• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Comte Auguste

    Temps linéaire et temps cyclique dans la philosophie de l'histoire d'Auguste Comte

    Maurice Lagueux
    «Ce n'est pas le lieu ici de donner un aperçu plus complet de la philosophie de l'histoire de Comte, (état théologique, état métaphysique, état positif) puisqu'il s'agit seulement de montrer que, plus clairement encore que chez Saint-Simon, on a affaire à une philosophie où une perception cyclique de la façon dont les sociétés se succèdent dans le temps vient se greffer à une conception linéaire résolument progressiste de l'ensemble de la temporalité historique. D'une part, Comte consacre un soin extrême à établir un parallèle précis entre l'état théologique et l'état positif au point où, à un stade ultérieur du développement de sa pensée, il ira même jusqu'à emprunter au christianisme médiéval les éléments les plus étrangers aux canons de la pensée scientifique (catéchisme, saints patrons, anges gardiens, calendrier liturgique, sacrements, prières, etc.) pour en faire une transposition dans un registre laïcisé qu'il n'hésitera pas à qualifier de positif. Ce mode de pensée assez inattendu chez le père du positivisme montre bien, en tout cas, qu'à ses yeux l'état théologique et l'état positif constituent en quelque sorte deux cycles structurellement homologues que l'humanité doit parcourir successivement. Bien que l'état positif soit présenté comme incontestablement supérieur à l'état théologique, c'est dans le cadre de ce dernier, dans un premier cycle du développement des sociétés pourrait-on dire, qu'ont été déterminés les grands traits de la structure sociale qui seront repris avec un contenu supérieur parce que scientifique dans le cadre de ce que Comte aurait tout aussi bien pu appeler le cycle positif du développement des sociétés. Si Comte tenait tant, malgré son positivisme radical, à accorder une place aussi décisive à des institutions issues de l'âge théologique, c'est sans doute que, seule, sa connaissance de ces institutions, qui ont dominé un cycle antérieur de l'histoire de l'humanité, pouvait lui permettre mutatis mutandis d'entrevoir avec quelque précision ce que pourrait bien être la société positive du cycle supérieur. D'autre part, l'insistance de Comte sur le rôle essentiel quoique purement négatif de l'état métaphysique montre bien que, l'humanité ayant parcouru un premier cycle correspondant à son état théologique, ce dernier devait, une fois ses possibilités créatrices épuisées, entrer en décadence et se désagréger totalement avant que la société positive puisse s'affirmer pleinement dans un cycle supérieur. Bref, pour Comte, il est essentiel de concilier l'ordre et le progrès qui constituent d'ailleurs les deux éléments de ce qu'il présente comme la devise du positivisme. Si la société médiévale a su trouver la façon d'établir un ordre atisfaisant, il s'agit dans la société positive de reprendre ce principe générateur d'ordre, mais de le reprendre à un niveau supérieur qui rendra possible le progrès.

    Il y a donc, en un certain sens, quelque chose de cyclique dans une philosophie de ce genre, mais ce quelque chose de cyclique est totalement subordonné à ce qu'il y a en elle de linéaire et de progressiste. Les cycles s'y réduisent à deux au lieu de se répéter indéfiniment comme dans une théorie purement cyclique, mais l'idée de la répétition d'un parcours antérieur y est maintenue et exploitée. L'âge positif correspondant au second cycle y est proclamé âge définitif et indépassable et, de ce fait, l'âge théologique, correspondant au cycle initial, se voit réduit à n'offrir qu'une première ébauche – fondée sur des principes dépassés mais structurés de façon toujours instructive de ce qu'on espère voir se réaliser dans le cadre de l'âge positif. On le voit, malgré leur volonté de développer une théorie du progrès historique dans le sillage de celle de Condorcet, les héritiers de ce philosophe se sont vus contraints de reconnaître dans l'histoire l'existence de deux cycles apparentés au moins par leur structure, tant il est vrai qu'on peut difficilement rendre compte de ce qui est en train de se passer dans le monde actuel sans prendre appui sur quelque régularité, c'est-à-dire sur la connaissance de ce qui s'est développé à un stade antérieur de l'histoire.»
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Maurice Lagueux
    Extrait
    «Il y a donc, en un certain sens, quelque chose de cyclique dans une philosophie de ce genre, mais ce quelque chose de cyclique est totalement subordonné à ce qu'il y a en elle de linéaire et de progressiste. Les cycles s'y réduisent à deux au lieu de se répéter indéfiniment comme dans une théorie purement cyclique, mais l'idée de la répétition d'un parcours antérieur y est maintenue et exploitée. L'âge positif correspondant au second cycle y est proclamé âge définitif et indépassable et, de ce fait, l'âge théologique, correspondant au cycle initial, se voit réduit à n'offrir qu'une première ébauche.»
    Documents associés
    Jacques Muglioni
    Positivisme, histoire, morale, politique, autorité, mémoire, instruction, esthétique, modernité
    Pierre Lasserre
    Esthétique, art, positivisme, utilité sociale de l'artiste, poésie, rapport entre la science et l'art

    2%
    Dons reçus (2018-2019):609$
    Objectif (2018-2019): 20 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.