Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

La crise logique

Jean Proulx
« La crise logique ou le besoin du philosophe-médecin

Détruire la sottise sous toutes ses formes,
même sous la forme qu'elle prend ici.
Nietzsche

Je me propose d'établir ici une topographie (1) de la crise logique de notre milieu. Trois "lieux" (2) retiendront particulièrement mon attention : celui de la procréation institutionnelle avec ou sans amour; celui de la querelle des gros sous; celui, enfin, de la pollution du verbe (logos, parole). Ainsi, je puis nommer les trois domaines de ma recherche: le familial, le social, le politique.


Familia: parva societas (3)

On a toujours à défendre les forts contre les faibles.
Nietzsche

Visitez plusieurs demeures familiales. Vous trouverez "souvent, trop souvent", au fronton de l'entrée principale, cette inscription : " R.I.P. Ci-gît le père. Il fut. Au temps de la horde primitive freudienne. Mais l'assemblée générale des frères s'est révoltée. Elle a accompli le meurtre du père. Et c'est ainsi que l'éros fraternel, libéré, peut prendre l'air et le large."

C'est un fait incontestable. Le père est sur le point de disparaître. Il représentait, figure d'un âge pré-technique, l'auctoritas. A ce titre, on reconnaissait en lui la source, la force créatrice, d'une part, l'autorité qui contraint, d'autre part. Maintenant, la source est diffuse, la force créatrice est partout répandue et l'autorité appartient à tous les membres de la tribu.

Pourtant le malaise continue et même s'aggrave. De noyé (refoulé) qu'il était, éros s'est maintenant envolé (défoulé) dans le grand air. Tous les " psy " (psychologues, psychiatres, psychanalystes, ... ) semblent s'inquiéter de cette nouvelle névrose. On constate encore que les fils, faute de père, vivent leur identification avec les vedettes cinématographiques et trouvent les fondements de leur religion, de leur morale et de leur esthétique dans la publicité, que plusieurs analystes reconnaissent comme une mère dégradée ou une prostituée de grands chemins (4). Le fait est peut-être choquant, difficile à admettre : le besoin du père semble s'intensifier avec le meurtre du père; la faiblesse et la démission des forts paraissent engendrer la force et le règne des faibles.


Societas: politica parvissima (5)

Le médecin philosophe (amant de la sagesse)
est semblable à Dieu.

Hippocrate

Il faut se donner un concept du médecin. Dans l'antiquité québécoise, on affirmait qu'il était le bras droit du prêtre. En d'autres termes, le prêtre était le médecin de l'âme et le médecin se définissait comme le prêtre du corps. Tous deux se partageaient la fonction du sorcier des tribus primitives de l'ère pré-skidoo. Ce concept du médecin est né en contexte humaniste, mythico-religieux par surcroît. Il est donc à réviser.

Jaspers, dans ses Essais philosophiques propose une profonde réflexion sur l'idée médicale et sur le concept de médecin à l'ère technocratique. Mais son erreur est sans doute de parler du médecin en le définissant, d'une part, par rapport à la science médicale, d'autre part, en fonction d'une vocation humaniste.

Les catégories sartriennes ne nous aident pas davantage à élucider la question. Sartre parle, en effet, du domaine de l'en-soi (le plein, l'identique, l'opaque, la nécessité) et de celui du pour soi (le néant au coeur de l'être, l'angoisse et la liberté).

J'affirme d'abord que l'ancienne conception mythico-religieuse est erronée. Basée sur un humanisme religieux, elle ne peut qu'exclure le concept de médecin-spécialiste, dont les fondements derniers se situent au niveau d'un matérialisme le moins dialectique possible.

A la conception de Jaspers, ensuite, je dois dire qu'il manque un troisième référentiel : à la science médicale et à l'Humanisme doit s'ajouter la recherche d'un "métal blanc, brillant, inaltérable et très ductile", l'argent.

Enfin, aux catégories de l'en-soi et du pour-soi suggérées par Sartre, il ne fait aucun doute qu'il faille ajouter celle de l'être-à-soi-pour-soi. Au règne de la nécessité et à celui de la liberté, cette catégorie oppose le règne de l'intérêt (6).

