Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Noël

Noël est la Fête de la Nativité du Christ. Un jour, sous le règne de César-Auguste, peu après le solstice d’hiver, Dieu, le Créateur de l'univers, s’incarna, se fit chair humaine, chair d’enfant d’abord comme le veut la nature. Le Tout Puissant devint le Tout Fragile. Cette association de la force qui tient l’univers et de la faiblesse du nouveau-né est dans l’histoire un fait unique, dont on sous-estime l’importance. Ce jour-là, dit Chesterton, «l’univers s’est retourné comme un gant.»

«Tout agnostique ou athée dont l’enfance a connu une véritable nuit de Noël voit toujours par la suite, qu’il le veuille ou non, un lien dans sa mémoire entre ces deux idées que la plupart des hommes considèrent naturellement comme contradictoires: l’idée d’un nouveau-né et l’idée d’une force inconnue qui soutient l’univers. L’instinct et l’imagination de celui qui fut chrétien peuvent encore les relier, alors que sa raison ne voit plus la nécessité de la relation; il y aura toujours pour lui quelque chose de religieux dans la simple image d’une mère portant son enfant, — une certaine évocation de clémence et d’attendrissement à la seule mention du nom terrible de Dieu. Pourtant ces deux idées n’ont aucune connexité naturelle ou nécessaire; elles ne seraient pas forcément associées pour un ancien Grec ni pour un Chinois, s’agit-il d’Aristote ou de Confucius; il n’est pas plus naturel de relier Dieu à un petit enfant que d’associer la gravitation à un petit chat. Cette association d’idées a profondément modifié la nature humaine. Il existe une différence réelle entre l’homme qui la connaît et l’homme qui ne la connaît pas. [...]

On pourrait suggérer par une image assez brutale que rien ne s’était passé dans ce repli ou cette crevasse des grandes collines grises, sauf que l’univers entier s’était retourné comme un gant. Je veux dire par-là que tous les yeux anxieux et adorateurs, qui jusqu’à ce moment regardaient au dehors vers l’incommensurable, s’étaient retournés à l’intérieur sur l’infiniment petit. [...]Dieu, qui n’avait encore été qu’une circonférence, apparut comme un centre; et un centre est infiniment petit.» (G.-K. Chesterton, Les maîtres étrangers, Paris, Nouvelles éditions latines, 1947)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La première crèche, celle de saint François à Assise, par Giotto.

Articles


Le folklore de Noël plus profond qu'on pense

Texte tiré du site de Communications et Société, un organisme sans but lucratif voué à la promotion de la qualité, du sens critique et des valeurs éthiques et spirituelles dans le monde des communications, dans une perspective chrétienne. C'e

Le Noël de Chesterton

G.K. Chesterton
Voir enfin ce que chacun avait cru voir.

Le Noël des animaux

Raoul Ponchon

Noël en Norvège

Vera Henriksen

Quelques réflexions sur la symbolique de la fête de Noël

Christian Vanden Bergen
Article tiré du site ROTA SOLIS (tradition et sciences traditionnelles). ROTA SOLIS est une association sans but lucratif dont l'objet est de favoriser la rencontre et les échanges entre tous ceux et toutes celles qui s'intéressent à la pensée t

Noël ou la photosynthèse

Jacques Dufresne
Voici une invitation à découvrir la science sous un nouvel angle: en tant que bassin de métaphores pour penser les phénomènes d'un autre ordre.