De la médecine médiévale à la médecine contemporaine

Jacques Dufresne

La séparation de la tradition et de la science, indispensable au progrès, ne s'est pas faite avant le XIXe siècle.

Entre 1500 et 1800, pour ce qui est de la santé et de la médecine, le Moyen Âge et la modernité sont encore mêlés l'un à l'autre. Vésale établira définitivement les assises de l'anatomie au XVIe siècle, tout en demeurant néanmoins fidèle à Galien, même quand il le corrigeait. Quand Galien se trompe, écrit-il, je le signale, et pourquoi pas? Lui-même ne s'est-il pas souvent trompé quand il avançait dans la connaissance? En s'inspirant de Galien, qui n'avait disséqué que des animaux, et imaginé le corps humain à partir de cela, Vésale, qui pourtant avait osé disséquer des cadavres humains, a fait d'ailleurs quelques erreurs.

C'est qu'il oscillait entre le pôle de la science et celui de la tradition et cette oscillation est caractéristique de son époque. Dans quelle mesure était-elle due à l'autorité de l'Église, qui défendait énergiquement la tradition, ou à une sincère admiration des Anciens, il est difficile de le dire. Mais il est clair que de 1500 à 1800, la doctrine de Galien a toujours suscité de l'admiration, même et peut-être surtout chez les plus grands. La révolution, la rupture se fera au XIXe siècle, où l'on ne conservera de respect que pour ceux en qui on reconnaissait des précurseurs : Ambroise Paré pour la chirurgie, Vésale pour l'anatomie, Harvey pour la circulation du sang et plus tard Haller pour la physiologie.

Le changement des mentalités

Entre 1500 et 1800, les lettres et les arts ont sans doute, par rapport aux sciences, plus d'importance proportionnellement qu'à la fin du XIXe siècle. Dans chacun de ces deux domaines, il y eut de nombreux événements qui étaient destinés à avoir une influence déterminante sur l'avenir de la santé et de la médecine. Par exemple, l'architecture et l'urbanisme, suite à la découverte de la perspective, ont hâté l'avènement des larges avenues, qui seront plus tard l'une des conditions de l'hygiène. Certains artistes ne se contentèrent pas de s'intéresser indirectement au progrès des connaissances médicales. Ils y contribuèrent de façon géniale. Léonard de Vinci, en plus de dessiner le foetus dans le corps de la mère, écrivit ce qui suit : « Alors que l'homme a en lui des os qui sont le soutien et la charpente de sa chair, le monde a les pierres qui sont le support de la terre ».

Autres articles associés à ce dossier

Réflexions sur la santé et la maladie

Jacques Dufresne

Dans cette suite de réflexions ayant la santé pour thème commun, l'auteur évoque divers effets d'ordre psychologique et moral du triomphe d'une m

Malades de la santé?

Jacques Dufresne

Comment on mine sa propre santé par le fait qu'on en fait le but de sa vie, au lieu de veiller sur elle comme sur une condition parmi d'autres de l'a

Les budgets du ministère de la Santé ne disent pas la vérité

Isabelle Paré

Isabelle Paré, dans son article paru dans Le Devoir du 29-04-2000 explore «les enjeux d'un réseau qui engloutit désormais 37 % des revenus de l'

La santé

Jacques Dufresne


La santé à l'origine des cultures

Jacques Dufresne

À l'origine, santé et maladies s'expliquaient par la vision du monde.

De Pasteur à Freud

Jacques Dufresne


À lire également du même auteur

Hôpitaux : priorité aux donneurs de sens
Version complète d'un article paru dans le journal Le Devoir le 22 janvier 2021

Jeûne médiatique
Ascèse appropriée à une humanité où, en raison de l'omnipr&ea

Les trois virus : biologique, informatique et idéologique
Les deux premiers sont bien connus. Définition du troisième : une idée s&e

Julie Payette ou l’abdication de la première reine astronaute
Voici une bonne raison de remplacer Julie Payette par un ou une autochtone.

Éblouir pour régner
Où l'on voit comment, fort de ses connaissances en optique, Descartes propose au roi d

Le Chant du cygne, mourir avec dignité
En avril 1990, L'Agora organisait, en collaboration avec l'Ordre des Infirmi&egrav

Sainte-Élisabeth
Au coeur de l’histoire de ce village, un couvent des Soeurs de la Providence devenu un monumen




Nos suggestions