Léon Bloy

Paul Verlaine
L'auteur de Sagesse rend hommage au « mendiat ingrat ».
« Le Dogme certes, et la Loi,
Mais Charité qui ne commence
Ni ne finit, énorme, immense,
Telle la foi de Léon Bloy.

Un Abel mais un saint Éloi :
Enclume et marteau sans clémence,
La raison jusqu’à la démence,
Telle la foi de Léon Bloy.

Une tête féroce et douce,
Très extraordinairement
Un peu va comme je te pousse ;

Un génie horrible et charmant,
Et tout l’être et tout le paraître
D’un mauvais moine et d’un bon prêtre. »

Autres articles associés à ce dossier

La tisane

Léon Bloy

Le texte présenté sur cette page a d'abord paru dans le journal Gil Blas de Juillet 1893 à Avril 1894, puis fut repris avec d'autres dans le recuei

Léon Bloy

Remy de Gourmont


Léon Bloy

René Martineau


Lettre de Maurice Maeterlinck à Léon Bloy

Maurice Maeterlinck

Lettre datant de juin 1897, dans laquelle Maeterlinck s'incline devant le génie de Bloy.

À lire également du même auteur

Malines
Août 72




Nos suggestions