Une gouache inconnue signée Maurice Utrillo

Claude Gagnon
Que l'oeuvre en question soit vraie ou fausse, voilà un peintre qui avait compris Utrillo.
Une gouache signée Maurice Utrillo, datée de 1933 et représentant quelques habitations et un moulin de la ville de Sannois en France a été retrouvée il y a quelques mois dans la région de Montréal. L'oeuvre était en bonne condition.

Si cette gouache était authentique, elle serait un fleuron de plus dans l'oeuvre immense du célèbre peintre français. Mais tous savent aussi le grand nombre de faux et de falsifications de toutes sortes qui circulèrent dans le sillage de ce peintre le plus cher, dit-on, après Picasso.

Les experts consultés ne s'entendent pas sur l'identification de l'oeuvre présentée ici. Tous cependant reconnaissent le fin dessin des arbres, des bâtiments et des lettres qui les ornent. Plus importante est la perspective typique des rues composées par Utrillo qui semble ici à l'oeuvre. On a noté que les bâtiments ne sont pas dans leur ordre naturel mais d'autres rappellent qu'Utrillo a fait de même pour Montmartre et ailleurs. Certains questionnent la graphologie de la signature, alors que d'autres font valoir au contraire le risque, pour un faussaire, d'imiter une signature à la gouache.

Le catalogue du musée Utrillo-Valadon de Sannois ne contient aucune oeuvre identique (voir cependant une huile sur panneau de 1912 intitulée Moulin de Sannois). Cette gouache ne figure pas non plus au catalogue des faux compilés par le même musée. S'il s'agit d'un faux, nous sommes donc en présence d'un artiste à la fois fort talentueux et peu fortuné dans son commerce. L'ouvrage a longtemps été oublié dans une galerie de la région de New York.

Cette gouache, de la période dite «colorée» de l'artiste français, sera fort difficile à évaluer. Elle vaut déjà par sa qualité esthétique propre, qu'elle ait ou non été produite par celui que Francis Jourdain a appelé le «portraitiste des murs».

Autres articles associés à ce dossier

À lire également du même auteur

Saint-Jacques de Montréal
Enquête menée sur les églises Saint-Jacques au Canada (1980-1982).

Renaissance et résilience culturelle
Peut-on lire la Renaissance comme un phénomène de résilience culturelle? Il s'agit pour l'auteur

Regards sur le Bas-Canada par Alexis de Tocqueville
Claude Corbo présente l'ensemble des observations que l'académicien Alexis de Tocqueville a rédig

Pérégrinations végétariennes
Le végétarisme a toutes les raisons pour lui.

Penser le ciel
Des étoiles fixes aux étoiles en guerre.

Liberté sur l'argent
Compte rendu du numéro 239 de la revue Liberté (octobre 1998)




Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.