• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Barbey d'Aurevilly Jules

    Barbey d'Aurevilly polémiste. Colloque organisé par l'Equipe "Littérature et Herméneutique" (ELH) / Laboratoire "Patrimoine, Littérature, Histoire" (PLH) à l'Université Toulouse-Le Mirail (Toulouse 2), 26-28 mars 2008 - Première partie. On trouvera ici les deuxième et troisième parties de ce colloque : http://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/barbey_d_aurevilly_polemiste_2_3.3949 http://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/barbey_d_aurevilly_polemiste_3_3.3858

    Jules Amédée Barbey d'Aurevilly, romancier et critique français (1808-1889)

     

     

    Biographie

    «Le public a été deux fois injuste envers lui: d'abord en ne lui accordant pas la considérable place à laquelle il avait certainement droit; ensuite en grossissant sa légende de dandy ridicule, au détriment de son singulier génie.

    Quoi qu'on ait raconté sur ses origines, Barbey d'Aurevilly, au temps de Lemerre, avait une héroïque noblesse, une allure, un ton et des mots inoubliables. Pauvre et fier comme Artaban, illusionné de la Manche française comme l'autre de la Manche espagnole, mais d'un à-pic extraordinaire dans quelques-uns de ses jugements, ferme en ses opinions et croyances, à une époque où tout vacillait dans l'épaisse sottise démocratique, éloquent et spirituel à la façon d'un Rivarol, aéré comme Chateaubriand, bien plus logique que lui, visionnaire des paysages de son Cotentin comme un vieil aigle, le maître du Chevalier Destouches et de Une vieille maîtresse inspirait au gamin que j'étais une profonde admiration. Il avait la tête dans les cieux. Il ne ressemblait pas aux autres hommes de lettres. Ses aphorismes, ses condamnations, ses éloges tombaient de haut.

    Un jour d'hiver, par un froid sec, mon père l'emmena, de chez Lemerre, jusqu'à un restaurant des Champs-Élysées, encore ouvert et bien chauffé, dont je ne me rappelle plus le nom. Tous deux parlaient vivement de Flaubert, que défendait avec passion Alphonse Daudet, qu'attaquait avec passion Barbey D'Aurevilly. Je marchais à côté d'eux très attentif et intéressé, car Flaubert, chez nous, était roi.

    Une fois installés: “Que prenez-vous?...
    — Du champagne”, répondit d'Aurevilly comme il aurait dit: “De l'hydromel.”

    Vieux guerrier édenté, au verbe sifflant et irrésistible, il avala coup sur coup quatre, cinq verres de cet argent liquide et mousseux. Puis il se mit à parler, si fort et si bien, que la caissière émue ne le quittait pas du regard. Mon père lui donnait la réplique. Le soir venait. On alluma le gaz et, au bout d'une heure environ, étant derechef altéré, ce démon de Barbey redemanda: “Une seconde bouteille de champagne, madame, je vous prie.” J'étais émerveillé. Il portait ce jour-là, pour cette prouesse improvisée, un grand manteau noir flottant, doublé de blanc, et le fond de son chapeau haut de forme était de satin écarlate. Mais qui donc aurait eu envie de rire en entendant de pareils accents!

    Sa voix ajoutait au prestige. Il l'enflait, puis la baissait harmonieusement. Il eût fait un orateur consommé. Perpétuellement tourné vers ce qui est grand, généreux et original, il possédait un répertoire d'exploits galants et militaires, où le farouche le disputait au précieux dans un excellent dosage très français. Imaginez une interpolation des Vies des dames galantes de Brantôme avec les Vies des grands capitaines. Son horreur de la vulgarité s'affirmait, quand il disait à mon père: “Votre Zôla”, comme s'il y avait eu sur l'o plusieurs accents circonflexes et dépréciateurs.

    Je l'ai montré grand et beau buveur. Un soir à Champrosay, le domestique, se trompant, versa à la ronde, au lieu de vin blanc, une antique eau-de-vie de prunes, dépouillée certes, mais encore vigoureuse. D’Aurevilly se faisait toujours servir au ras bord. Avant qu'on n'eût eu temps de l'avertir de la méprise, il avait déjà tout englouti d'une lampée, sans nul émoi, comme si cette rasade eût été naturelle.

