Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Euthanasie

L'étymologie nous invite à définir l'enthanasie comme l'art de donner une bonne (eu) mort (thanatos). Par bonne mort, on entend surtout aujourd'hui mort sans souffrance. Dans le contexte médical contemporain, le mot euthanasie désigne la mort choisie par opposion à la mort naturelle. On peut hâter la mort d'un malade en renonçant à certains traitements ou en dépassant les limites dans l'administration d'autres traitements. Euthanasie passive dans le premier cas, euthanasie active dans le second! Active ou passive, l'euthanasie peut être pratiquée avec ou sans le consentement de l'intéressé, ou avec un consentement qui a été arraché par de subtiles pressions.

Essentiel

De son regard pénétrant, Karl Stern voit «ce que serait une société organisée sur la base de principes prétendus scientifiques», et soulève le problème de l’euthanasie tel qu’il se pose hic et nunc et se posera pendant toute la durée de la vie humaine sur terre: pourquoi, au nom de quoi laisser vivre les incurables? Voici sa réponse: «D’un point de vue strictement pragmatique, en dehors de toute idée métaphysique de la personne humaine, il n’y a vraiment aucun argument à lui opposer. Nous, qui vivons dans un univers sans impératifs, nous accrochons à bien des principes formels qui sont un héritage du christianisme dont nous avons perdu la conscience - et non parce que nous avons gardé la foi réelle en la doctrine chrétienne de la réversibilité des mérites de la souffrance, ou dans l’enseignement hindou de la Karma, ou tout simplement dans l’immortalité de l’âme humaine. En fait, la plupart d’entre nous ne croient plus en rien de tout cela. De sorte que nous nous accrochons d’une main au pragmatisme moderne et de l’autre à la philosophie judéo-chrétienne. Mais la faille s’élargit chaque jour davantage, et le moment viendra où l’une des deux devra lâcher prise.» (Karl Stern, Le Buisson ardent, Paris, Seuil, 1953, p. 140).

Quelle main a donc lâché prise ?

Articles


Contre l'inutile souffrance

Hector Berlioz
Passage tiré des Mémoires du compositeur français Hector Berlioz.

La mort de Vincent Humbert

Jacques Dufresne
Voir les articles du journal Le Monde sur la question d'une loi sur l'euthanasie et la mort de Vincent Humbert.

Un cas d'euthanasie consensuelle au XIXe siècle

Léon Daudet
Où on voit que dans certains cas, le jugement permettant l'euthanasie est facile à produire comme jugement de vérité.

«Le respect de la dignité du mourant». Considérations éthiques sur l'euthanasie

Académie pour la vie (Église catholique)
C'est en déclarant la douleur "curable" (au sens médical) et en proposant comme un devoir de solidarité l'assistance envers celui qui souffre que l'on arrive à affirmer le véritable humanisme: la douleur humaine requiert amour et parta

La liberté avant tout ?

Benoît Lemaire

Dossiers connexes