Hippocrate était un médecin "engagé". Il refusa de prêter main-forte à Artaxerxès à l'occasion d'une épidémie. On dit qu'il repoussa des "offres magnifiques" (7) ne voulant pas secourir les ennemis de sa patrie. N'est-ce pas le cas tragique des médecins spécialistes réfugiés au Laurier Hotel d'Ottawa? N'avaient-ils pas, eux aussi, à défendre le principe "drachmatique" du désengagement ?


Politica : nikil (8)

Prends un vomitif. Je dis: prends un vomitif: sors de ce malaise.
Kierkegaard

C'est à ce niveau suprême, me semble-t-il, que la crise logique atteint son paroxysme. Deux violences s'affrontent au nom de leur entre-deux: la démocratie. La violence "felquiste" se reconnaît dans l'argument éminemment rationnel de la ruse terroriste. La violence étatique se fonde sur ce que Hegel appelle "le syllogisme de quantité" (9), intervention massive de la police et de l'armée. Mais tout cela s'est fait au nom de la démocratie i.e. au nom de l'éducation et de la libre discussion qui fondent le gouvernement du peuple par le peuple (10).

Des députés pleurent ou gémissent à la télévision au nom de la raison. Le bilinguisme est unilingue, "from coast to coast". Les riches s'enrichissent et les pauvres s'appauvrissent malgré "les impôts de progrès social" de la "société juste". Le chef de la nation la plus démocratique au Canada fonde ce que Hegel appelait déjà "une logique subjective" (11): il ne s'agit plus d'opposer séparatisme et fédéralisme mais bien indépendantisme et ouverture d'esprit.

Les chefs du Crédit social, pour leur part, établissent que le sens de la mesure et la charité dont ils se réclament doivent être affirmés avec fanatisme. D'ailleurs, au nom du respect absolu dû à la vie d'une personne, ne proposaient-ils pas de mettre tous les sympathisants du F.L.Q. devant le peloton d'exécution et de les questionner ensuite. Pour eux, l'État devra adopter la loi morale du Talion: oeil pour dent, dent pour oeil. Ils nous semblent préférer à la qualité du jugement ce que Hegel appelle la "quantité du jugement" (12).


Conclusion logique

Les prisonniers, politiques ou de droit commun, restent enchaînés dans la Caverne platonicienne. Le feu s'éteint sur la hauteur. Il fait terriblement noir dans la civilisation. Et les ombres elles-mêmes s'obscurcissent. Le philosophe-médecin reviendra-t-il jamais ?


Notes

1. Non-spécialiste.
2. J'emploie les mots "lieu" ou "domaine" dans un sens identique. Je réserve le terme "monde" pour l'ensemble de la farce.
3. Traduction: Le singe nu.
4. Les grands chemins sont ceux de l'audio-scripto-visuel.
5. Traduction : La bataille des rats.
6. "Intérêt" au sens large, incluant "capital" et "intérêt", mais non "impôt".
7. Autour de 56,000 nouvelles drachmes.
8. Traduction simultanée : Le-je-ne-sais-quoi et le presque-rien.
9. Le sens que nous donnons à cette expression n'a rien à voir avec le sens que lui donne Hegel.
10. Notons, autour du mot "démocratie", une crise non moins massive du langage.
11. Le sens que nous donnons à cette expression n'a rien à voir avec le sens que lui donne Hegel.
12. Le sens que nous donnons à cette expression n'a rien à voir avec le sens que lui donne Hegel.

À lire également du même auteur

Styles et formes du développement urbain
Cet article a d'bord paru dans la revue Critère en 1977. (Printemps, No 18). Il a conservé toute s

Réconcilier l'âge et la vie
L'auteur résume ici le Colloque L'Âge et la vie tenu à Montréal à l'automne 1976.

Plaidoyer pour les eaux oubliées
La symbolique de l'eau est universelle.

Morale et justice selon Bergson
Rien de plus efficace que l'obligation qu'on s'impose soi-même, sans passer par un Tiers (État, so

Midas et Crésus
L'auteur rappelle à notre mémoire deux rois légendaires aux richesses fabuleuses.

Le cycle du désir
Essai sur la représentation du divin.

La chaleur d'un chant chrétien en terres froides
Perdus dans de grands espaces, luttant jour après jour contre le froid et la maladie, sans cesse ob