Le romanesque

Jean Sgard

La vie de Prévost a été une telle succession d'engagements suivis de ruptures, d'escroqueries, d'exils, notamment en Angleterre et en Hollande que ses critiques se sont demandés si ses romans sont un pur reflet de ses expériences ou un savant mélange de réel et d'imaginaire...

Avec lui, le récit romanesque exprime une expérience dramatique, profondément ressentie, mais aussi une sorte de vérité immanente. Michel Gilot l'a parfaitement senti : «L'émotion autobiographique affleure dans toutes les grandes narrations de Prévost; le héros ne se contente de raconter ses épreuves, il en représente la continuité et le sens, il montre comment elles ont affecté et constitué son être profond. On devine en même temps comment le lecteur est amené à confondre l’autobiographie fictive du personnage et l’autobiographie réelle de l’auteur : à travers ses personnages le romancier atteint la chaîne des affections qui l’ont constitué lui-même; parlant de la violence de l’amour, de l’extrême des sentiments, de l'impossibilité du bonheur, de l'angoisse de la mort, il ne peut parler que de lui-même; la fantaisie romanesque disparaît devant la sincérité du retour à soi. Si de surcroît, l’auteur mêle à cette émotion du récit des traits qui n'appartiennent qu'à son propre passé, s'il évoque des deuils, des ruptures, des conflits familiaux qui relèvent de la vie la plus privée, on ne manquera plus de croire qu'il parle de lui: les ruses de Prévost pour fonder la crédibilité du récit sont innombrables». p. 49

À lire également du même auteur

L'appartenance familiale
On ne se départit pas de son enfance: même oublié par sa famille, Prévost la restitue sous un «

Le moine noir
Prévost, tour à tour jésuite puis bénédictin, que la nature avait doué d'un appétit de vivre

Manon Lescaut
Jean Sgard évoque l'éternel débat devant une oeuvre romanesque célèbre: en quoi a-t-elle pu êt

Relations de Voltaire et de Prévost
Fragilité des liens entre écrivains, même lorsqu'ils se soutiennent l'un l'autre...

Une découverte du journalisme londonien
Chez Prévost le romancier a supplanté le journaliste dans l'esprit des lecteurs. C'est oublier l'i




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