• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Bloy Léon

    Pamphlétaire et romancier français, né à Périgueux le 11 juillet 1846. Son père était un franc-maçon voltairien et sa mère une catholique dévote. Dès son enfance Bloy se montra fortement disposé à la tristesse et à la mélancolie : sa mère le trouvait souvent assis sur son lit dans la noirceur la plus totale, pleurant depuis des heures, sans motif apparent. Bloy fut retiré de l’école assez tôt en raison de son indiscipline. Son père, exaspéré, le vouait à une carrière de petit fonctionnaire. Mais le jeune Bloy s'intéressait à la peinture, au dessin et à l'écriture en autodidacte. En 1867, venu à Paris, il fit la rencontre – décisive – de l’écrivain Jules Barbey d’Aurevilly, qui allait devenir son maître et ami. C'est d'ailleurs sous l'influence de l'auteur des Diaboliques qu'il se convertit au catholicisme en 1869. C'est aussi grâce à Barbey d'Aurevilly, qui réunissait chez lui le dimanche des auteurs débutants, que Bloy fit la connaissance de Paul Bourget, François Coppée, Joris-Karl Huysmans et Jean Richepin. Après sa conversion, Bloy se plongea dans les œuvres de Joseph de Maistre, Louis de Bonald, Ernest Hello et Blanc de Saint-Bonnet, qui l'orientèrent en religion vers un catholicisme ardent, en politique vers l'option monarchiste, en lettres vers le pamphlet. À trente-huit ans, Bloy écrivit son premier livre, Le Révélateur du Globe, mais son génie d’écrivain ne se manifesta vraiment qu’avec Le Désespéré, roman en partie autobiographique, qui passa presque inaperçu lors de sa parution en 1886. Après plusieurs histoires tumultueuses et tragiques avec les femmes, Bloy se maria en 1890 avec Jeanne Molbech, fille du poète danois Christian Molbech. De cet union naquirent trois enfants: Véronique, Madeleine et André, qui mourut en bas âge. C'est véritablement avec la parution du Salut par les Juifs en 1892 que le style de Bloy se révéla dans toute sa splendeur. Léon Bloy est décédé le 3 novembre 1917, à l'âge de soixante et onze ans.


    Les écrits de Bloy sont animés par une puissante ferveur surnaturelle et une fougue verbale rarement égalée dans les lettres françaises. Ils n'appartiennent à aucune école littéraire du XIXe siècle, ni le symbolisme, ni le naturalisme, ni le romantisme, même si l'on y décèle parfois une certaine couleur romantique. Ses œuvres maîtresses sont Le Salut par les Juifs, Exégèse des lieux communs, La Femme pauvre et Les dernières colonnes de l’Église.


    Plusieurs écrivains et penseurs aux XIXe et XXe siècles ont puisé leur inspiration chez Bloy. Parmi ses héritiers spirituels directs, on compte Jacques et Raïssa Maritain, Georges Bernanos, Pierre Emmanuel, Stanislas Fumet et le géologue Pierre Termier. Au Québec, les journalistes Olivar Asselin et Jules Fournier ainsi que l'écrivain Claude-Henri Grignon ont élevé Bloy au statut de maître. En Russie, Léon Chestov et Nicolas Berdiaeff se sont réclamés de lui. Franz Kafka, Thomas Merton et Maurice Maeterlinck furent aussi de grands lecteurs de Léon Bloy.


    L'intérêt pour l'oeuvre de l'écrivain périgourdin s'accroît depuis quelques années. En témoignent l'édition critique de l'intégral de son journal personnel, préparée par Marianne Malicet, Marie Tichy et Pierre Glaudes (aux éditions L'Age d'Homme); l'édition critique du texte de la conférence Les funérailles du naturalisme, réalisée par Pierre Glaudes à partir du manuscrit intégral jusqu'alors inédit (Belles Lettres); la réédition de L'Âme de Napoléon chez Gallimard (2003, collection «Tel»); et la parution en juin 2003 d'un numéro spécial de la revue Cancer! consacré à Bloy.

    Oeuvres

    «N'importe, je suis forcé de vociférer jusqu'à la fin, étant missionné pour le Témoignage. Nul moyen d'échapper.

