Don


«Transfert définitif et sans contrepartie, le don se figure par une ligne pleine trouvant dans le destinataire un point d’arrêt absolu, sans prolongement ni présent ni futur vers autre chose.»
Gildas Richard, Le don ontique.

Essentiel

«Qui ne peut donner plus qu'il ne reçoit commence à tomber en pourriture.»
Georges Bernanos, Les grands cimetières sous la lune, Paris, Plon, 1948, p. 271.

* * *

Le don de la liberté
« Revenons à la proposition du don et du contre-don. La liberté est une sorte de don, de cadeau qui vous est fait. L'acception actuelle du terme comporte l'idée qu'on peut tout faire et tout avoir, tout consommer, se transformer en n'importe qui. Il n'y a donc plus de possibilité d'un contre-don. Être libéré ne va pas sans créer des problèmes. Ainsi, quand on a libéré les esclaves, tous ne l'ont pas nécessairement accepté, certains se sont même révoltés contre cet affranchissement! On ne veut plus poser ce problème-là: l'idée reçue est que la liberté est un don pur. Y compris à la naissance, comme l'a montré un procès récent, où il est apparu qu'un enfant devrait être libre de naître ou de ne pas naître. La libération est un système de dérégulation exponentielle qui aboutit nécessairement à une monstruosité, et cela parce qu'on a éliminé la possibilité du mal, d'une réversibilité, d'un duel, d'une réponse possible, et donc d'une véritable responsabilité. Si on ne peut pas répondre à la liberté, y sacrifier en quelque sorte, on finit par être asphyxié par sa propre liberté. »
Jean Baudrillard, D'un fragment l'autre. Entretiens avec François L'Yvonnet. Paris, Albin Michel, collection «Itinéraires du savoir», 2001, p. 70.

Enjeux

L'âge de l'amour
«"Reconnaissance éternelle à la République française qui vous a fait libre et que votre devise soit toujours: Dieu, la France, et le Travail. Vive la République." C'est avec ces mots que le commissaire de la République française Sarda Garriga clôt la déclaration d'abolition de l'esclavage à l'Île de La Réunion, le 20 décembre 1848. Avocats de l'idéal républicain colonisateur, prônant une doctrine d'amour et de tolérance, et l'éducation des maîtres comme des esclaves, les abolitionnistes placent l'émancipation des esclaves sous le signe du don et de la dette. Le don tardif de la liberté, bien qu'il puisse difficilement compenser son long déni, est présenté comme une dette - mais une dette dont les affranchis ne peuvent ni se débarrasser ni s'acquitter. L'identification, commune chez les abolitionnistes d'hier et d'aujourd'hui, même si elle est rarement exprimée en ces termes, de l'émancipation des esclaves avec un don qui ne peut être réciproque a marqué l'abolition de l'esclavage de cette problématique. Un des obstacles à l'émancipation des esclaves, c'est-à-dire au plein exercice des droits qui y sont associés, sera le rappel constant de cette dette que les affranchis avaient envers la Mère Patrie. Or, s'il y a rappel constant de la dette, il devient impossible aux débiteurs de se détacher, de se construire de façon autonome par rapport au créditeur, car toute émancipation se construit sur un socle d'égalité. »
Françoise Vergès, Abolir l'esclavage: une utopie coloniale. Les ambiguïtés d'une politique humanitaire. Paris, Bibliothèque Albin Michel Idées, 2001, p. 14.

Articles


Corvées et quêtes

Jeanne Pomerleau
Synthèse des différentes figures qu'a prises l'entraide dans la fondation de l'Amérique septentrionale et plus particulièrement canadienne-française. L'enquête inclut les corvées issues de l'Ancienne France et couvre le régime anglais aussi b

L'appât du don

Jacques T. Godbout
La bonne vieille morale du partage doit lutter contre l'éthique du marché, pronant l'égoïsme pour tous.

La logique du don

Jacques T. Godbout
Texte d'une conférence prononcée le 18 octobre 2003, dans le cadre d'un colloque organisé par L'Agora sur le thème suivant: Colloque Philia, Par-delà l'interventionnisme et le laisser-faire, une inspiration pour la société. Parmi les autres c

Conférence: La logique du don

Jacques Godbout
«On m’a invité à vous parler de la logique du don. L’embêtant c’est que le don n’est pas logique. À tout le moins il n’obéit sûrement pas à la logique dominante actuellement, celle de la rationalité instrumentale et de l’intérê

Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.