• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Phidias

    Sculpteur athénien, le plus célèbre des sculpteurs grecs. Ses représentations colossales d'Athéna Parthénos, qui ornait autrefois l'Acropole et de Zeus à Olympe furent si renommées dans l'Antiquité que le Zeus chryséléphantin – d'or et d'ivoire – figurait au nombre des «Sept merveilles du monde». Actif de 479 à 432 avant J.-C., les frises du Parthénon sculptées sous sa direction représentent l'art classique grec à son apogée.

    Biographie

    Athénien de naissance, fils de Charmidès, il fut l'élève d'Hégias ou Hégésias, sculpteur dont le style traditionnel, rude et sévère, rappelait l'art étrusque. Il se rendit ensuite à Argos, où se trouvait alors une des écoles les plus florissantes de sculpture; il y apprit entre autres, auprès de l'illustre Ageladas, la technique du bronze. Il revint dans sa ville natale, alors gouvernée par Cimon, et y exécuta un groupe de bronze consacré à Delphes en mémoire de la bataille de Marathon, une Athéna en bois doré et en marbre blanc, de même que la célèbre Athéna Promachos en bronze qui fut placée sur l'Acropole (456) et dont les navigateurs pouvaient voir la lance et l'aigrette depuis le Pirée.

    Les frises du Parthénon
    La renommée de Phidias était bien établie lorsque Périclès prit le pouvoir en 449 et entreprit des grands travaux d'embellissement d'Athènes. Il confia à Phidias la surintendance de la décoration du Parthénon et des Propylées, érigés sur l'Acropole entre 447 et 438, et dont les architectes furent Ictinos et Callicratès. Pour le Parthénon, Phidias supervisa la production d'un vaste programme décoratif réparti sur les deux frontons, dont l'un est consacré à la naissance d'Athéna (fronton oriental) et l'autre à la lutte de Poséidon et d'Athéna pour la domination de l'attique (fronton occidental). La décoration recouvrait également les frises à l'extérieur du temple où étaient célébrées les victoires militaires attribuées par les Grecs à la protection d'Athéna, de même qu'une longue frise ininterrompue à l'intérieur du temple où était représenté le cortège des Panathénées, fête donnée en l'honneur de la déesse. Plusieurs fragments de ces ouvrages en bas-reliefs subsistent, dans lesquels on reconnaît d'autres mains que celles du maître mais qui portent néanmoins l'empreinte immanente de Phidias. Ils sont aujourd'hui conservés au British Museum, au Louvre, à Naples et à Athènes.

    Chefs-d'œuvre absolu de la sculpture grecque, ces bas-reliefs sont animés d'un mouvement plein de vie, majestueux; les dieux affichent cette dignité ordonnée chère à l'art grec; au vocabulaire du statuaire s'ajoute la ligne fluide – on sait que les sculpteurs grecs habillaient leurs modèles de tuniques imprégnées d'eaux pour mieux marquer le mouvement des plis – des drapés, la richesse des expressions et des attitudes, le rendu naturaliste des animaux, des chevaux cabrés, montés par de jeunes cavaliers athéniens aux silhouettes gracieuses et musclées. Phidias qui maîtrisait parfaitement l'anatomie, confère aux corps qu'il sculpte une grâce et un dynamisme admirablement contenus, exempt de tout souci de virtuosité.

    L'Athéna Parthénos
    Phidias sculpta pour l'intérieur du temple une statue colossale d'Athéna Parthénos (qui veut dire "jeune vierge") en or et en ivoire, haute de près de 12 mètres, dont le général et écrivain grec Pausanias nous a livré cette description: «La statue d'Athéna est faite d'ivoire et d'or. Au milieu de son casque est la figure d'un sphinx, et de chaque côté des griffons. La statue est debout, vêtue d'une tunique talaire, et sur la poitrine elle porte la tête de la Méduse en ivoire. La Victoire a environ 4 coudées de-haut. D'une de ses mains, la déesse tient la lance; à ses pieds est son bouclier, et près de la lance un serpent que l'on dit représenter Erichtonios; sur le piédestal de la statue est figurée la naissance de Pandore». Le musée national d'archéologie d'Athènes possède une copie de l'Athéna Parthenos réalisée au IIe siècle et qui fut retrouvée lors de fouilles en 1881 sur la place du Varvakéïon. Selon Pline, Phidias s'était dépassé en sculptant sur le revers et l'envers du bouclier, un combat des Amazones ainsi que qu'une Centauromachie, morceaux de bravoure qu'appréciaient particulièrement les Athéniens.

