Lettre de Maurice Maeterlinck à Léon Bloy

Maurice Maeterlinck
Lettre datant de juin 1897, dans laquelle Maeterlinck s'incline devant le génie de Bloy.
Monsieur, je viens de lire la FEMME PAUVRE. C’est, je pense, la seule des œuvres de ces jours où il y ait des marques évidentes de génie, si, par génie, l’on entend certains éclairs « en profondeur » qui relient ce qu’on voit à ce qu’on ne voit pas et ce qu’on ne comprend pas encore à ce qu’on comprendra un jour. Au point de vue purement humain, on songe involontairement au ROI LEAR, et on ne trouve pas d’autres points de repère dans les littératures. Croyez, Monsieur, à mon admiration très profonde.

Maurice Maeterlinck

Autres articles associés à ce dossier

La tisane

Léon Bloy

Le texte présenté sur cette page a d'abord paru dans le journal Gil Blas de Juillet 1893 à Avril 1894, puis fut repris avec d'autres dans le recuei

Léon Bloy

Paul Verlaine

L'auteur de Sagesse rend hommage au « mendiat ingrat ».

Léon Bloy

Remy de Gourmont


Léon Bloy

René Martineau


À lire également du même auteur

La beauté intérieure
Si l’on connaît Maurice Maeterlinck (1862-1949) le dramaturge (Pelléas et M&eac

Introduction aux Épistres de Sénèque
Il s'agit du texte d'une introduction à une édition des Lettres à Lucilius, traduites par Antoine




Nos suggestions