L'Athéna Promachos

Henri Lechat
Première des grandes statues colossales de Phidias, l'Athéna Promachos, lance au bras, coiffée d'un cimier à trois rangs, dominait l'acropole, Athènes et le port du Pirée par lequel les étrangers venus par la mer entraient dans la capitale attique.

Extrait de Phidias et la sculpture grecque au Ve siècle, de Henri Lechat, ouvrage paru au tournant du XXe siècle.
La Lemnia, c'est pour nous le printemps du génie de Phidias. Tout de suite après vint l'été, la saison des grandes œuvres puissantes et radieuses. La première d'entre elles fut une Athéna encore, haute d'environ 7m 50 (9m avec le piédestal), qui dominait l'acropole et la ville, et dont on voyait de loin en mer scintiller le cimier doré du casque et la pointe dorée de la lance. Celle-là fut, à l'époque romaine, surnommée Promachos; à tort, ce mot impliquant une attitude que n'avait pas la statue; l'appellation Enoplos aurait été plus juste. On sait à quelle place, entre les Propylées et l'Érechtheion, se dressa, probablement vers 448, aussitôt finies les hostilités avec les Perses, le bronze colossal de Phidias; on en connaît l'aspect sommaire par des monnaies athéniennes; enfin, il est très possible, mais non certain pourtant, que le grand torse Médicis ou Minerve Ingres (Paris, École des Beaux-Arts) en ait été une copie réduite, laquelle, transportée à Rome, y serait devenue un modèle pour d'autres copies, telles que les deux exemplaires conservés à Séville. — Casque en tête et bouclier au bras, l'égide attachée en cuirasse et la lance empoignée à mi-hampe par la main droite, cette Enoplos, pareille à une vigilante sentinelle, offrait, après la Lemnia, une seconde et différente personnification de la cité athénienne: exécutée, réellement ou censément, avec le prix d'un butin fait sur le Barbare dans la récente guerre, on devait y voir le symbole de la force militaire d'Athènes, de cette force qui s'était sans cesse accrue par la guerre même, et que de belles victoires avaient consacrée. Or, c'est à sa puissance matérielle que la cité était redevable de la paix présente et des abondantes ressources qu'elle allait employer pour sa parure ainsi se complète le caractère symbolique prêté par nous à l'Enoplos, puisque c'est autour d'elle, et comme sous la protection de son bouclier, que furent faits, à partir de 447, tous les travaux de décoration de l'Acropole nouvelle.

Autres articles associés à ce dossier

Phidias

Élie Faure


Le Zeus d'Olympie

Henri Lechat

Après les trois Athéna scultpées à Athènes, après s'être acquitté de la direction des travaux de l'Acropole que lui avait confié Périclès,

L'Athéna Lemnia

Henri Lechat

Les colons de Lemnos firent exécuter vers 450 une statue d'Athéna par Phidias en guise d'offrande. Des trois Athéna attribuées à Phidias, la Lemn

L'Athéna Parthénos

Henri Lechat

Si la Lemnia était une Athéna familière, la Promachos, une Pallas guerrière, la Parthénos était la Pallas triomphante. La Parthénos, recouverte

Description du temple de Zeus à Olympie

Jean-Jacques Barthélemy

Description par le jeune Anacharsis, le voyageur fictif inventé par l'abbé Barthélemy, du temple de Zeus à Olympe où se trouvait la célèbre sta

Article «Phidias» de L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert

Le Chevalier de Jaucourt

Cet extrait de l'article "Sculpteurs grecs" de L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, et signé par le chevalier de Jaucourt, comporte un

À lire également du même auteur

Le Zeus d'Olympie
Après les trois Athéna scultpées à Athènes, après s'être acquitté de la direction des travau

L'Athéna Lemnia
Les colons de Lemnos firent exécuter vers 450 une statue d'Athéna par Phidias en guise d'offrande.

L'Athéna Parthénos
Si la Lemnia était une Athéna familière, la Promachos, une Pallas guerrière, la Parthénos étai




Nos suggestions