Mort et mariage

Ernst Jünger
Le combat de la vie, le fardeau de l'individualité. A l'opposé, l'indivis et ses tourbillons toujours plus profonds. Aux instants de l'étreinte, nous y plongeons, nous nous abîmons dans des zones où gîtent les racines de l'arbre de vie. Il y a aussi la volupté légère, fugitive, pareille au combustible qui flambe, et tout aussi volatile. Au-delà, au-dessus de tout cela, le mariage. «Vous serez une seule chair.» Son sacrement ; le fardeau est désormais partagé. Enfin, la mort. Elle abat les murailles de la vie individuelle. Elle sera l'instant de l'accomplissement suprême. (Matthieu XXII, v. 30.) C'est par-delà la mort, et là seulement, où le temps n'est plus, que nos véritables liens ont formé le noeud mystique. Il nous sera donné de voir, quand la lumière s'éteindra.

Autres articles associés à ce dossier

Mariage robotisé

Jacques Dufresne


Le mariage est un amour fou qui dure

Jacques de Bourbon-Busset

Texte inédit paru dans Olivier Poivre d'Arvor, Apologie du mariage, Paris, La Table ronde, 1981, p. 63

À lire également du même auteur

La qualité et la quantité
La différence entre le qualitatif et le quantitatif est portée par la déchirure de l'espace et du

La plante originaire
Ernst Jünger s'inscrit ici dans une tradition qui remonte à Goethe. Ce grand poète fut aussi un b