    Il avait en horreur certains contemporains, pour la mollesse de leur style ou la vulgarité de leurs idées. D'où son mot célèbre, au sujet du plus prolixe d'entre eux: “Ses parents, mossieur, vendaient de la porcelaine. Lui, c'est un plat.” Mais il était tout indulgence et bonté envers les petits confrères laborieux et miteux, qui font péniblement leur chemin dans le journalisme. Il citait volontiers Byron et les lakistes, Shakespeare, les Pères de l'Église et les grands classiques. Somme toute, une admirable personnalité, un diamant que rien ne pouvait rayer, sinon un autre diamant de même taille et de même clivage. On l'eût vainement cherché parmi ceux de sa génération.»

    LÉON DAUDET, Souvenirs et polémiques, Paris, Robert Laffont, collection «Bouquins», 1992, p. 50-51.

    Oeuvres

    Le cachet d'onyx (1830)
    Léa (1832)
    Fragment (1833)
    Le Chevalier Des Touches (1864)
    Un prêtre marié (1865)
    Les Diaboliques (1874)
    Memorandum (1864)
    Critique de L'Éducation sentimentale
    Une page d'histoire (1883)

    Documentation

    BERTHIER, Philippe. « Barbey d'Aurevilly et les malentendus du réalisme », Les Lettres romanes, n°37(4) (1983), pp. 287-305.

    BERTHIER, Philippe. « Le manuscrit des Diaboliques », La Revue des lettres modernes, n° 726-730 (1985), pp. 171-179.

    BERTHIER, Philippe. « Barbey d'Aurevilly lecteur de la Révolution », Revue d'Histoire Litteraire de la France, Vineuil, France (RHL), 1990 July Oct, n°90 (4-5), pp. 779-795.

    BLOY, Léon. Fragments inédits sur Barbey d'Aurevilly. La Rochelle, Éd. des Cahiers Léon Bloy, 1927, 36 p.

    FUMET, Stanislas. « Un Catholique Grimé: Barbey d'Aurevilly », La Table Ronde, 1965, n°215, pp. 31-45.

    GUYON, André. « Barbey d'Aurevilly et le genre policier: Les Leçons d'un précurseur oublié », Travaux de Litterature, 1991 , n°4, pp. 217-230.

    HIRSCHI, Andrée. «1874: Le "procès" des Diaboliques », La Revue des lettres modernes, n°403 408, pp. 6-64.

    HOFER, Hermann. « Bernanos aurevillien, Barbey bernanosien », La Revue des lettres modernes, n° 260-263 (1971), pp. 61-117.

    HOFER, Hermann. « Barbey d'Aurevilly et Hector Berlioz », La Revue des lettres modernes, n° 285-289 (1972), pp. 73-100.

    JAMIESON, T. John. « Conservatism's Metaphysical Vision: Barbey d'Aurevilly on Joseph de Maistre », Modern Age: A Quarterly Review, 1985 Winter , n° 29:1, pp. 28-38.

    JOLLIN, Sophie. « La Phrase diabolique de Barbey d'Aurevilly », Francais Moderne: Revue de Linguistique Francaise, 1998., n°66:1, pp. 57-72.

    KYLOUSEK, Petr. "La réception du dandysme en France et la tradition courtoise – le cas de Barbey d'Aurevilly", Études romanes de Brno (volume XXIX, Masarykova univerzita, Brno, 1999) - format PDF

    PETIT, Jacques, « Barbey d'Aurevilly et les catholiques du XIXe siecle », La Table Ronde, 1964, n°200, pp. 7-18.

    PETIT, Jacques. « Baudelaire et Barbey d'Aurevilly », Revue d'histoire littéraire de la France, n° 67 (1967), pp. 286-295.

    PETIT, Jacques. « Barbey et ses épigones », La Revue des lettres modernes, n° 260-263 (1971), pp. 260-263.

    PETIT, Jacques. « Le stupide XIXe siècle », La Revue des lettres modernes, n° 260-263 (1971), pp. 132-134.

    POLET, Jean-Claude, dir. Les Lettres Romanes, Tome XLIII, n° 4, novembre 1989, numéro consacré au centenaire de la mort de Barbey d’Aurevilly, pp. 247-281.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-03-07
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    2 novembre 1808, Cotentin, Saint-Sauveur-le-Vicomte (Manche, Normandie)
    Déces
    23 avril 1889
    Documents Associés
    Remy de Gourmont
    Paul Verlaine
    critique, critique littéraire, pamphlétaire, Léon Bloy, catholicisme
    Robert Vernon
    Pierre Lasserre
    romantisme, réactionnaire, critique littéraire
    Remy de Gourmont
    critique littéraire, pamphlétaire, sottise
    Émile Zola
    critique, romantisme, catholicisme, diable
    Raccourcis

    10%
    Dons reçus (2017-2018): 2 396$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.