    Dès que je regimbe, on m'applique à la question, et, si vous voulez le savoir, tel est le secret de mon existence littéraire.
    Chacun de mes livres est un AVEU arraché par la torture.
    C'est ainsi que mes bourreaux ont obtenu Le Désespéré, Sueur de Sang et tous les autres sans exception. La Femme pauvre,
    à elle seule, a nécessité l'enfoncement à coups de maillet d'un nombre de coins tout à fait invraisemblable.
    Aujourd'hui je me sens vieux et broyé et la mort me sera douce après une telle vie.»
    Mon journal (1892-1917)




    Oeuvres publiées de son vivant

    La Méduse Astruc. 1875, 17 p.

    Le Révélateur du Globe, Christophe Colomb et sa béatification future. Préface de Barbey d’Aurevilly. Paris, A. Sauton, 1884, 374 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Propos d’un Entrepreneur de démolitions. Paris, Tresse, 1884, 294 p.

    Le Pal. Pamphlet hebdomadaire, quatre numéros. Paris, Pénin et Soirat, 1886.

    Le Désespéré. (ABU). Paris, A. Soirat, Nouvelle Librairie, 1886, 430 p.
    Numérisation de l'édition de Paris, A. Soirat, 1887, 430 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)
    Les envois de Léon Bloy sur Le Désespéré.

    Un brelan d’excommuniés. Paris, Albert Savine, 1889, 128 p.

    Christophe Colomb devant les taureaux. Paris, Albert Savine, 1890, 222 p.

    Lettre encyclique à tous les évêques de France. Paris, 1890, 4 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Les funérailles du naturalisme (conférence). Copenhague, G.-E.-C. Gad., librairie de l’université, 1891, 24 p.

    La Chevalière de la mort. Gand, A. Siffer, 1891, 62 p.

    Le Salut par les Juifs. Paris, Adrien Demay, 1892, iii-143 p. Édition nouvelle revue et corrigée par l’auteur, Paris, Victorion, 1906, vii-163 p.

    Sueur de sang (1870-1871). Paris, Dentu, 1893, 356 p. Coll. «Les Proses».

    Les Vendanges, La Vigne abandonnée. Paris, Éd. de l’Estampe originale, 1894, 4 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF). Reproduit par l’auteur dans le Mendiant ingrat.

    Léon Bloy devant les cochons, suivi de Lamentation de l’épée. Paris, Chamuel, 1894, 68 p.

    Histoires désobligeantes. Paris, Dentu, 1894, 372 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF). Nouvelle édition augmentée d’une préface de l’auteur, Paris, Georges Crès, 1914. Coll. «Les Proses».

    Ici on assassine les grands hommes. Paris, Mercure de France, 1895, 32 p. Tirage à part d’un article paru dans le Mercure de France (1894, vol. XII). Reproduit dans Belluaires et porchers.

    La Femme pauvre : épisode contemporain, roman. Paris, Mercure de France, 1897, 393 p. Numérisation de l'édition Paris, G. Crès, 1924, II-388 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)
    Ce que pensait l'écrivain belge Maurice Maeterlinck de La Femme pauvre.

    Le Mendiant ingrat (1892-1895). Bruxelles, Edmond Deman, 1898, 447 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Le Fils de Louis XVI. Paris, Mercure de France, 1900, 239 p.

    Je m’accuse. Paris, Maison d’Art, 2e éd., 1900, 177 p. Nouvelle édition, Paris, Bibliothèque des Lettres françaises, 1914.

    Exégèse des lieux communs, première série. Paris, Mercure de France, 1902 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF). Paru d’abord en fragments dans le Mercure de France. Critique d'une édition récente : Jean Blain, "Décapeur de poncifs", Lire, juillet-août 2005

    Les dernières colonnes de l’Église. Paris, Mercure de France, 1903, 222 p.

    Mon journal (1896-1899), suivi de Dix-sept mois en Danemark (1899-juillet 1900). Paris, Mercure de France, 1904, 383 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Mon journal (1896-1904) (ABU)

    Quatre ans de captivité à Cochons-sur-Marne (juillet 1900- avril 1904). Paris, Mercure de France, 1905, 484 p. Numérisation de la septième édition, Paris, Mercure de France, 1935, 2 vol. (tome I : 1900-1902; tome II : 1902-1904) - Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF

    Belluaires et porchers. Paris, Stock, 1905, 356 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    La Résurrection de Villiers de l’Isle-Adam. Paris, Blaizot, 1906, 32 p.

    Pages choisies (1884-1905). Paris, Mercure de France, 1906, 418 p.

