Tourisme

«Au début du XIXe siècle, un mot nouveau s'introduisit dans la langue anglaise; il indiquait le changement de caractère du voyage dans le monde, spécialement du point de vue américain. C'était le mot touriste, formé tout d'abord à l'aide d'un trait d'union: tour-ist. Notre dictionnaire américain définit maintenant un touriste comme "une personne qui fait un voyage de plaisance" ou "une personne qui fait un voyage, spécialement pour son plaisir". Chose significative, aussi, le mot tour de touriste dérivait du latin tornus, lequel venait du mot grec désignant un outil qui décrit un tour (le tour du potier). Le voyageur travaillait à quelque chose; le touriste est en quête de plaisir. Actif, le voyageur partait avec énergie à la recherche de gens, d'aventures, d'expériences. Passif, le touriste attend que se produisent les choses intéressantes. Il va voir les curiosités (en anglais: sight-seeing, expression créée à peu près en même temps puisqu'on la relève pour la première fois en 1847).»

Daniel Boorstin, L'Image, Union générale des éditions, Collection 10/18, Paris 1971, p. 129.

Essentiel

Un point de vue critique

Pour Pierre Foglia, «l'industie touristique [est] l'industrie la plus polluante du monde parce qu'en plus de polluer les lieux, elle pollue le goût. La laideur a été complètement occultée du langage touristique qui procède par enfilades de clichés attachés comme des saucisses. Des gens par ailleurs critiques et allumés ont intégré cet exotisme de carte postale, comme on intègre la publicité.» (Pierre Foglia, «Une ville objectivement laide», La Presse, 4 décembre 2002).

Essentiel

Un point de vue critique

Pour Pierre Foglia, «l'industie touristique [est] l'industrie la plus polluante du monde parce qu'en plus de polluer les lieux, elle pollue le goût. La laideur a été complètement occultée du langage touristique qui procède par enfilades de clichés attachés comme des saucisses. Des gens par ailleurs critiques et allumés ont intégré cet exotisme de carte postale, comme on intègre la publicité.» (Pierre Foglia, «Une ville objectivement laide», La Presse, 4 décembre 2002).

Articles


Code mondial d'éthique du tourisme

Organisation mondiale du tourisme
Le Code mondial d'éthique du tourisme constitue un cadre de référence pour le développement rationnel et durable du tourisme mondial à l'aube du nouveau millénaire. Il s'inspire de nombreux codes professionnels et déclarations analogues qui l'

Sur quelques vieilles pierres trop connues

Remy de Gourmont
Une critique de la "touristisation" du monde écrite à la fin du 19e siècle. Il faut préserver, face aux hordes de touristes qui envahissent les moindres recoins de la planète, les incertitudes et les surprises des vrais voyages et de la vie.

Pour une morale du tourisme

Jean-Marie Domenach

À la défense du touriste

Jacques Dufresne
On était sacré penseur quand on méprisait le bourgeois et le touriste. Le bourgeois a été réhabilité, mais le touriste a conservé ses stigmates. Pourtant, qui de nos jours est en droit d'affirmer qu'il n'a pas été, qu'il n'est pas et qu'i

Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