Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Environnement

(Dossier en révision)

En 1970 il était encore permis d'écrire que le mot environnement, employé dès le XVIe siècle, pour désigner ce qui est autour de...appartient davantage au monde de l'esthétique qu'au monde scientifique. C'était l'époque où les élèves de l'école des Beaux-arts de Paris réclamaient une faculté de l'environnement pour remplacer les écoles d'architecture. 1

Pour la très grande majorité des gens, le mot environnement est aujourd'hui synonyme de milieu. Au fur et à mesure que la science révèle la complexité de la nature, la variété des liens qui unissent entre eux ses éléments constitutifs, ce mot devient plus englobant dans le temps comme dans l'espace. C'est chez Victor Hugo que l'on trouve l'évocation la plus juste de l'environnement tel qu'on doit le concevoir en 2003: «Qui oserait prétendre que le parfum de l’aubépine est inutile aux constellations2 C'est l'élargissement de l'espace qui est ici en cause. Mais l'environnement connaît la même expansion dans le temps, comme nous le constatons quand nous assistons aujourd'hui à la formation d'un nouvel élément... il y a quatorze milliards d'années.

Pour les mêmes raisons, l'environnement est de moins en moins cloisonné. On se représentait jadis les trois règnes: minéral, végétal, animal comme des choses distinctes et extérieures les unes aux autres. On pensait par exemple que les espèces vivantes devaient s'adapter à un environnement physique déjà constitué selon ses propres lois. On sait aujourd'hui que ces espèces ont contribué au développement de leur habitat, qu'il est lui-même vivant. L'oxygène que nous respirons, qui entretient la vie en nous est un produit de la vie, mais à l'inverse la mutation dans un gène, d'où vient telle de nos maladies, est l'oeuvre d'un rayon venu d'une lointaine étoile.

L'importance de ces interrelations est de plus en plus reconnue même en ce qui a trait au rapport entre les communautés humaines et leur environnement. On sait que la qualité des liens à l'intérieur d'une communauté a un effet déterminant sur le sort de son habitat tant physique que symbolique.

Si bien qu'au fur et à mesure qu'on est mieux éclairé par la science sur ces questions on revient à une conception ancienne semblable à celles que l'on retrouve encore intactes dans de nombreuses cultures, parmi les peuples andins notamment. «Notre communauté, explique un représentant de ces peuples, n'est pas simplement un environnement humain. Elle est plutôt nous tous qui vivons ensemble dans une localité : humains, plantes, animaux, rivières, montagnes, étoiles, lune, soleil. Pareillement, notre ayllu, notre famille, ne se compose pas seulement des gens de notre lignée de sang ; c'est plutôt l'ensemble de la communauté humaine (runas4) de notre localité, de notre communauté naturelle (sallgas) et de la communauté de ceux qui soutiennent notre vie (huacas), les mêmes avec qui nous partageons la vie dans notre localité (pacha) tout au long du rythme tellurique-sidéral de l'année (wata)» 3

Dans le même esprit, le fondateur de l'écologie contemporaine, René Dubos, n'hésite pas à réhabiliter une idée familière aux Grecs de l'antiquité, celle de génie du lieu, du genius loci. «Le génie du lieu est ainsi constitué de forces physiques, biologiques, sociales et historiques qui, associées, confèrent sa singularité à tout lieu ou à toute région. Toutes les grandes villes possèdent leur propre génie, qui transcende leur situation géographique, leur importance commerciale et leur taille. Il en est de même pour chaque région du monde. L'homme ajoute toujours quelque chose à la nature, et par voie de conséquence la transforme; mais ses interventions ne s'avèrent réussies que dans la mesure où il respecte le génie du lieu.»4
1- Voir JEAN GODIN, revue Critère, numéro 5, 1972.
2- VICTOR HUGO, Les Misérables.
3- MAJID RAHNEMA, Quand la misère chasse la pauvreté, Fayard, Paris 2003
4- RENE DUBOS, Le génie du lieu.

