Cui-cui #11 : NÉOLOGISMES COVIDIENS REVISITÉS

Pierre Biron

Quelle est pour un savant la meilleure façon de servir la vérité et ses concitoyens? Adhérer sans réserves à ce qui semble être un consensus solidement fondé? Dans le cas de la COVID 19, Pierre Biron a plutôt choisi de dire ses réserves. Karl Popper lui donnerait raison.

Quelques nouveaux termes, et surtout de nouvelles acceptions ont pris naissance lors de la pandémie covidienne. On lira aussi, en plus des analyses pointues de Tom Jefferson et Peter Doshi :

https://journals.indexcopernicus.com/api/file/viewByFileId/1208798.pdf

https://www.btb.termiumplus.gc.ca/publications/covid19-fra.html

* Cluster devient un emprunt accepté de l’anglais pour foyer (de contamination); on se demande si en France on ne préfère pas adopter les termes anglais même quand il existe déjà un heureux équivalent !

* Confiner, déjà utilisé, a donné déconfinement. Les anglais enlèvent l’accent et créent deconfinement ou encore écrivent lockdown lifting : « Une mère canadienne a pris la liberté de baptiser Lockie sa file conçue durant le lockdown … »

* En anglais covid est la contraction du substantif neutre corona-virus-c19-disease, abrévié souvent C19 et C-19. Mais l’emprunt en français devient genré : la covid est la maladie SRAS-CoV-19 (pour syndrome respiratoire aigu sévère due au coronavirus-19) tandis que le covid est le virus responsable.

* Covidien l’adjectif compte parmi les néologismes : « Fardeau covidien… Morbidité covidienne…».

* Covidiot est utilisé en français pour injurier ceux qui ne croient pas aveuglément aux vaccins et contraintes imposées. Les anglophones l’utilisent familièrement pour dénigrer ces sceptiques pandémiques par opposition aux covidians qui croient en tous les risques annoncés et à toutes les mesures préconisées. Une belle division sociale qui empêche les échanges courtois.

* En Présentiel est l’opposé de en virtuel (consultation médicale virtuelle) et du préfixe télé- (télétravail, télé-enseignement, téléconférence...). « Votre consultation avec le Dr X est prévue à 13h30 en virtuel, soyez prêt à répondre » [car il n’a pas de temps à perdre, rémunéré seulement si vous répondez…].

Présentiel n’est pas un heureux néologisme, trop abstrait; on aurait dû se contenter de en personne. Et souvent à distance pourrait remplacer virtuel et télé-. Quand une ado trouve un partenaire intéressant sur un site de rencontre, elle ne proposera jamais « Une rencontre en présentiel au Café du Nord à 20 hres ce jeudi ! »

* Sanitarisme (covidien). Cette idéologie - transformée en régime sanitariste durant la pandémie - vise à délivrer la terre entière des moindres traces d’un virus pourtant impossible – selon toutes probablités - à éradiquer en entier à l’instar des autres coronavirus respiratoires qui savent s’adapter. Elle a atteint des sommets en Chine avec des confinements extrêmes à la poursuite de zéro contamination. Totalitarisme dur oblige.
 

« La pandémie de Covid-19 a frappé le monde entier et a bouleversé autant la vie sociale que la vie privée. Des pans entiers de l’économie ont été suspendus. Les libertés fondamentales de circulation ou de réunion ont été brimées. Un climat d’intolérance s’est installé dans la société, la liberté d’expression a été menacée par la pensée unique et le discours officiel des gouvernements. Il en est résulté un régime sanitariste qui se rapproche du «despotisme doux» déjà anticipé par Tocqueville au dix-neuvième siècle et que le sociologue Michel Maffesoli appelle « totalitarisme doux ». (Crise sanitaire et régime sanitarisme : Deux ans de Covid-19. Simard & Blanchet-Gravel. Liber, Montréal, 2022)

 

* Sûr et efficace, déjà appliqué aux produits pharmaceutiques approuvés par les agences nationales du médicament (FDA, ANSM, Santé Canada…), est un terme qu’on a utilisé avec insistance, arrogance, autorité, intolérance, intimidation, infantilisation, culpabilisation voire mépris des dissidents (quand on ne les a pas pénalisés ou censurés) à mesure que des vaccins covidiens furent mis à disposition sans fournir de preuves au préalable, en se fondant sur des données fragmentaires ou discutables.