    L’Épopée byzantine et Gustave Schlumberger. Paris, Blaizot, Éd. de la Nouvelle-Revue, 1906, 92 p. Tirage à part de quatre articles parus dans la Nouvelle-Revue (vol. 43, 1906). Réédité chez Crès, sous le titre de Constantinople et Byzance, 1917.

    Celle qui pleure, Notre-Dame de la Salette. Paris, Mercure de France, 1908, 263 p.

    Le Sang du pauvre. Paris, Juven, 1909, 268 p. On peut en lire un extrait ("La croix de misère") sur le site www.subversiv.com

    L’Invendable : pour faire suite au "Mendiant ingrat", à "Mon journal" et à "Quatre ans de captivité à Cochons-sur-Marne" : 1904-1907. Paris, Mercure de France, 1909, 306 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Le Vieux de la montagne (1907-1910). Paris, Mercure de France, 1911, 455 p.

    L’Âme de Napoléon. Paris, Mercure de France, 1912, 255 p.

    Exégèse des lieux communs, nouvelle série. Paris, Mercure de France, 1913, 238 p.

    Sur la tombe de Huysmans. Paris, A.-L. Laquerrière, 1913, 74 p. Coll. «Curiosités littéraires».

    Le Pèlerin de l’Absolu (1910 -1912). Paris, Mercure de France, 1914, 409 p.

    Jeanne d’Arc et l’Allemagne. Paris, Crès, 1915, 68 p. Coll. «Les Proses».

    Nous ne sommes pas en état de guerre. Paris, Maison du Livre, s.d. (1915), 8 p.

    Au seuil de l’Apocalypse (1913-1915). Paris, Mercure de France, 1916, 363 p. Passages supprimés par la censure pendant la guerre 1914-1918, rétablis dans l’édition de l’Oeuvre complète de Léon Bloy (dir. J. Bollery), Paris, F. Bernouard, 1948.

    Méditations d’un solitaire en 1916 (6 août au 26 octobre 1917). Paris, Mercure de France, 1917, 252 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Constantinople et Byzance. Paris, Crès, 1917, 244 p.


    Oeuvres posthumes

    Dans les ténèbres. Paris, Mercure de France, 1918, 268 p.

    La Porte des humbles (1915-1917). Paris, Mercure de France, 1920, 359 p.

    Le Symbolisme de l’Apparition. Paris, Lemercier, 1925, 287 p.

    Journal d’enfance de Léon Bloy (1861-1866), dans les Cahiers Léon Bloy, La Rochelle, 1925, 1re année, nos 3 et 4 ; 2e année, nos 1, 3 et 4.

    Le Manuscrit autographe. « Malpropre, mais chaste » (Émile Zola), 3 p. Daté de janvier 1881.

    Fragments inédits sur Barbey d’Aurevilly. La Rochelle, Éd. des Cahiers Léon Bloy, 1927, 36 p.

    Inédits de Léon Bloy. Introduction de René Martineau. Montréal, Éd. Serge, 1945, 160 p.

    Autobiographie d'une enfant. Numérisation de l'édition Paris, Arfuyen, 1992, 63 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Journal inédit/ Léon Bloy. Texte établi par Marianne Malicet et Marie Tichy. Introduction de Michel Malicet et Pierre Glaudes. 2 vol. Lausanne, L’Age d’Homme, 1996-2000. Voir aussi : Entretien sur Léon Bloy, suite (STALKER - Dissection du cadavre de la littérature, 5 avril 2004)

    Journal, Robert Laffont, "Bouquins", 1999, 2 vol. Recension : Didier Sénécal, "Un mystique en colère", Lire, février 2000

    Les funérailles du naturalisme. Édition établie et annotée par Pierre Glaudes à partir du manuscrit intégral, récemment retrouvé. Paris, Belles Lettres, 2001, lxxxvii-269 p.


    Préfaces

    Walcheren, Pierre Van Der Meer de. Journal d’un converti. Traduit du hollandais par l’auteur. Paris, Pierre Téqui, 1907. Introduction par Léon Bloy, reproduite dans Au seuil de l’Apocalypse.

    Termier, Jeanne. Derniers refuges (poèmes). Paris, Grasset, 1910. Préface de Léon Bloy, reproduite dans Le Vieux de la montagne.

    Vie de Mélanie Calvet, bergère de la Salette, écrite par elle-même en 1900. Son enfance (1831-1846). Paris, Mercure de France, 1912, 289 p. Introduction par Léon Bloy.


