• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Mérimée Prosper

    Romancier et critique français, né à Paris le 27 sept. 1803, mort à Cannes le 23 sept. 1870, fils de Jean-François-Léonor Mérimée, peintre et chimiste français, arrière-petit-fils d'un avocat au Parlement de Normandie, devenu intendant du maréchal de Broglie.

    Un familier de la cour impériale

    "Dès ses débuts d’écrivain, Mérimée mène de front carrière administrative et production littéraire. Il n’a pas trente ans quand surviennent les événements de 1830. Pendant que son roman Colomba le fait connaître de toute la France, il s’oppose à la poussée républicaine. Plusieurs fois ministre sous la Monarchie de Juillet, Mérimée se distingue surtout dans ses fonctions d’inspecteur des Monuments historiques qui l’amènent à se déplacer dans toutes les régions françaises et donnent lieu à de nombreux récits.

    C’est au cours de l’un de ces voyages que l’écrivain se lie avec Mme de Montijo, mère de la future impératrice Eugénie, ce qui lui vaudra quelques années plus tard d’être reçu en familier aux Tuileries. Après le coup d’Etat du 2 décembre, Mérimée est fait sénateur en 1853 et soutient de son vote la politique de Napoléon III, pendant toute la durée de l’Empire."

    Portrait de Prosper Mérimée (Le Sénat du Second Empire, 1851-1870 -- Le Sénat: histoire de la seconde chambre)

    Biographie

    "Il fait des études ordinaires au collège Henri IV d'où il sort à dix-huit ans. Il montre un certain goût pour la peinture. Mais son père, averti sans doute par son expérience personnelle, le détourne de l'art et lui conseille le droit. Il s'y livre peu et se préoccupe surtout de littérature. Il se lie avec Stendhal, déjà célèbre et qui avait vingt ans de plus que lui, et Ampère; il fréquente le salon Stapfer où il rencontre Viollet-le-Duc, Etienne Délécluze, Victor Cousin, Sainte-Beuve, Charles de Rémusat, Saint-Marc Girardin, Adrien de Jussieu, etc. Reçu avocat, il entre au ministère du commerce où des loisirs lui permettent de travailler à ses premières oeuvres. Après quelques essais de théâtre, drames, comédies qu'il lit à ses amis, il fait paraître en 1825 le Théâtre de Clara Gazul, qu'il donne comme étant d'une actrice espagnole ; dans une préface signée Joseph L'Estrange, il s'annonce modestement comme le traducteur et l'éditeur de l'oeuvre. Le livre eut un médiocre succès de vente, mais fit connaître du coup l'auteur qu'on fêta bientôt dans les salons à la mode, chez Mme Récamier entre autres, et chez Mme Pasta. En 1827, il renouvelle sous le titre : La Guzla, anagramme de Gazul, la même mystification, qui, de nouveau, trompe tout le monde. Cette fois, il se fait passer pour un Italien réfugié, et présente la Guzla comme un recueil de chants populaires illyriens. Le succès de ces ballades qu'il écrivit en quinze jours à l'aide de quelques mots illyriens et de deux ou trois livres où il trouva de la « couleur locale », fut immense. On les traduisit en allemand. Pouchkine lui-même en traduisit plusieurs en russe, s'extasiant sur la saveur originale et étrange de ces chants. Suivent en 1828 la Jacquerie, trente-six scènes dramatiques sur l'insurrection des paysans dans le Beauvaisis au XIVe siècle, la Famille de Carvajal, une histoire d'inceste dans l'Amérique du Sud, sans grand intérêt. La Chronique du règne de Charles IX date de 1829. Elle ajouta à sa renommée, mais elle ne contribuera pas à sa gloire : c'est une oeuvre ambitieuse et manquée qu'on peut d'ailleurs placer à coté des meilleures de Walter Scott et de Dumas père.

    La même année, il publia dans la Revue de Paris et dans la Revue française deux petites comédies: l'Occasion et le Carrosse du Saint-Sacrement et quelques nouvelles: Mateo Falcone, Vision de Charles IX, l'Enlèvement de la Redoute, le Vase étrusque, Tamango, Federizo et la Perle de Tolède, qui, beaucoup mieux que ses oeuvres précédentes, donnent dès à présent la mesure exacte de son talent. Il ne dépassera même jamais dans la suite l'imagination sobre et la précision de ces courtes pages.