Si au moins on avait ajouté « raisonnablement sûrs et raisonnablement efficaces selon les prédictions biologiques et épidémiologiques des fabricants et des réglementeurs » c’aurait été un premier pas, bien qu’insuffisant, vers la transparence ...

Ou encore si on avait admis qu’ils jouissaient d’un laisser-passer aux Agences des produits de santé et qu’il s’agissait d’un pari de la part des Santés publiques, et dont on ne connaîtrait les résultats que dans quelques années, parfois à force de recours à loi de l’accès à l’information ....

Alors seulement on omettrait de dire que l’expression « sûr et efficace » a été sciemment galvaudée. Le mécanisme d’action vaccinal était une innovation technologique majeure et personne ne savait ni ne pouvait vraiment savoir de quel côté pencherait la balance bénéfice-risque quand des millions de doses auraient été administrées à des populations sanitairement hétérogènes. Ce n’était jamais arrivé dans l’ère moderne de commercialiser aussi massivement avant d’évaluer décemment et ouvertement.

* Besoins (médicaux/vaccinaux) non comblés. Le « unmet medical need » des anglos est souvent utilisé par les relationnistes covidiens comme euphémisme pour « marketing relevance » et « unmet profit targets ». Certains sont réels, comme la recherche sur les antiviraux et les traitements symptomatiques, que des pays ont toutefois censurés (au profit de qui, pensez-vous ?...). Mais d’autres sont inventés ou gonflés pour servir d’outils promotionnels.  Comme dans : « Il y a encore 75% des jeunes qui ne sont pas encore vaccinés » (sic… avec des produits expérimentaux par surcroît et des statistiques manipulées).

Déjà un des meilleurs analystes de la scène médico-pharmaceutique canadienne écrivait en 2017 :

« Le corps médical a reçu le mandat de prescrire dans le meilleur intérêt des citoyens et de la société. En s’alliant avec l’industrie, il a renoncé à ses responsabilités cliniques au bénéfice des valeurs de l’industrie, qui visent le profit avant la protection de la santé. Quand ce corps [dont la santé publique fait partie] adopte les valeurs du privé elle nous dit en fait qu’elles ont plus de poids que celles des soignants, au lieu de rejeter ces valeurs et plutôt promouvoir la transparence, la sécurité et l’objectivité. » (Joel Lexchin, Doctors in Denial, Lorimer, Toronto, 2017 – Traduction libre) 

Ces propos s’appliquent très bien au tsunami vaccinal de masse qui a balayé les pays développés en nous rappelant quotidiennement qu’il y avait toujours « des besoins vaccinaux non comblés » dans ces dits pays, même chez les jeunes hommes et les enfants. Et ce, sans vaccinovigilance fiable et ouverte; entraver la recherche et la divulgation des effets indésirables vaccinaux par ceux sur le terrain n’est guère édifiant.

 

À lire également du même auteur

Les mots ont une vie eux aussi
Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d&rsquo

Des lieux et des hommes
Lac Champlain : des lieux et des hommes Un rappel de la présence française sur ce l

CUI-CUI #10 : Recension : effets indésirables des politiques de confinement
On l’attendait depuis longtemps. Une synthèse méthodique avec méta-analys

CUI-CUI # 7 : Quand on s'en prend aux enfants!
Lors des essais cliniques contrôlés en cours (qui se termineront entre 2022 et 2024 pou

Cui-cui #8 : Échange épistolaire avec Santé Sécurité Québec sur la vaccination pédiatrique
LETTRE AU MINISTRE DE LA SANTÉ DU QUÉBEC Sujet: Campagne massive de vaccination p&eac

Cui-cui # 5 : Efficacité relative ou absolue du vaccin ? Ça fait toute la différence
En santé, pas d’éthique possible sans un recours honnête et éclair&




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