    Correspondance

    Lettres de jeunesse (1870-1893). Préface de Mme Jeanne-Léon Bloy. Paris, Édouard-Joseph, 1920, 140 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Lettres à sa Fiancée (août 1889 – mars 1890). Paris, Stock, Delamain et Boutelleau, 1922, 142 p. Parues d’abord dans la Revue hebdomadaire, 1922, vol. VI, pp. 287-402 ; vol. VII, pp. 20-38.

    Lettres à l’abbé Cornuau (sept. 1908 - juin 1917) et au Frère Dacien (sept. 1905 – jeudi de Pâques 1917). Paris, Le Divan, 1926, 148 p. Coll. « Saint-Germain-des-Prés » # 4.

    Lettres de Léon Bloy à Frédéric Brou et à Jean de La Laurencie. Introduction par Jacques Debout. Paris, Bloud & Gay, 1927, 213 p. Coll. « Ars et fides » # 6.

    Lettres à Pierre Termier (1906-1917) suivies de Lettres à Jeanne Termier et à son mari (août 1908 – sept. 1916). Paris, Stock, 1927, viii-304 p.

    Lettres à Raoul Simon. Parues dans les Cahiers Léon Bloy, La Rochelle, 1927, 4e année, no 1.

    Lettres à Henry Cayssac. Parues dans les Cahiers Léon Bloy, La Rochelle, 1927, 4e année, nos 2-4, 6. Préface par Pierre Arrou.

    Lettres à ses filleuls, Jacques Maritain et Pierre Van Der Meer de Walcheren. Préface de Jacques Maritain. Paris, Stock, Delamain et Boutelleau, 1928, xix-209 p.

    Lettres à Georges Khnopff. Liège, Éd. du Balancier, 1929, 56 p.

    Lettres de Léon Bloy à Yves Berthou. Éditées à la suite d’Un grand écrivain français méconnu de Joseph Bollery. Nouvelle édition. La Rochelle, Pijollet, 1929.

    Lettres à Véronique. Introduction par Jacques Maritain. Paris, Desclée De Brouwer, 1933, xx-112 p. Coll. « Courrier des Îles » # 9.

    Lettres à René Martineau (1901-1917). Préface par Hector Talvart. Paris, Éd. de la Madeleine, 1933, 334 p.

    Lettres à Philippe Raoux. Introduction et notes par Pierre Humbert. Paris, Desclée De Brouwer, 1937, xix-277 p. Coll. « Les Iles » # 9.

    Lettres de Léon Bloy à Henry Mériot. Publiées par Georges Rouzet dans Le Thyrse (revue belge, no 1761), 1er novembre 1938.

    Correspondance Léon Bloy – Henry de Groux. Préface par Maurice Vassard. Paris, Grasset, 1947, 352 p.

    Lettres aux Montchal. Paris, Bernouard, dans l’Œuvre complète de Léon Bloy, 1947, 3 vol.; T. 1 (1884-1886), 238 p.; T. 2 (1886-1890), 262 p.; T. 3 (mai 1890-1894).

    Lettres à Léon Bellé. Parues dans le Mercure de France, 1951.

    Lettres intimes à sa femme et à ses filles (1902-1914). Introduction par Léopold Levaux. Paris, Marcel Astruc, 1952.

    Lettres à son ami André Dupont (1904-1916). Paris, Marcel Astruc, 1952, 120 p.

    Lettres, correspondance à trois/ Léon Bloy, J.-K. Huysmans, Villiers de l’Isle-Adam. Réunies et présentées par Daniel Habrekorn. Vanves, Thot, 1980, 315 p.

    Correspondance 1900-1914/ Léon Bloy et Josef Florian. Préface de Jeanne Boussac-Termier. Lausanne, L’Âge d’Homme, 1990, 189 p.


    Anthologies

    Léon Bloy. Choix de textes et introduction par Albert Béguin. Fribourg, Éd. de la Librairie de l’Université, 1943, 310 p.

    Pages de Léon Bloy. Présentées par Jacques Maritain, choisies par Raïssa Maritain. Paris, Mercure de France, 1951, 414 p. Paru d’abord en anglais, Pantheon Books, 1947.

    Documentation

    Arrou, Pierre. Les logis de Léon Bloy. Paris, Crès, 1931, x-119 p. Réédition Éd. du Myrte, 1946, 156 p.

