Jean-François-Léonor Mérimée

La Grande encyclopédie
Brève biographie du père de l'écrivain Prosper Mérimée.
Peintre et chimiste français, né à Broglie (Eure) le 8 sept. 1757, mort le 27 sept. 1836. Sa vie se divise en deux parties bien distinctes : la première consacrée à la peinture, la seconde aux arts industriels. Elève de G.-F. Doyen et de Fr.-A. Vincent, il obtint un second prix à l'Académie royale de peinture avec la Mort de Tatius. Avant de se rendre en Italie, il fit un voyage en Hollande pour étudier les procédés matériels de la peinture à l'huile depuis Van Eyck; le résultat de ses recherches ne fut publié par lui qu'en 1830 sous le titre de : De la Peinture à l'huile ou des procédés matériels employés dans ce genre de peinture depuis Hubert et Jean Van Eyck jusqu'à nos jours. De la Hollande, L. Mérimée passa en Italie où, pendant son séjour à Rome et à Florence, il peignit : Chasseurs trouvant dans une forêt le squelette de Milon de Crotone (1790) ; l'Innocence nourrissant un serpent (1791); Bacchante jouant avec un petit satyre (1795); Vetumne et Pomone (1796); Vénus qui s'est blessée en touchant les flèches de l'Amour (1799). Puis, à son retour à Paris, un plafond pour le Louvre : Hippolyte ressuscité par Esculape. À dater de 1802, il se consacra presque exclusivement à la chimie industrielle. Membre de la commission chargée d'examiner les objets admis à l'Exposition des produits de l'industrie française (1802), puis secrétaire perpétuel de l'Ecole des beaux-arts (24 janv. 1807), il publia, jusqu'à sa mort, une suite considérable de rapports et de mémoires sur les manufactures, les procédés de fabrication, l'enseignement du dessin, enfin, sur tout ce qui touche à l'art industriel et décoratif.

Autres articles associés à ce dossier

Portrait intime de Mérimée

Anatole France

Mérimée sur le mariage, ses désillusions de vieillesse, son désir «d'avoir une petite fille» à élever pour occuper ses vieux jours. Texte d'An

Sur la correspondance de Mérimée et de Viollet-le-Duc

Chronique des lettres françaises

À propos de la publication de cette correspondance dans l’édition des Œuvres complètes, préparée par Pierre Trahard et Édouard Champi




Nos suggestions