Les quatre principes fondamentaux d'Hippocrate

Jacques Dufresne
Cette thérapeutique repose sur les quatre principes fondamentaux suivants: PREMIÈREMENT, être utile, ou au moins ne pas nuire, PRIMUM NIL NOCERE; DEUXIÈMEMENT, combattre le mal par son contraire, CONTRARIA CONTRARIUS: un patient flegmatique, «froid» et «moite» aura besoin de remèdes échauffants; un sanguin pléthorique, de rafraîchissants; TROISIÈMEMENT, mesure et modération; QUATRIÈMEMENT, «chaque chose à son temps». Une intervention peut être nuisible un jour et sauver la vie du malade le lendemain. Le second principe, combattre le mal par son contraire est à l'origine du mot ALLOPATHIQUE qui sert à caractériser la grande tradition médicale occidentale. Allopathique vient du mot grec allos, qui veut dire autre.

Autres articles associés à ce dossier

Aux sources de la tradition: Hippocrate

Gilles Maloney

Comment Hippocrate a su composer avec les croyances traditionnelles pour permettre l'émergence d'une médecine rationnelle et comment il a su doser s

Le serment d'Hippocrate

Hippocrate

Les médecins ont longtemps prêté le serment d'Hippocrate dans de nombreux pays dont la France.

À lire également du même auteur

Journal de l'été 2021. 4) Covid 19, 20,21… Écologie, ploutocentrisme, anthropocentrisme
Comment rendre la maison commune dont rêvent les écologistes compatible avec le d&rsquo

Journal de l’été 2021. 3) Autochtones : droits, obligations et contributions.
À la recherche d’un équilibre entre la question des droits et celle des responsa

Journal de l’été 2021. 2) Rapport du GIEC et Jeux olympiques
Le dernier rapport du GIEC sur les changements climatiques, plus alarmiste encore que les précéden

Le nouveau Vieux Couvent de Neuville
Un bâtiment rénové de l'intérieur et de l'extérieur

Le Médiateur unique à l'heure du multimédias
Témoignage montrant que l'idée et la réalité d'un Dieu incarn&ea

Passeport vaccinal : libérateur ou liberticide ?
La réponse dépend de la conception que l’on a de la liberté

Quel sort attend les trésors du passé ?
Ne conviendrait-il pas, pour les conserver vivants, de les rassembler dans une polythèque id&




Nos suggestions