    Balberghe, Émile van. « Voici quelqu’un » : Émile Verhaeren, critique de Léon Bloy. Avec le relevé des articles de et sur Bloy parus dans L’Art moderne. Bruxelles, Les Libraires momentanément réunis, 1997, 97 p.

    Béguin, Albert. Léon Bloy, l’Impatient. Fribourg, Egloff, 1944, 277 p.

    Béguin, Albert. Bloy, mystique de la douleur, avec la correspondance inédite de Bloy et de Villiers de l’Isle-Adam. Paris, Labergerie, 1948, 149 p.

    Bernanos, Georges. « Dans l'amitié de Léon Bloy », dans Présence de Bernanos de Luc Estang. Paris, Plon, 1947, pp. vii-xxix.

    Bollery, Joseph. Un grand écrivain français méconnu. La Rochelle, Pijollet, 1924, 140 p. Nouv. éd. 1929, aug. de dix-neuf lettres inédites de L. Bloy et d’une bibliographie complète.

    Bollery, Joseph. Collaboration de Léon Bloy aux périodiques. Essai de Bibliographie. Les Cahiers Léon Bloy. La Rochelle, chez l’auteur, 1930-31 : sept.-oct. & nov.-déc. 1930 ; mars-avril & sept.-oct. 1931.

    Bollery, Joseph. Un grand écrivain français mal connu. La Rochelle, éd. Pijollet, 1934, 48 p.

    Bollery, Joseph. Le Désespéré de Léon Bloy. Histoire anecdotique, littéraire et bibliographique. Paris, Edgar Malfère, Soc. franç. d’éd. litt. et tech., 1937, 244 p. Coll. « Les Grands Événements littéraires ».

    Bollery, Joseph. Léon Bloy, Essai de biographie. Paris, Albin-Michel, 3 vol. Tome 1 : Origine, jeunesse et formation (1846-1882), 1947, 486 p. ; Tome 2 : Ses débuts littéraires du Chat Noir au Mendiant Ingrat (1882-1892), 1949, 465 p. ; Tome 3 : Sa maturité, sa mort. Du Mendiant Ingrat à la Porte des Humbles (1892-1917), 1954, 448 p.

    Bollery, Joseph. Genèse et composition de la Femme pauvre. Archives des Lettres modernes, 1969.

    Bollery, Joseph et A.- L. Laquerrière. Biblio-Iconographie de Léon Bloy. Paris, Éd. de la Connaissance, 1935, 160 p.

    Les Brandes. Léon Bloy et l'attente de l'Apocalypse. Numéro premier, "L'Antichrist", janvier 1997.

    Cahiers du Rhône. Léon Bloy. Pour le vingt-cinquième anniversaire de sa mort. Neuchâtel, La Baconnière, 1944. Édition du centenaire, augmentée, 1946. Textes de L. Bloy, S. Fumet, P. Emmanuel, J. et R. Maritain, A. Béguin, H. Colleye et al.

    Cancer! Bloy est vivant et nous sommes tous morts. Numéro spécial, juin 2003, 12 p. Des textes de Juan Asensio, Maurice G. Dantec et al. et un entretien avec Pierre Glaudes.

    Carton, Henry, comte de Wiart. Quelques souvenirs sur Léon Bloy. Bruxelles, Palais des Académies, Liège, H. Vaillant-Carmanne, 1935.

    Cattauï, Georges. Léon Bloy. Lettre-préface de Jacques Maritain. Avant-propos de Pierre Emmanuel. Paris, Éditions Universitaires, 1954, 127 p. Coll. « Classiques du XXe siècle ».

    Colleye, Hubert. L’âme de Léon Bloy. Tome 1. La genèse du Désespéré. Paris, Desclée De Brouwer, 1930, 284 p.

    Colleye, Hubert. L’Homme de l’Absolu, Léon Bloy. Bruxelles, Éd. Universitaires, 1943, 192 p.

    Colleye, Hubert. Léon Bloy, poète. Bruxelles, Éd. Universitaires, 1943, 91 p. Coll. «Cahiers des Poètes catholiques». Tirage à part d’un chapitre du livre Les Idées du Temps, deuxième série, Bruxelles, Rex, 1936.

    Dotoli, Giovanni. Situation des études bloyennes. Paris, A.-G. Nizet, 1970, 395 p.

    Dotoli, Giovanni. Autobiographie de la douleur : Léon Bloy, écrivain et critique. Paris, Klincksieck, 1998, 375 p.

