La transmission de la culture

Jacques Dufresne
Quand on dit que des villes comme Paris ou New York sont des hauts lieux de la culture, on donne à ce mot un sens englobant l'aspect quantitatif aussi bien que l'aspect qualitatif de la chose. New York et Paris sont les villes où il y a le plus grand nombre de spectacles, de concerts, d'expositions; ce sont aussi des villes où le plus haut niveau de qualité artistique est atteint. Dire que l'école a pour mission de transmettre une telle culture, où les tendances les plus contradictoires sont représentées, équivaut à ne rien dire du tout. Mais même si on prenait le parti de ne retenir que les activités jugées les meilleures, on ne parviendrait pas à établir un rapport satisfaisant pour l'esprit entre la culture et l'éducation. La qualité des activités culturelles est établie en effet en fonction de l'esprit du temps et non en fonction d'un critère immuable et universel. Dès lors, la qualité de la culture, ce qu'on appelle son haut niveau, est une chose très ambigüe. L'Allemagne de 1930 était sans doute l'un d


    es endroits du monde ayant le plus haut niveau de culture. Ce qui ne l'a pas empêchée d'aduler Hitler. Une étude sérieuse de l'histoire sous cet angle nous aide à comprendre l'étonnant scepticisme de Rousseau, quant aux raisons qu'on a de miser sur la culture pour rendre les hommes meilleurs.

    En 1749, la question mise au concours par l'Académie de Dijon, très réputée à l'époque, était la suivante: Si le rétablissement des arts et des sciences a contribué à épurer les m?urs. Personne ne se souviendrait de ce concours si Jean-Jacques Rousseau n'y avait été couronné, pour avoir soutenu la thèse que voici: À mesure que nos sciences et nos arts se sont avancés à la perfection, les m?urs se sont gâtées, nos âmes se sont corrompues. Or il en a été de même en tous les temps et en tous les lieux. Voyez l'Égypte! Voyez la Grèce (sauf Sparte, aussi célèbre pour son heureuse ignorance que la sagesse de ses lois). Voyez Rome, jadis le temple de la Vertu, devenue le théâtre du Crime. Voyez Constantinople. Voyez la Chine, tombée sous le joug du grossier Tartare, en dépit de tant de lettrés, de savants. Sauf en un petit nombre de peuples se peut déceler et dénoncer ce parallélisme entre culture et décadence morale [...] On apprend toutes choses à la jeunesse, excepté ses devoirs.

    Dans la perspective où nous avons choisi de nous situer, c'est moins la transmission de la culture qui importe que la transmission de ce qui, en elle, est susceptible de rendre l'homme meilleur, ce mot signifiant plus juste, plus harmonieux, et ultimementpuisque l'harmonie est pour nous une condition de l'amourplus apte à l'amour. Il convient donc de rechercher dans les contenus de la culture ceux qui, sans l'ombre d'un doute possible, ont pour effet de rendre l'homme meilleur, à savoir les oeuvres de tout premier ordre. À cause du personnage principal, Cordelia, qui est une parfaite incarnation de l'être humain habité par l'amour, Le Roi Lear de Shakespeare est incontestablement une pièce de premier ordre. Dans un tout autre domaine, on peut dire la même chose de la plupart des tableaux de Vermeer, ce contemplateur de l'évidence. Certes, le développement du thumos, du coeur, siège du sentiment d'appartenance et de fierté, exige un contact avec des oeuvres de la culture nationale à laquelle on appartient. Ma


    is il faut appliquer au choix de ces oeuvres les mêmes critères qu'au choix des oeuvres universelles.

Autres articles associés à ce dossier

Culture médicale

Jacques Dufresne


Qu'est-ce que la culture?

André Siegfried


Un manifeste

Benoît Lemaire


La double ignorance

Jean Renaud


Les Européens et la culture: principaux résultats d'un sondage Eurobaromètre

Union européenne

Lecture, musique, télévision, usage de l'Internet ou encore pratique d'activités artistiques. La Commission européenne et Eurostat ont souhaité a

Du divertissement à la culture

Nelson Thall

Non seulement le séminaire que nous résumons ici a conservé toute sa pertinence après une décennie, mais encore la conclusion qui s'en dégage, r

Culture première, culture seconde

Jean-Phulippe Warren

Nous reproduisons ici un chapitre d'un livre sur Fernand Dumont paru en 1998, aux Presses de l'Université Laval, sous le titre de Un supplément d’

Le philistin instruit

Paul-Émile Roy


À lire également du même auteur

Le nouveau Vieux Couvent de Neuville
Un bâtiment rénové de l'intérieur et de l'extérieur

Le Médiateur unique à l'heure du multimédias
Témoignage montrant que l'idée et la réalité d'un Dieu incarn&ea

Passeport vaccinal : libérateur ou liberticide ?
La réponse dépend de la conception que l’on a de la liberté

Quel sort attend les trésors du passé ?
Ne conviendrait-il pas, pour les conserver vivants, de les rassembler dans une polythèque id&

Serge Bouchard et l'Agora
Autour de Serge Bouchard, un consensus sans amalgames

Marie de l’Incarnation telle qu’en elle-même
En lien avec un article de Carl Bergeron dans le numéro du printemps 2021 de la revue Argumen

Robert Lepage ou le complexe d’Héphaïstos
Contre la technique, tout contre

Yves Martin : le plus humain des hauts fonctionnaires
Un homme dont il faudra se souvenir pour achever une grande oeuvre dans l'esprit où il l&




Nos suggestions