Antibiotiques : pendant quinze jours ou jusqu’à la guérison?

Jacques Dufresne

Vous avez déjà triché, comme moi ? Vous aviez sans doute raison. Depuis des décennies, la plupart des médecins insistent, quand ils vous prescrivent des antibiotiques, sur l’importance de poursuivre le traitement même après la guérison. La raison qui leur était donnée était la suivante : en cessant le traitement trop tôt, vous donnez aux bactéries une occasion de devenir résistantes. Comme il arrive souvent en médecine, cette hypothèse, qui n’a jamais été démontrée pour l’ensemble des traitements aux antibiotiques, est une habitude dont il est bien difficile de se défaire. Il ne fallait évidemment pas s’attendre à ce que les compagnies pharmaceutiques commandent des études quand le statu quo présentait tant d’avantages pour elles.

Depuis une dizaine d’années toutefois, les recherches indépendantes se multiplient. Si bien qu’un grand nombre de médecins partagent aujourd’hui l’avis du docteur Louis Rice[1] celui qui en 2006 commença à mettre le dogme en question dans les congrès scientifiques. Ils font l’hypothèse inverse de celle qui a créé l’habitude et dans la plupart des cas, ils n’ont aucune peine à la démontrer, ce qui est logique : plus on fait durer le traitement plus on donne aux bactéries, il en reste toujours, d’occasions de s’y adapter

Résultat : de plus en plus de médecins coupent en deux la durée de la prescription. Mais attention, la question demeure complexe. Il y a des cas où la prescription longue s’impose.

Lu dans STAT, 9 février 2017

 



[1] Dr. Louis Rice, chairman of the department of medicine at the Warren Alpert Medical School at Brown University.

À lire également du même auteur

Sainte-Élisabeth
Au coeur de l’histoire de ce village, un couvent des Soeurs de la Providence devenu un monumen

Marcher, une philosophie
Depuis des années, je recommandais en vain la marche à un ami de tempérament d&

Réflexions sur la liberté d'expression
Toutes ces libertés, tous ces interdits qui allaient de soi et que le nouveau surmoi collecti

Pandémie et santé mentale
L’école de la vie, la philosophie comme mode de vie, la logothérapie. Contenu de

La culpabilité de l’Occident ou la recherche de la vie perdue
Voici la première partie d’un diptyque. L’autocritique actuelle des Occidentaux y est comparée

Noël ou le déconfinement de l'âme
Que Noël, fête de la naissance du Christ, Dieu incarné, Verbe fait chair, soit aus

L'extrême médicalisation est-elle l'unique remède à la pandémie ?
Il faut demeurer vigilant et poser, sur tous les plans, les questions importantes que les grands m&e

Le Chant du cygne, mourir avec dignité
En avril 1990, L'Agora organisait, en collaboration avec l'Ordre des Infirmi&egrav