L'imaginaire québécois revisité par Marcel Trudel

Claude Gagnon
Trois mythes fondés sur une légende écrite de la société québécoise: celui de Jacques Cartier (celui qu'on croyait rattrapé par ses devanciers constitue un sommet d'exploration pour le XVIIe siècle), Madeleine de Verchères (qui se produit elle-même comme mythe dans la deuxième version de sa déposition, produite après la mort de tous des survivants de l'attaque de 1692), et l'Université neutre (projet avorté d'une université libre de toute tendance religieuse, proposé par les gouvernants anglais en 1790 mais rejeté par l'évêque du temps).
Marcel TRUDEL, Mythes et réalités dans l'histoire du Québec, Québec, Cahiers du Québec, Hurtubise, 2001.

Qui serait tenté d'opposer la rigueur et la vulgarisation n'aura qu'à lire l'ouvrage de Marcel Trudel pour se persuader du contraire. Dans ce volume regroupant différents articles et conférences ayant en commun l'étude de l'imaginaire québécois en se fondant sur de multiples documents d'époque, le professeur émérite de l'Université d'Ottawa nous fait découvrir le cheminement psychologique des habitants de ce pays qu'on nomme le Québec et qui connut précisément quatre révolutions socioculturelles: 1763, 1791, 1840, 1960.
Trois contributions, parmi les 15 offertes, peuvent illustrer à la fois l'originalité du travail de l'académicien Trudel et la finesse de son interprétation.
L'étude qui ouvre le recueil, «Pour une mesure exacte du rôle de Jacques Cartier», ne fait pas que reprendre le résumé des visites des prédécesseurs de Cartier mais elle montre que le travail de cet explorateur mérite d'être considéré comme «un sommet dans les découvertes françaises en Amérique du Nord au XVIe siècle». Cette surprenante réévaluation à la hausse du personnage nous enrichit doublement avec les multiples toponymies relevées par le chercheur et qui nous renseignent, tels des hiéroglyphes, sur les différentes toponymies déposées par les Portugais, Espagnols, Français et Anglais, lors de leurs colonisations respectives.
L'un des essais parmi les plus amusants à lire de ce recueil est consacré à «Madeleine de Verchères, créatrice de sa propre légende». L'historien Trudel y analyse finement les deux dépositions attribuées avec certitude à notre héroïne, concernant son initiative de 1692, racontée par elle-même, par écrit, en 1699, puis en 1732. Il analyse et compare dans le détail les deux récits et fournit un bel exemple de ce qu'il appelle la «légende intellectuelle» (écrite), qu'il distingue de la légende orale.
La légende intellectuelle, née de l'écrit, se transmet par les textes et les livres. Or l'invraisemblance manifeste de la seconde version de l'héroïne, qui n'est plus falsifiable dû au décès de tous les autres témoins, est facilement explicable mais elle devient aussi, dans le travail de l'historiographe, un témoin des buts des différents historiens de notre passé, qui l'ont dénoncée ou l'ont utilisée à des visées qu'on pourrait qualifier d'apologétiques.
Dans une étude presque dramatique consacrée à l'influence des Lumières dans la société québécoise du XVIIIe siècle, l'auteur repère plusieurs influences de l'Angleterre sur notre culture de l'imaginaire. Dépassant l'énoncé connu sur l'influence de Voltaire et des Lumières françaises, il aligne une liste de réformes qui ont définitivement orienté notre vie intellectuelle: les gazettes et leurs imprimeries connexes comme nouveau média de connaissance, les bibliothèques publiques, le régime parlementaire amenant l'élection de députés dépassant en pouvoir les seigneurs encore vivants et, finalement, le projet de la fondation d'une «Université neutre», en 1790.
L'histoire de ce projet éducatif de haut-niveau défendu par les gouvernants britanniques contre l'évêque du temps (Mgr. Hubert) mais avec l'appui du coadjuteur de ce dernier (Bailly de Messein) expose, certes, un drame de notre vie intellectuelle. Son échec est un cas précis et indéniable de ce que l'on a parfois qualifié de «mentalité d'éteignoir».
«La révolution de l'éducation n'eut donc pas lieu», conclut l'historien. Mais il suggère de raffiner grandement notre jugement, considérant que si la cession de notre pays à l'Angleterre nous a providentiellement épargné les émanations de la Révolution française de 1789, selon Tomas Chapais, un vent des Lumières est tout de même «venu secouer l'habitat des Canadiens, et ce vent venait de l'Angleterre» (p. 264).

Autres articles associés à ce dossier

Harry Potter et la chambre des regrets

Philippe Lorange

Harry Potter: courage, fidélité à ses amis et à ses principes. Au lieu de célébrer ces grandes valeurs dont

Fatum platonicum ou la liberté intelligible

Christophe Paillard

Où on voit que le destin se conjugue avec la justice.

À lire également du même auteur

Une gouache inconnue signée Maurice Utrillo
Que l'oeuvre en question soit vraie ou fausse, voilà un peintre qui avait compris Utrillo.

Saint-Jacques de Montréal
Enquête menée sur les églises Saint-Jacques au Canada (1980-1982).

Renaissance et résilience culturelle
Peut-on lire la Renaissance comme un phénomène de résilience culturelle? Il s'agit pour l'auteur

Regards sur le Bas-Canada par Alexis de Tocqueville
Claude Corbo présente l'ensemble des observations que l'académicien Alexis de Tocqueville a rédig

Pérégrinations végétariennes
Le végétarisme a toutes les raisons pour lui.

Penser le ciel
Des étoiles fixes aux étoiles en guerre.

Liberté sur l'argent
Compte rendu du numéro 239 de la revue Liberté (octobre 1998)




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