    Fontana, Michèle. Léon Bloy : journalisme et subversion, 1874-1917. Paris : Honoré Champion, Genève : Éd. Slatkine, 1998, 433 p.

    Fumet, Stanislas. Mission de Léon Bloy. Paris, Desclée De Brouwer, 1935, 383 p. Coll. «Les Îles».

    Glaudes, Pierre, éd. Léon Bloy au tournant du siècle. Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1992, 350 p. Entretien publié dans le numéro spécial de 2003 de Cancer ! ("Voici un vieil entretien que je fis jadis paraître dans ma revue, Dialectique et qui, dans une version abrégée, fut repris par Bruno Deniel-Laurent pour le numéro hors-série de Cancer ! consacré au Mendiant ingrat." - STALKER - Dissection du cadavre de la littérature). Voir aussi : Entretien sur Léon Bloy, suite (STALKER, 5 avril 2004)

    Gugelot, Frédéric. "Un réseau de conversion au catholicisme, Léon Bloy et les siens", in Jean-Dominique Durand (dir.), La conversion au XIXe et XXe siècles, Association Française d'Histoire Religieuse Contemporaine, Presses Universitaire d'Artois,1996, p. 85-94.

    Journet, Charles. Destinées d'Israël - À propos du Salut par les Juifs. Paris, Egloff, 1945.

    Levaux, Léopold. Léon Bloy. Louvain, Éd. Rex, 1931, 288 p.

    Lory, Marie-Joseph. Léon Bloy et son époque (1870-1914). Paris, Desclée De Brouwer, 1944, 22 p.

    Lory, Marie-Joseph. La pensée religieuse de Léon Bloy. Paris, Desclée De Brouwer, 1953, 376 p.

    Maritain, Jacques. Quelques pages sur Léon Bloy. Tiré à part du dixième Cahier de la Quinzaine, 18e série. Paris, L’Action du Livre, 1927.

    Martineau, René. Un vivant et deux morts, Léon Bloy, Hello, Villiers. Tours, chez l’auteur, Paris, Bibliothèque des Lettres françaises, 1901, 137 p. Nouv. éd. aug., 1914.

    Martineau, René. Souvenirs d’un ami. Paris, Librairie de France, 1921, 170 p. Nouv. éd. revue et aug., 1934, xxi-118 p.

    Martineau, René. Autour de Léon Bloy. Paris, Le Divan, 1926, 123 p. Paris, DDB, éd. aug. d’une lettre de Bloy à F. Coppée.

    Martineau, René. Léon Bloy et la Femme Pauvre. Paris, Mercure de France, 2e éd., 1933, 196 p.

    Nuel, Jean-Jacques. «L'éternelle actualité de Léon Bloy», Journal de la Culture, 8 juillet 2005.

    Parrault, Sophie. « Léon Bloy admirateur de Barbey d'Aurevilly (I) », Bulletin de la Société des Études bloyennes, n°s 12-13, avril-juillet 1991, pp. 53-87.

    Petit, Jacques. Léon Bloy. Paris, Desclée De Brouwer, 1966. Coll. « Les écrivains devant Dieu ».

    Petit, Jacques. Bernanos, Bloy, Claudel, Péguy : quatre écrivains catholiques face à Israël – images et mythes. Paris, Calmann-Lévy, 1972, 268 p.

    Polet, Jean-Claude. « Bloy et Bernanos écrivains chrétiens », dans Les Études Classiques, Tome LVII, 1989, pp. 33-52.

    Polet, Jean-Claude. « Ernest Hello, un inspirateur de Léon Bloy », dans La Revue des Lettres Modernes. Léon Bloy 1, 1989, pp. 123-137.

    Polet, Jean-Claude. « Léon Bloy, l’histoire, l’Angleterre et le protestantisme », dans Images de la Réforme au XIXe siècle, Actes du colloque de Clermont-Ferrand (9-10 novembre 1990), Paris, Les Belles Lettres, 1991 (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 459), pp. 163-187.

    Polet, Jean-Claude. « La Femme pauvre. Une vision bloyenne du Purgatoire », dans Les Lettres Romanes, Tome XLVI, n° 1-2, 1992, pp. 33-68.

    Polet, Jean-Claude. « Léon Bloy. Chronique scientifique et bibliographique 1988-1991 », dans Les Lettres Romanes, Tome XLVI, n° 1-2, 1992, pp. 109-114.

