• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Solon

    Homme d'État, législateur et poète élégiaque grec.

    Le grammairien Didyme, dans son ouvrage sur les lois de Solon, en réponse à celui d'Asclépiade, cite un passage d'un certain Philoclès, qui donne à Solon Euphorion pour père. Il est contraire en cela à tous les écrivains qui ont parlé de ce législateur, et qui le font fils d'Exechestides, homme de peu de crédit et d'une fortune médiocre, mais de la plus illustre maison d'Athènes.

    Héraclide de Pont dit que Solon survécut assez longtemps à l'usurpation de la tyrannie par Pisistrate; mais si l'on en croit Phanias d'Érèse, il ne vécut pas deux ans entiers. Car Pisistrate s'était emparé de l'autorité souveraine sous l'archonte Comias; et Solon, suivant le même Phanias, mourut sous l'archonte Hégestrate successeur de Comias. On a dit que ses cendres avaient été semées dans l'île de Salamine; mais c'est le conte le plus absurde et le plus destitué de vraisemblance. Il est cependant rapporté par plusieurs auteurs dignes de foi, et même par le philosophe Aristote.

    Biographie

    Solon: législateur d'Athènes, l'un de sept sages de la Grèce. Le maître à penser de l'Occident chrétien, Aristote, avait toujours les yeux tournés vers Solon quand il traitait de politique; quand ils ont voulu introduire les lois écrites dans leur République, les Romains ont envoyé une délégation de sénateurs étudier les lois de Solon à Athènes.

    Dans de nombreux pays africains d'aujourd'hui, les femmes travaillent de façon servile une terre immense appartenant à un puissant personnage. Six siècles avant-Jésus Christ, Solon a indiqué la voie à suivre pour combattre une telle injustice. Athènes, c'est-à-dire la ville comme telle et la campagne environnante, était dominée par quelques grands propriétaires terriens qui subordonnaient tout à leurs intérêts. Tôt ou tard les rares paysans demeurés libres étaient obligés d'emprunter de l'argent à l'un d'entre eux. Celui qui ne pouvait pas rembourser son créancier en espèces lui cédait une partie de sa terre, à défaut de quoi, il devait payer de sa personne en se constituant esclave. Le grand poème d'Hésiode, Les travaux et les jours, est empreint de ce malheur.

    Bien qu'aristocrate lui-même, Solon a éprouvé une telle compassion pour les petits paysans qu'il a réussi à faire adopter des lois justes à leur égard; des lois telles que sans que les grands en soient inutilement et démesurément humiliés, les dettes fussent effacées et les petits paysans habilités à devenir propriétaires. Les prêts sur la personne et autres abus de même nature allaient désormais être considérés comme barbares. L'État de droit venait d'être instauré. Il était accompagné de réformes politiques et juridiques qui donnaient au peuple une participation réelle au pouvoir.

    Nous sommes aux environs de ~600. La démocratie ne sera pleinement instaurée qu'un siècle plus tard. Après avoir reçu les lois de Solon, le peuple d'Athènes plébiscita Pisistrate, qui devint un tyran, mot auquel il ne faut toutefois pas donner un sens trop péjoratif dans ce contexte. Pisistrate, contre toute attente, allait respecter et faire respecter les lois de Solon. C'est un autre tyran de même qualité, Clisthène, qui achèvera la grande réforme. Les citoyens allaient désormais être définis par leur appartenance à un dème (village ou quartier) plutôt que par leur appartenance à une lignée. On n'allait plus dire Socrate fils de, mais Socrate du dème de. Vue sous cet angle la démocratie apparaît comme le passage d'une référence au temps à une référence à l'espace.

    Désormais le pouvoir appartenait vraiment au peuple qui l'exerça de façon directe et qui, bien vite, en abusa. Pour empêcher un riche de prendre trop d'ascendant, on pouvait le bannir en recueillant à cette fin 6,000 signatures. Les démagogues, qui suivent la démocratie comme les charognards suivent les proies faciles, utilisèrent bientôt cette loi, qui était nécessaire au début, pour éliminer leurs adversaires. Les mêmes démagogues distribuèrent des jetons de présence aux juges et autres magistrats. Et ce fut le début d'une gangrène bureaucratique incurable.

    Si bien que la même démocratie qui avait permis aux Athéniens de vaincre les Perses allait être cause de leur défaite devant les Spartiates cinquante ans plus tard. C'est l'une des raisons pour lesquelles Socrate (~470, ~399), Platon (~427, ~347) et Aristote (~384, ~422), (dans une moindre mesure) allaient se montrer très sévères pour le régime démocratique.

    Oeuvres

    Quelques beaux mots de Solon

    On lui demanda un jour quelle était la ville la mieux policée: «C'est répondit-il, celle où tous les citoyens sentent l'injure qui a été faite à l'un d'eux et en poursuivent la réparation aussi vivement que celui qui l'a reçue».

    «Les hommes gardent les conventions qu'ils ont faites entre eux quand aucune des parties contractantes n'a intérêt à les violer. Je ferai donc des lois si conformes aux intérêts des citoyens, qu'ils croiront eux-mêmes plus avantageux de les maintenir que de les transgresser.»

    Solon, nous dit Plutarque, "accomodait bien plus les lois aux choses que les choses aux lois. [...] Et il croyait juste de fournir aux besoins et non à la paresse."

    On serait fidèle à l'esprit de ces lois en disant que nul ne devrait recevoir l'aide de l'État sans être tenu en retour de rendre des services à la société.

    Le poème fondateur

    Ô Temps sois mon témoin! Et toi, ô noire Terre,
    Mère de tous les dieux! Toi que j'ai délivrée
    Des bornes dont tu fus bassement encombrée
    Par les accapareurs! Toi que j'ai affranchie!
    Redressant la Justice indignement gauchie,
    J'ai ramené dans leurs foyers par Zeus bâtis
    Les exilés, innocents ou non, engloutis
    Dans le malheur, vendus, chassés ou bien partis
    D'eux-mêmes et si lontemps errant à l'étranger
    En proie à la misère, au malheur, au danger,
    Qu'ils avaient oublié la langue de leurs pères!
    Et d'autres qui tremblaient sous un injuste maître,
    Ici même, opprimés, je les ai fait renaître,
    Et de nouveau, grâce à mes lois, les voilà libres!
    J'ai réparé, j'ai joint, j'ai rapproché les fibres
    Aidant les pauvres, juste envers les gens prospères,
    En haut ainsi qu'en bas, j'ai placé l'équité.
    Un cupide et un lâche eût peut-être hésité
    Sans savoir diriger ou tenir en respect
    La foule. Je n'ai pas pour être moins suspect
    À certains, transigé, pactisé; quand les chiens
    attaquent, le loup les tient en respect; les biens
    reçus grâce à mes lois, ils n'osaient en rêver,
    et de meilleurs que moi vont plus tard m'approuver.
    J'empêchai que chacun, à son gré n'écrémât
    Le lait de tous. Et quand la colère enflamma
    Les deux partis, moi seul, entre eux médiateur,
    Je me tins...

    Textes cités par PLUTARQUE dans sa Vie de Solon.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Grèce
    Documents Associés
    Plutarque
    Biographie, législation, Athènes, Dracon, Thalès de Milet, Ésope
    Jacques Dufresne
    Sagesse, Ulysse
    Thomas R. Martin
    Lois
    Jacques Dufresne
    Justice
    Jacques Dufresne
    Justice
    Solon
    Lois, exil, injustice, justice, tissu social
    Raccourcis
    Vie de Solon par Plutarque. Vie de Solon en anglais, extrait contenant de nombreux hyperliens.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.