Essentiel

«En même temps qu'il doit évaluer le gâchis au moins partiel de sa culture, l'homme moderne découvre que sa rupture est définitivement consommée avec la nature et que ce n'est qu'avec ses équivoques ressources qu'il devra tenter de satisfaire en lui cette nostalgie qui désormais le poursuit. Le crime de lèse-majesté qu'il a joyeusement commis à l'égard de la nature est, comme celui du premier Faust, sans rémission: sa pureté originelle est à jamais perdue et ses velléités de retour à la nature, celles des parcs nationaux et des comptoirs d'aliments naturels, en resteront marquées du sceau artificiel de sa culture; tandis que le formidable élan qui jadis le propulsait en avant sera de plus en plus amorti par cette culpabilité incertaine qui assombrit déjà la fierté pourtant légitime (?) des concepteurs du “Concorde” ou celle de ces efficaces engraisseurs de bovins qui ont su tirer parti des découvertes impressionnantes de la chimie agricole. Les doutes de l'écologiste ne font, il est vrai, qu'accentuer en la concrétisant cette crise de conscience de l'humanité: la loi de Dieu puis la loi naturelle suffisaient, semble-t-il, à dissiper jadis les plus lourdes inquiétudes; puis leur a succédé au XIXe siècle la loi du progrès, celle-là même qui faisait tenir à Berthelot ces propos qui seraient si rassurants, si seulement on pouvait encore les prendre au sérieux: “La somme du bien va toujours en augmentant à mesure que la somme de vérité augmente et que l'ignorance diminue dans l'humanité.” Si nous ne partageons plus aujourd'hui la naïveté de l'illustre chimiste, ce n'est pas pour avoir renoncé si vite au progrès mais bien plutôt pour avoir reconnu déjà sa gênante ambiguïté. Nos pas qui, hier encore, nous portaient résolument vers l'avant sont chaque fois suspendus dans leur mouvement hésitant. La découverte de pétrole sur des côtes voisines, le projet ambitieux de la baie de James, le triomphe inespéré de la motoneige québecoise provoquent en nous autant de suspicion que de fierté, tant il est vrai que la notion même de progrès devient de plus en plus flottante et ne paraît plus devoir trouver d'ancrage que dans celle d'un optimum à long terme que des études longues et laborieuses parviennent mal à déterminer.

«D'autres époques sans doute ont vu mettre en cause l'idée de progrès, mais c'était, pourrait-on dire, de l'extérieur au nom de considérations religieuses ou humanitaires, parce que justement la technique était triomphante et laissait impuissants et révoltés ceux à qui il ne restait plus que la ressource de briser les machines. Aujourd'hui, il en va autrement. C'est de l'intérieur que le progrès paraît se défaire: si les détergents contribuent au progrès c'est, comme nous l'explique triomphalement la publicité, qu'ils rendent notre entourage plus propre; illusion! car les ingrédients non dégradables qu'ils contiennent fertilisent nos lacs et contribuent à en souiller les eaux. Si l'on est maintenant conscient du processus, il n'est pas nécessairement nouveau: le déboisement séculaire pratiqué par les paysans de la Chine éternelle devait permettre d'accroître progressivement l'importance de la récolte : il devait surtout rendre possible une série d'inondations dévastatrices. De façon plus générale, quand une solution technique vise l'élimination d'un phénomène indésiré (maladie, excès d'insectes ou de mauvaises herbes, éloignement, entropie, etc.) mais dépasse la marque et provoque, dans un voisinage spatial, temporel ou sectoriel plus ou moins grand, un autre phénomène tout aussi indésirable (multiplication d'une espèce nuisible qui servait de proie à celle éliminée, diffusion cumulative de produits toxiques, inondations, encombrement, etc.) on demeure perplexe. Un pas en avant, c'est la loi du progrès qui n'a rien perdu de sa belle vigueur mais peut-être deux en arrière, et c'en est assez pour qu’on reste songeur comme dans cette fable où la mouche est enfin tuée mais sa pauvre victime assommée sous l'effet de la même pierre.»

MAURICE LAGUEUX, revue Critère, numéro 5, 1972.

Articles


Citations

Jacques Parent
...Penser globalement

Comité de santé environnementale du Québec (CSE)

Comité de santé environnementale du Québec (CSE) Bulletin d'information, liens vers d'autres sites, publications. Le site n'était plus accessible le 15.08.99

ÉcoRoute de l'information

Site de l'Union québécoise pour la conservation de la nature (UQCN). Liens commentés et classés pas thèmes.

La dégradation des écosystèmes rend plus difficile la lutte contre la pauvreté

Millennium Ecosystems Assessment
Des chercheurs se penchent sur la dégradation de l'environnement et son lien avec le développement.

Lettre d'information Pro-Natura

Pro-Natura
Le film intitulé Les Gens du Delta sur le projet Akassa de Pro-Natura dans le Delta du Niger au Nigeria, parrainé financièrement par BP & Statoil et présenté dans cette lettre d'information, a obtenu le prix d'excellence en matière de créa

Ministère de l'Environnement et de la Faune

Renseignements sur le ministère, les parcs du Québec, l'environnement, les territoires à statut particulier, les régions, la faune, la pêche sportive.

Dossiers connexes