    Il part pour un voyage en Espagne où il se lie d'amitié avec la comtesse de Montijo. A son retour, les Bourbons étaient chassés de France, et il devient, grâce à la protection de la famille de Broglie, chef de cabinet du comte d'Argout au ministère de la marine, puis au commerce, puis à l'intérieur. Lorsque son protecteur quitta le Cabinet (1833), il le fit nommer inspecteur général des monuments historiques à la place de Vitet. Rendu aux lettres en 1833, il fait paraître la Double Méprise, petite nouvelle amusante et délicate, mais d'une psychologie à peine esquissée, et les Âmes du Purgatoire (1835), histoire railleuse et mystique de Don Juan de Marana. A partir de cette époque, Mérimée, sans cesser d'écrire, se consacre particulièrement à ses fonctions d'inspecteur des monuments historiques auquel il prend goût. I1 y trouve l'occasion d'exercer là son sens critique, et la science qu'il a acquise en archéologie et en architecture. Il voyage à travers la France et réussit à sauver de la ruine définitive nombre de monuments et de morceaux historiques de valeur. En 1837, il publie encore six nouvelles sous le titre de la Vénus d'Ille, et en 1840, Colomba,qui passe pour son chef-d’œuvre. Il va en Espagne, en Grèce et en Turquie (1840-42). Ses Etudes sur l'histoire romaine et les Monuments helléniques datent de cette époque. L'Architecture au moyen âge est de 1843. Il entre alors à l'Académie des inscriptions et belles-lettres, stage pour l'Académie française où il est reçu l'année suivante (1844), prenant place au fauteuil de Charles Nodier dont il a un mal incroyable à faire l'éloge. Il est reçu par son ami Ampère. En 1846, il publie Carmen (suivi d'Arsène Guillot et de l'Abbé Aubain). Son Histoire de don Phèdre, roi de Castille, date de 1848, les Faux Démétrius de 1852, les Deux héritages de 1853. Il s'était mis à étudier la langue russe, lui qui savait déjà l'anglais, l'italien et l'espagnol, et à traduire Gogol et Pouchkine. C'est donc à lui, non à d'autres qui s'en sont vantés depuis, que revient l'honneur d'avoir répandu en France le goût de la littérature slave.

    Le 14 mai 1850, il laisse jouer à la Comédie-Française le Carrosse du Saint-Sacrement, par Augustin Broham, et on le siffle outrageusement. Dans le numéro de la Revue des Deux Mondes du 15 avr. 1852, il défend son ami l'Italien Libri, accusé de vols de volumes précieux; on le poursuit pour injures à la magistrature, et il est condamné à quinze jours de prison et à 1000 fr. d'amende. Il subit sa peine à la Conciergerie. Il recommence alors ses tournées d'inspection. De 1853 à 1860, il paraît délaisser la littérature pure pour se livrer tout entier à ses études de critique et d'histoire et à ses traductions du russe. Il est nommé sénateur en 1853. Il voyage en Angleterre, en Écosse, en Suisse, en Italie. Et, entre temps, comme la fille de son amie la comtesse de Montijo est devenue impératrice des Français, il est devenu le familier des souverains, et l'impresario des plaisirs de la cour. Jusqu'à sa mort, il n'écrira plus que des études sur Jules César, qui serviront plus tard à Napoléon III, sur les Cosaques d'autrefois, des rapports, des portraits, des traductions, la Chambre bleue (1866) et Lokis (1868)."

    Jules Huret, article "Prosper Mérimée" de La Grande encyclopédie (édition publiée entre 1885 et 1902)


    Prosper Mérimée, inspecteur général des monuments historiques. Extrait d'un compte rendu d'une conférence de M. Gérard Lauvergeon, professeur honoraire au lycée Pothier d'Orléans (Association orléanaise Guillaume Budé)