    Le Zeus d'Olympe
    Livré à la cabale de ses ennemis et des artistes envieux, il fut condamné à l'exil après qu'on l'ait accusé d'avoir fait preuve d'impiété en sculptant sa propre image sur le bouclier de la grande Athéna et d'avoir détourné des fonds et de l'or destiné à cette sculpture – accusation apparemment sans fondement. Il fut accueilli par les Éléens qui l'invitèrent à exécuter une statue chryséléphantine pour le temple d'Olympe. Rien n'aurait pu surpasser l'Athéna Parthénos, si ce n'est le Zeus Olympien de Phidias, une statue colossale en or et en ivoire, richement émaillée de métaux précieux. Cette statue allait définir à jamais l'image du dieu grec, trônant, la tête ceinte d'une couronne d'olivier, avec dans la main droite une Victoire et tenant de la main gauche un sceptre incrusté de pierres précieuses et surmonté d'un aigle. Ses chaussures étaient recouvertes d'or, de même que son manteau; ses pieds reposaient sur un tabouret supporté par des lions d'or; le tout était placé sur une large base décorée de bas-reliefs où étaient representés les dieux de l'Olympe. Nulle autre œuvre d'art ne fut aussi admirée dans l'Antiquité: elle figurait au nombre des Sept merveilles du monde. Pour Quintillien, la majesté de l'ouvrage de Phidias égalait celle-même de Zeus. «C'est la gloire de Phidias de compter parmi les rares esprits qui, dans le domaine de l'art, ont entrevu le divin, et l'ont réalisé dans la mesure des forces humaines.» (M. Collignon). Le Zeus d'Olympie ne nous est connu que par des témoignages d'auteurs de l'Antiquité et des pièces de monnaie élésiennes.

    Les historiens font mention également de quelques autres œuvres dont l'Athéna Lemnienne (Bologne et Dresde), un Apollon Parnopien (Musée de Cassel), une Vénus Diadumène (Vénus Farnésienne, British Museum), ainsi qu'une Amazone dont Pline assure qu'elle fut le résultat d'une compétition entre Phidias, Polyclète et plusieurs sculpteurs, concours qui fut remporté par Polyclète. La copie la plus fidèle serait celle de la villa Hadrien.

    Ses élèves les plus connus furent Alcamènes de Lemnos, Agoracrite de Paras ainsi que Colotès.

    Oeuvres

    Les oeuvres du Parthénon
    Plusieurs images des fragments sont disponibles sur la section Compass du site du British Museum: Frontons
    Trois déesses (fronton oriental)
    Figure de Dionysos (fronton oriental)

    Frises

    Le cortège des Panathénées offre à Athéna le péplos sacré (partie centrale de la frise orientale)
    Groupe de cavaliers (frise occidentale)
    Jeunes pâtres conduisant une vache (frise sud)

    Métopes
    Détail d'un combat entre les Centaures et les Lapithes
    Athéna Parthenas Reconstitution de l'Athéna Parthenos (Toronto, Royal Museum of Ontario)
    Fragment d'une copie du bouclier d'Athéna (British Museum)
    Zeus Olympien Reconstitution du Temple de Zeus à Olympe (Projet Perseus, Université Tufts)
    Ancient Wonders of the World (Université Princeton)

    Documentation

    Les œuvres de Phidias ne nous sont connues pour la plupart que par des copies tardives ou des textes de Pausanias, de Pline ou de commentateurs de l'Antiquité. Seuls nous sont parvenus les marbres des frises du Parthénon, en grande partie grâce au travail de sauvetage entrepris par Lord Elgin pour le gouvernement britannique en 1801-1802. La Grèce revendique depuis de nombreuses années, et accentue ses pressions à la veille des Jeux Olympiques qui auront lieu à Athènes en 2004, pour que lui soient restitués les fragments détenus par le British Museum.

    Voir à ce sujet: The Parthenon and its sculptures, British Museum

    Beulé, M. "L'atelier de Phidias. Étude tirée de l'antique", Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 32, 15 mars 1861, p. 292-331 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)
    Beulé, M. "La mort de Phidias. Scènes tirées de l'antique", Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 38, 15 mars 1862, p. 359-385 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Grèce
    Déces
    432 avant J.-C.
    Documents Associés
    Élie Faure
    art, sculpture, Grèce ancienne, Athènes
    Henri Lechat
    Sculpture grecque
    Henri Lechat
    Scultpure grecque, Athéna
    Henri Lechat
    Sculpture grecque
    Jean-Jacques Barthélemy
    Description des ouvrages de Phidias à Olympie
    Henri Lechat
    Sculpture grecque
    Le Chevalier de Jaucourt, ,
    Sculpture antique, période classique, Parthénon, Périclès, Athéna, Zeus
    Raccourcis
    Notice biographique de l'Encyclopédie Hachette (Yahoo ! France)
    Tableau chronologique de la sculpture grecque antique
    Les sculptures du Parthénon
    Les frises du Parthénon (ArtServe)
    Détails des frontons (ArtServe)
    Détails des Panathénées (ArtServe)
    L'atelier de Phidias à Olympie
    Comment a été construit le Parthenon (site consacrée à la série "The Greeks: Crucible of Civilization diffusée par le réseau américain PBS)

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.