâche. L'entraînement consistait à placer chaque chat dans une enceinte expérimentale et à le récompenser en lui donnant un peu de nourriture chaque fois qu'il posait la patte sur un jouet. Par la suite, pendant qu'un expérimentateur retenait le chat, un autre déplaçait le jouet devant quatre boîtes identiques, disposées dans l'enceinte à égale distance de l'animal, avant de le faire disparaître derrière l'une d'elles. Les chats apprennent rapidement à trouver l'objet convoité: après cinq séances de 25 essais, ils se dirigent immédiatement vers la boîte derrière laquelle l'objet a disparu dans 94 % des essais.

    Cette belle performance prend toutefois une dégringolade lorsque les chercheurs placent brièvement un écran entre la bête et les boîtes, une fois l'objet dissimulé. Pour des périodes d'éclipse de 0, 10, 30 et 60 secondes, le taux de succès s'établit à 73 %, 44 %, 35 % et 34 %. Après 30 secondes, les chats font donc à peine mieux que s'ils s'en remettaient au hasard (1 chance sur 4 boîtes, soit 25 %). La présence d'incides visuels placés sur les boîtes n'a rien changé à ces piètres performances.

    Une expérience similaire menée sur des chiens avait livré un taux de succès d'environ 90 % lorsque l'objet disparaissait pendant 10 secondes ou moins. Ce taux baissait à mesure que la période d'éclipse augmentait, mais il se situait tout de même à 60 % après 120 secondes et à 50 % après 240 secondes. Une performance qui bat à plate couture le hasard... et le chat!
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Jean Hamann
    Mots-clés
    mémoire, représentation, représentation spatiale, spatialisation, félin, chien, neuropsychologie
    Documents associés
    Hippolyte Taine
    Chat, ferme, animaux, dieux, paradis, nature, évolution

    60%
    Dons reçus (2016-2017): 11 937$
    Objectif (2016-2017): 20 000$


    Nous avons reçu 18 600$ lors de la campagne 2015-2016. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2016-2017, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.