    Un jugement sur l'auteur et son oeuvre datant de la fin du 19e siècle

    "La mode a l'air de revenir à Mérimée depuis quelques années. Il bénéficie d'un remous de la réaction critique contre le romantisme. L'abus des images et de la couleur durant ces derniers temps donne un regain de vogue à l'écrivain sobre jusqu'à la sécheresse, et la fécondité naturaliste sert de repoussoir à son assez mince bagage littéraire (nous ne parlons pas du tas énorme de ses mémoires et de ses rapports). Quand ses admirateurs ont vanté le goût, le tact, la précision, et la netteté classiques de l’œuvre de Mérimée, son ironie en demi-teinte, sa discrétion et sa retenue, ils ont à peu près tout dit des éloges qu'il mérite. Il est serré, mais étriqué, il est distingué mais souvent banal, il imagine plus qu'il n'observe; à force de réagir contre ce qu'il appelait la sensiblerie de Rousseau, la fumée et les vapeurs romantiques, il n'a jamais d'émotion sincère, et son oeuvre est terne et grise. Même quand il écrit ses Lettres, ses fameuses Lettres à une inconnue, il a l'air de s'être relu à la loupe avant de cacheter sa missive, et à coup sûr, il écrivait ses lettres sur brouillon. Ses amis objectent qu'il n'était pas expansif, et que sa sensibilité était interne. Il refoulait! Réponse trop facile. Il faut plutôt croire que sa vie et ses oeuvres ont été en conformité avec sa nature et ses goûts : coeur sec, il se refusait sans contrainte à l'émotion; ou bien égoïste profond, il fuyait avec adresse les occasions d'être ému. On a parlé de l'influence qu'a eue Stendhal sur son esprit. Elle est probable. Mais cette influence n'a pu être que négative. Stendhal, tout en se raillant lui-même, confessait les petites hypocrisies de sa sentimentalité, et jusqu'à certains coins de naïveté de son esprit ; Mérimée n'a jamais de ces cynismes: il semble toujours campé devant son miroir, occupé à rentrer sous sa redingote boutonnée les bouts de sa cravate et de ses sentiments.

    Ces réserves faites, il faut reconnaître que Mérimée fut un esprit très droit, très honnête, sans méchanceté, très complaisant même. Il a dû souffrir de la sécheresse de sa nature. Cette phrase est de lui : « Il vaut mieux trop aimer que pas assez ». Si son esprit critique est pauvre, si ses portraits littéraires n'apprennent rien d'important ni sur les oeuvres ni sur les auteurs qu'il a le mieux connus, comme historien Sainte-Beuve le vante."

    Jules Huret, article "Prosper Mérimée" de La Grande encyclopédie (édition publiée entre 1885 et 1902)

    Oeuvres


    Liste des oeuvres (Petits classiques Larousse)

    Catalogue des oeuvres de Prosper Mérimée (Centre d'études du 19e siècle français Joseph Sablé, Un. de Toronto, Can.)

    Textes en ligne:

    Carmen (1845) (Bibliopolis)
    Autre présentation (Opera Glass)

    La Vénus d'Ille

    Petite Bibliothèque portative, Ministère des Affaires étrangères, Fr.:

    Colomba (formats PDF et RTF)
    H.B. (formats PDF et RTF)
    La partie de Trictrac (formats PDF et RTF)
    La Vénus d'Ille (formats PDF et RTF)
    Le vase étrusque (formats PDF et RTF)
    Matéo Falcone (formats PDF et RTF)
    Tamango (formats PDF et RTF)

    Une femme est un diable, tragi-comédie extraite du Théâtre de Clara Gazul (1825) (Bibliothèque de Lisieux)

    Le ciel et l'enfer, tragi-comédie extraite du Théâtre de Clara Gazul (1825) (Bibliothèque de Lisieux)

    Il Viccolo di Madama Lucrezia (Paris, M. Vox, 1944, 74 p.). 1ère édition de ce texte en 1873 dans le recueil posthume Dernières nouvelles. Sans doute écrit vers 1846 (Bibliothèque de Lisieux)

    H. B. (Bibliothèque de Lisieux)

    Notes d'un voyage dans le midi de la France, Paris, Fournier, 1835 (Bibliothèque nationale de France, Gallica, mode image)

    Les Cosaques d'autrefois (1865). Extraits et présentation

    Discours de réception à l'Académie française, 6 février 1845; Réponse de Charles-Guillaume Étienne

    Documentation

    Études anciennes

    Brisson, Adolphe. "Le faux scepticisme de Mérimée", dans La comédie littéraire: notes et impressions de littérature, Paris, A. Colin, 1895, 382 p.: p. 237-246 (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)

    Marcaggi, J.-B. "Les sources de Colomba", La Revue de Paris, 15 juillet 1928, p. 446-470 (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)

    Dugas, L. "La timidité de Prosper Mérimée", Mercure de France, 31e année, tome CXLIII, no 535, 1er octobre 1920, p. 113-125 (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)

    Publications récentes

    Darcos, Xavier. Mérimée historien. Texte d'une communication présentée le 17 janvier 2005 à l'Académie des sciences morales et politiques.

