L'expédition de Lewis & Clark

Jean-Pierre Bonhomme
A travers son récit sous-titré «L'expédition de Lewis&Clark» et la naissance d'une nouvelle puissance», c'est tout autant la nécessaire participation canadienne-française à cette même expédition que célèbre l'historien Denis Vaugeois, que le courage et la sagacité de ses dirigeants anglo-américains.
Saint-Louis, Missouri; Louisville Kentucky, le lac Saint-Louis, Québec, ce sont toutes des évocations, parmi tant d'autres, de ce fameux Louis IX, de ce roi, de ce saint qui représente les meilleures aspirations des deux France (l'Ancienne et la Nouvelle): c'est-à-dire les valeurs de la croyance, de l'espérance et de la persévérance; de la convivialité et de la droiture aussi.
Ce ne sont pas tous les Américains de la grande Amérique du Nord, surtout pas ceux de la République voisine, qui se souviennent de l'importance de ce roi et de ces vertus françaises, transmises dans le cœur de ces extraordinaires explorateurs continentaux qu'étaient nos ancêtres; vertus qui ont permis d' ouvrir la voie vers l'Ouest.

Nous avons bien, ici, une vague idée du périple canadien vers les Rocheuses, celui de la famille La Vérendrye et de la percée du Père Marquette vers la Nouvelle-Orléans; mais savons-nous vraiment que les Français de la vallée du Saint-Laurent, devenus plus ou moins Canadiens, et ceux de la Nouvelle-Orléans ont exploré, parcouru, occupé tout l'intérieur continental américain à partir de Saint-Louis, cette Porte de l'Ouest , située sur le Mississipi, à l'embouchure du Missouri? Et ce bien avant que les colonies anglaises n'envoient leurs propres explorateurs en la personne des célèbres Lewis and Clark se promener dans les portages?

Or c'est bien ce que nous rappelle avec amour et avec précision l'historien Denis Vaugeois dans son nouvel ouvrage America. Les citoyens des États-Unis, ceux d'aujourd'hui comme ceux d'hier, sont convaincus que, par le moyen de l'expédition de Lewis et Clark, commandée par le président Jefferson, et qui s'est déroulée de 1804 à 1806, d'avoir été les premiers à découvrir l'Ouest. Il est vrai que cette vaillante troupe américaine a trouvé des pistes pratiques pour franchir les Rocheuses et que l'aventure s'est légitimement transformée en mythe fondateur des États-Unis…

Mais il y a un mais! Denis Vaugeois, lui, se souvient. A travers son récit sous-titré «L'expédition de Lewis&Clark» et la naissance d'une nouvelle puissance», c'est tout autant la nécessaire participation canadienne-française à cette même expédition qu'il célèbre que le courage et la sagacité de ses dirigeants anglo-américains.


De cent manières palpitantes, en effet, Vaugeois nous fait découvrir comment nos ancêtres explorateurs et commerçants avaient pu, avaient voulu entrer en relation étroite et personnelle avec les douzaines de bandes indiennes qui se trouvaient au milieu du continent à cette époque. Et que, sans eux, sans leur capacité de parler les langues des autochtones, Lewis&Clark n'en seraient probablement pas sortis vivants; ce n'est pas à cause d'eux non plus, devinons-nous ainsi dans l'ouvrage que les peuples indiens ont été si cruellement décimés, éliminés des cartes géographiques. L’auteur nous indique aussi, plus ou moins directement, que les récits américains de ces voyages n'ont pas toujours souligné l'importance de la contribution de nos fameux voyageurs; les explorateurs des colonies américaines les percevant comme des ennemis alliés aux Indiens et, à un autre moment, comme de simples agents de l'Empire britannique ­ après la cession du Canada aux Anglais…

L'ouvrage de Denis Vaugeois a cet autre mérite d'offrir aux Québécois d'aujourd'hui et aux Français de France eux-mêmes, par le chemin de cette expédition des Lewis & Clark, une vue d'ensemble de l'Amérique du Nord et une description des forces complexes en présence au moment de la fondation des États-Unis.

Quant à la présence française actuelle ­ aujourd'hui on dirait québécoise ­ au milieu du continent, il n'en reste que des traces. Mais elles sont là; je les ai vues au fort de Chartres, à Sainte-Geneviève et à Cahokia dans les environs de Saint-Louis. En nous parlant de ces racines-là, documents pertinents à l'appui, Vaugeois fait œuvre essentielle. Il donne certes à tous les descendants de la Nouvelle-France la possibilité de trouver une place identitaire de premier ordre dans ce grand continent nord-américain; la place de gens intérieurement forts et ouverts sur le monde.

Autres articles associés à ce dossier

L'Amérique

Louis Fréchette


La troisième Amérique

Pierre Vadeboncoeur

Qu'est-ce qu'un Québécois? Que ça plaise ou non, l'auteur l'affirme au moins clairement: nous sommes différents.

À lire également du même auteur

Les villes, visage des nations. Erreurs d’hier, à éviter demain
Voici, sur les villes du monde et celles du Québec en particulier, un témoignage prophétique, cel

Le bon vide et l'autre
Quand les Taoïstes ont recommandé aux citoyens du monde, il y a trois mille ans, de fai

L’ère du « switch » n’annonce rien de bon !
Switching. Mot intraduisible qui désigne le passage rapide à autre chose dans tous les domaines :

Le maelstrom de la communication
Dans l’article précédent, il est question de l’émiettement universel. Dans celui-ci, l’aute




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