    Polet, Jean-Claude. « Métaphysique du temps chez Léon Bloy », dans Ternes, Ch.-M., Foi-Raison-Verbe. Mélanges in honorem Julien Ries, édités avec la collaboration de M. Delahoutre (Paris, Institut catholique), A. Motte (Université de Liège), J.-Cl. Polet (Université de Louvain-la-Neuve), Luxembourg, 1993, pp. 199-210.

    Polet, Jean-Claude. « Le Désespéré de Léon Bloy, ou une éthique impossible de l’écriture », dans Éthique et écriture. Actes du colloque international de Metz 14-15 mai 1993. Textes réunis et publiés par Jeanne-Marie Baude. Université de Metz, Faculté des Lettres et Sciences humaines, Centre de recherche "Michel Baude" Littérature et spiritualité. Paris, Klincksiek, 1994, pp. 115-124.

    Polet, Jean-Claude. « Pratique de l’évènement », dans La Revue des Lettres Modernes. Léon Bloy 3, 1995, pp. 127-144.

    Soeur Marie Saint-Louis de Gonzague. Léon Bloy face à la critique suivi d’une bibliographie critique. Préface de Claude-Henri Grignon. Nashua, Présentation de Marie/Collège Rivier, 1959, 581 p.

    Steinmann, Jean. Léon Bloy. Paris, Cerf, 1956, 459 p.

    Termier, Pierre. Léon Bloy. Paris, Bottereau (À la Cité du Bon Livre), 1921, 41 p. Nouv. éd. 1933.

    Termier, Pierre. Initiation à Léon Bloy. Paris, Bloud & Gay, 1930.

    Termier, Pierre. Introduction à Léon Bloy. Paris, Desclée De Brouwer, 1930, 140 p.

    Vier, Jacques. Léon Bloy ou le pont sur l’abîme. Paris, Téqui, 1986, 307 p. Coll. « L’auteur et son message » # 14.

    Walcheren, Pierre Van Der Meer de, Vincent Cleerdin et al. Léon Bloy, zijn persoon en zijn werk. Leiden, A.W. Sijthoff’s, 1917.

    Walcheren, Pierre Van Der Meer de. Rencontres. Paris, Desclée de Brouwer, 1961, 181 p.

    Textes en ligne

    Publications anciennes

    Retté, Adolphe (1863-1930). Léon Bloy : essai de critique équitable, Paris, Bloud & Gay, 1923, 141 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Mirbeau, Octave (1848-1917). «Léon Bloy», in Les écrivains. 2e série (1895-1910), Paris, E. Flammarion, [1927], p. 122-129 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Brémond, Henri. «Huysmans, Léon Bloy et le baron Seillière», Bulletin de la Société J. K. Huysmans, n° 8, mai 1933, 17-28 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Publications contemporaines

    Chentrier, Théo. «Léon Bloy», 17 octobre 1962 (reproduit sur le site «Par 4 chemins» de Jacques Languirand). «J'ai connu Léon Bloy en personne, les dix dernières années de sa vie, d'abord rue du chevalier de la Barre, juste derrière la Basilique de Montmartre, dans une maison misérable, froide et sombre, avec un carré de jardin lugubre et une concierge féroce comme un pou, et à la fin, à Bourg-la-Reine, dans la banlieue sud de Paris, dans une maison beaucoup plus décente que lui avait laissée Charles Péguy en partant pour le front en 1914.»

    Dantec, Maurice G. «Bloy est vivant - et nous sommes morts». Texte publiée dans le hors-série Bloy de la revue Cancer! (juin 2003),

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-21
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    11 juillet 1846, Périgueux (France)
    Déces
    3 novembre 1917
    Documents Associés
    Léon Bloy
    Pierre Emmanuel
    Léon Bloy, éternité, histoire, beauté, scandale, Dieu
    Paul Verlaine
    Hommage, génie
    Remy de Gourmont
    prophète, pamphlet, pamplétaire, absolu, catholicisme
    René Martineau
    Maurice Maeterlinck
    La Femme pauvre, génie, admiration
    Raccourcis

    Léon Bloy (Site de Pierre Glaudes, spécialiste de Bloy)
    Fonds Léon Bloy (Centre Jacques-Petit)
    Biobibliographie en langue allemande (Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon)
    Le journal intime de Bloy (autopacte.org)
    Vie des monstres : Léon Bloy (1846-1917) - site Adamantine. Une biographie très réductrice de Bloy


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.