Contre l'inutile souffrance

Hector Berlioz
Passage tiré des Mémoires du compositeur français Hector Berlioz.
J’ai perdu ma sœur aînée. Elle est morte d’un cancer au sein, après six mois d’horribles souffrances qui lui arrachaient nuit et jour des cris déchirants. Mon autre sœur, qui s’est rendue à Grenoble pour la soigner et qui ne l’a pas quittée jusqu’à la dernière heure, a failli succomber aux fatigues et aux cruelles impressions que lui a causées cette lente agonie. Et pas un médecin n’a osé avoir l’humanité de mettre fin à ce martyre en faisant respirer à ma sœur un flacon de chloroforme ! On fait cela pour éviter à un patient la douleur d’une opération chirurgicale qui dure un quart de minute, et on s’abstient d’y recourir pour le délivrer d’une torture de six mois. Quand il est prouvé, certain, que nul remède, rien, pas même le temps, ne peut guérir un mal affreux ; quand la mort est évidemment le bien suprême, la délivrance, la joie, le bonheur !… Mais les lois sont là qui le défendent, et les idées religieuses qui s’y opposent non moins formellement. Et ma sœur, sans doute, n’eût pas consenti à se délivrer ainsi si on le lui eût proposé. « Il faut que la volonté de Dieu soit faite », comme si tout ce qui arrive n’arrivait pas par la volonté de Dieu… et comme si la délivrance de la patiente par une mort douce et prompte n’eût pas été aussi bien la volonté de Dieu que son exécrable et inutile torture… Quel non-sens que ces questions de fatalité, de divinité, de libre arbitre, etc. !! C’est l’absurde infini, l’entendement humain y tournoie et ne peut que s’y perdre. En tout cas, la plus horrible chose de ce monde pour nous, êtres vivants et sensibles, c’est la souffrance inexorable, ce sont les douleurs, sans compensation possible, arrivées à ce degré d’intensité ; et il faut être ou barbare ou stupide, ou l’un et l’autre à la fois, pour ne pas employer le moyen sûr et doux dont on dispose aujourd’hui pour y mettre un terme. Les sauvages sont plus intelligents et plus humains.

Autres articles associés à ce dossier

La liberté avant tout ?

Benoît Lemaire


La mort de Vincent Humbert

Jacques Dufresne

Voir les articles du journal Le Monde sur la question d'une loi sur l'euthanasie et la mort de Vincent Humbert.

Un cas d'euthanasie consensuelle au XIXe siècle

Léon Daudet

Où on voit que dans certains cas, le jugement permettant l'euthanasie est facile à produire comme jugement de vérité.

«Le respect de la dignité du mourant». Considérations éthiques sur l'euthanasie

Académie pour la vie (Église catholique)

C'est en déclarant la douleur "curable" (au sens médical) et en proposant comme un devoir de solidarité l'assistance envers celui qui sou

À lire également du même auteur




Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.