    La Vénus d'Ille. Dossier pédagogique (Petits Classiques Larousse)

    Mosaïque (1833), premier recueil de nouvelles de Mérimée (Un tour du monde de la nouvelle en 80 recueils, Bibliothèque universitaire d'Angers, Fr.)

    Sylvie Sangarné, "Les tentatives françaises d'édition d'un recueil des inscriptions latines (C.I.L.). La guerre des comités (1835-1839)", Cahiers d'histoire, no 1, 1999. Résumé: "Alors que parait en 1863 le premier tome du monumental CIL (Corpus inscriptionum Latinarum) sous les auspices de l'Académie de Berlin, la communauté scientifique française subit un grave échec. L'histoire de cet échec est celui de multiples tentatives d'éditions de recueils des inscriptions latines qui, à chaque fois, avortèrent. Dès 1835, les premières tentatives provoquèrent un affrontement entre Philippe Le Bas et Prosper Mérimée, entraînant avec eux leurs comités jusqu'à l'Académie des inscriptions et belles-lettres. Mais derrière l'affrontement de ces deux hommes, s'affrontaient aussi deux conceptions de l'histoire et de l'épigraphie, dans un contexte politique favorable à l'émergence d'une science encore balbutiante. Elles allaient permettre de lancer, en France, l'ambitieuse idée d'un Recueil général des inscriptions latines, ce CIL. que Theodor Mommsen, à peine trente ans plus tard, réalisait, mais à Berlin."

    Misha Berson, An undying passion for Carmen: Mérimée's 'Carmen' has inspired many incarnations through the years, The Seattle Times, 27 janvier 2002

    Pierre Nicq, De Théodore Géricault à Prosper Mérimée ou un noir peut-il (se) barrer?, Le Français dans tous ses états, no 38
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    27 / 09 / 1803, Paris
    Déces
    23 / 09 / 1870
    Documents Associés
    Anatole France
    Mérimée, mariage, passion, morale, ennui
    La Grande encyclopédie
    Chronique des lettres françaises
    correspondance, patrimoine, conservation, Viollet-le-Duc
    Raccourcis
    Prosper Mérimée, référence majeure dans la protection du patrimoine (Ministère de la Culture et de la Communication. Mission de la recherche et de la technologie)
    L'homme et l'oeuvre (Petits classiques Larousse)
    Notice (Encyclopédie Hachette, Yahoo! France)
    Brève notice biographique (Académie française)
    Membre de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres
    Autre notice biographique (Forums de l'histoire)
    Brève biographie (Alalettre.com)
    Site web consacré à Mérimée réalisé par une classe d'élèves de seconde sous la supervision de leurs professeurs
    Mérimée et l'impératrice Eugénie
    Le sauvetage de l'abbatiale de Conques en 1837 par P. M., alors Inspecteur de Monuments historiques
    Mérimée et la renaissance de Conques (Aveyron.com)
    L'abbaye de Saint-Savin sauvée par Mérimée (Poitou)
    Abbaye Saint-Julien de Tours également sauvée par P.M.
    Mérimée et la fouille archéologique d'Entremont
    Mérimée ou les charmes de la Vénus accroupie (Le Palais du Miroir)
    La chapelle Saint-Michel de Lestre (Normandie), classée Monument historique par P. M.
    Le prieuré de Serrabona (Pyrénées orientales) et la génèse de La Vénus d'Ille
    Mérimée et le salon de Madame de Récamier; P.M. fréquente le salon de la princesse Mathilde
    Le peintre Champmartin et Prosper Mérimée (Lauris en Luberon, Provence)
    Avignon d'après Mérimée
    Mérimée critique de la langue bretonne
    Sépulture de Mérimée à Cannes (Cannes-on-line)
    La dictée de Mérimée (Dicos d'Or)
    Timbre honorant la mémoire de Mérimée

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.