Le moine noir

Jean Sgard

Prévost, tour à tour jésuite puis bénédictin, que la nature avait doué d'un appétit de vivre sans frein (qui l'amena à s'exiler à plusieurs reprises de la France pour éviter des poursuites juridiques), s'accommoda très mal de la vie religieuse. Voici ce que dit de lui Dom Pierre François Boudier: «Il fit donc profession, mais il ne tarda pas à se montrer tel qu'il était, ennemi de toute gêne, sans foi, sans goût pour son état ni pour les études les plus propres à lui en faire prendre l'esprit».

Citons ici une dernière notice biographique, relativement précise, puisqu'elle vient d'un bénédictin qui a connu Prévost à Jumièges. Dom Pierre François Boudier a composé, entre 1772 et 1787, un Recueil d'hommes illustres « contenant les auteurs célèbres qui ont vécu dans l'état ecclésiastique et religieux, avec un abrégé de leur vie ». Ce recueil, apparemment achevé, mais que la Révolution empêcha de paraître contient une notice sur Prévost, dont je citerai la première partie en entier:

« Antoine-François Prévost d'Exiles naquit à Hesdin, petite ville du pays d'Artois en 1697. Son père fort honnête homme y remplissait avec honneur la charge de procureur du Roy. Dieu lui avait donné plusieurs enfants qu'il éleva avec soin, mais tous n'en profitèrent pas également, quoiqu'ils eussent reçu de la nature d'heureuses dispositions. Un embrassa la vie religieuse dans l'ordre de prémontré, et sut par ses intrigues se ménager l'abbaye de Blanchelande diocèse de Coutances où il est mort en 1767. Un autre se fit jésuite et quitta au bout de quelques années la Société, y ayant été forcé pour bonnes raisons. Celui-ci avait aussi d'abord pris le même parti, mais son peu de piété et de religion obligèrent ensuite les Supérieurs de le renvoyer. Au lieu de retourner auprès de son père, il s'engagea et servit quelque temps en qualité de simple soldat. Dégoûté du service, il rentra dans la Société, d'où il se fit encore chasser comme un sujet dangereux; réduit ainsi à ne pas savoir où donner de la tête, il se rengagea et donna beaucoup de chagrin à son père devant lequel il n'osa plus se présenter. Sa ressource alors fut de se retirer dans la congrégation de Saint Maur où il fut admis et envoyé à l'abbaye de Jumièges en Normandie pour y faire son noviciat. C'est où je l'ai connu. La conduite qu'il tint lui mérita l'estime avec les suffrages de la communauté. Il fit donc profession, mais il ne tarda pas à se montrer tel qu'il était, ennemi de toute gêne, sans foi, sans goût pour son état ni pour les études les plus propres à lui en faire prendre l'esprit. En vain l'appliqua-t-on à la théologie, il fallut l'en retirer, sa passion pour la lecture des auteurs profanes et des romans se fortifia de plus en plus, de sorte qu'il s'y livra entièrement. Des dispositions si peu chrétiennes l'ont conduit peu à peu à une honteuse apostasie. »

La notice de Dom Boudier se fait remarquer par sa relative exactitude, son honnêteté, sa bonne foi. Est-ce pourtant la discrétion qui l'empêche de dire en quoi Prévost fut jugé dangereux par les jésuites, et pourquoi il donna tant de chagrins à son père? Sur le point qui nous occupe, il ne dit rien. Les autres biographes se taisent, ou s'en tiennent à la version de Prévost dans Le Pour et Contre en 1734:

« La malheureuse fin d'un engagement trop tendre me conduisit enfin au Tombeau; c'est le nom que je donne à l'Ordre respectable où j'allai m'ensevelir, & où je demeurai quelque tems si bien mort, que mes parents & mes amis ignorèrent ce que j'étois devenu.

Cependant le sentiment me revint, & je reconnus que ce coeur si vif étoit encore brûlant sous la cendre. La perte de ma liberté m'affligea jusqu'aux larmes. Il étoit trop tard. »

La beauté de la phrase n'empêche pas que l'on puisse se poser des questions. Le motif invoqué est l'amour, « qui est toujours un motif noble, dira Montesquieu, quoique la conduite soit basse ». Mais que fut ici sa conduite? p. 52, 53.

Autres articles associés à ce dossier

À lire également du même auteur

L'appartenance familiale
On ne se départit pas de son enfance: même oublié par sa famille, Prévost la restitue sous un «

Le romanesque
La vie de Prévost a été une telle succession d'engagements suivis de ruptures, d'escroqueries, d'

Manon Lescaut
Jean Sgard évoque l'éternel débat devant une oeuvre romanesque célèbre: en quoi a-t-elle pu êt

Relations de Voltaire et de Prévost
Fragilité des liens entre écrivains, même lorsqu'ils se soutiennent l'un l'autre...

Une découverte du journalisme londonien
Chez Prévost le romancier a supplanté le journaliste dans l'esprit des lecteurs. C'est oublier l'i




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