• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Monet Claude

    Peintre français (1840-1926)


    "[...] il est le maître des couleurs, comme Victor Hugo est le maître des images. Hugo est un œil prodigieux; Monet est un œil miraculeux.

    Quand on a regardé avec attention une série de tableaux de Claude Monet, on éprouve comme une peur; il semble qu’on se trouve en présence des créations d’un dieu, et c’est vrai. Cette marine, qui révélera à un marin lui-même un aspect inconnu de la mer, fut l’œuvre d’un instant, enlevée en moins de minutes qu’il n’en faut pour la bien voir à des yeux profanes. C’est la nature fixée dans le moment même de la sensation, comme on la subit à un premier regard large et enveloppant. Le mécanisme semble photographique; mais, en cet éclair, le génie a collaboré avec l’œil et avec la main; l’instantané est une œuvre personnelle d’une absolue originalité; ce n’est ni une esquisse, ni une ébauche, ni une étude, mais un poème très beau et complet. Il est certain d’ailleurs que toutes les toiles de Monet n’ont pas été peintes avec la même rapidité que la série des Meules, des Peupliers, ou des Cathédrales. Il y a des Monets moins fiévreux, presque reposés, et qui donnent de son génie une idée plus intègre. Les Nymphéas de sa dernière exposition semblent avoir été transplantés presque avec patience. Mais, quel que soit le mouvement du bras, le résultat pour ceux qui s’arrêtent devant une peinture qui diffère très peu de la nature elle-même. C’est là le miracle.

    Monet n’est pas ce qu’on appelle un coloriste. Il fait la nature grise quand elle est grise. Y a-t-il même de la couleur dans ses tableaux? Pas plus que dans les choses elles-mêmes. Il y a des nuances vives ou douces, de flamme ou de brouillard. [...]

    Le procédé de Monet est la division du ton. Les toiles, vues de près, ressemblent à un torchon où on aurait essuyé des pinceaux. La division du ton a servi son talent, cela est certain; mais elle ne l’a pas créé. Sans ce procédé, son génie eût-il été mal à l’aise? Peut-être. Mais alors Monet se serait imaginé un procédé personnel, assez voisin sans doute de celui-là même que sa main a illustré.

    À prendre le mot impressionnisme dans son sens le plus étroit, Monet aurait été le seul impressionniste, puisque seul il a été capable de mettre d’accord la théorie et la pratique dans l’art de rendre par la peinture, telles qu’il les reçoit, les impressions colorées qu’un œil peut recevoir. L’impressionnisme, c’est Monet lui-même, isolé dans son génie, glorieux et thaumaturge."

    REMY DE GOURMONT, Idées et paysages - XXII. L’œil de Claude Monet

    Biographie

    Quelques dates

  • 1840 Naissance d'Oscar-Claude Monet à Paris (FR)
  • 1857 Décès de sa mère. Monet sera accueilli chez sa tante Lecadre qui l'encourage à dessiner. Il vend des caricatures signées O. Monet. Rencontre avec Eugène Boudin.
  • 1861-62 Monet sert dans l'armée française en Algérie.
  • 1862 Le peintre se lie avec ses confrères Jongkind et Bazille. Il rencontre Pierre-Auguste Renoir et Alfred Sisley.
  • 1872 Monet peint Impression, soleil levant qui est présenté au public en 1874. Réactions hostiles et adoption du label, initialement péjoratif, d'impressionniste.
  • 1892-94 Monet s'installe à Giverny. Il peint la série des cathédrales de Rouen.
  • 1914 Il peint la série des nymphéas. Monet commence à souffrir de la cataracte.
  • 1926 Claude Monet décède à Giverny, le 5 décembre.
  • Octave Mirbeau, critique et ami de Monet, écrit :

    «Ce qui distingue ce talent de M. Claude Monet, c'est sa grandiose et savante simplicité; c'est son implacable harmonie. Il a tout exprimé, même les fugitifs effets de lumière; même l'insaisissable, même l'inexprimable, c'est-à-dire le mouvement des choses inertes ou invisibles, comme la vie des météores; et rien n'est livré au hasard de l'inspiration, même heureuse, à la fantaisie du coup de pinceau, même génial. Tout est combiné, tout s'accorde avec les lois atmosphériques, avec la marche régulière et précise des phénomènes terrestres ou célestes. C'est pourquoi il nous donne l'illusion complète de la vie. La vie chante dans la sonorité de ses lointains, elle fleurit, parfumée, avec ses gerbes de fleurs, elle éclate en nappes chaudes de soleil, se voile dans l'effacement mystérieux des brumes, s'attriste sur la nudité sauvage des rochers modelée ainsi que des visages de vieillards. Les grands drames de la nature, il les saisit, les rend, en leur expression la plus suggestive.

    Aussi nous respirons vraiment dans sa toile les senteurs de la terre; des souffles de brisés marines nous apportent aux oreilles ces orchestres hurlants du large ou la chanson apaisée des criques; nous voyons les terres se soulever sous l'amoureux travail des sèves bouillonnantes, le soleil décroître ou monter le long des troncs d'arbres, l'ombre envahir progressivement les verdures ou les nappes d'eau qui s'endorment dans la gloire pourprée des soirs ou se réveillent dans la fraîche virginité des matins. Tout s'anime, bruit, se colore ou se décolore, suivant l'heure qu'il nous représente et suivant la lente ascension et le lent décours des astres distributeurs de clartés. Et il nous arrive cette impression que bien des fois j'ai ressentie en regardant les tableaux de M. Claude Monet: c'est que l'art disparaît, s'efface, et que nous ne nous trouvons plus qu'en présence de la nature vivante complètement conquise et domptée par ce miraculeux peintre. Devant ses mers farouches de Belle-Isle ou ses mers souriantes d'Antibes et de Bordighera; souvent j'ai oublié qu'elles étaient faites sur un morceau de toile avec de la pâte, et il me semblait que j'étais couché sur les grèves et que je suivais d'un œil charmé le vivant rêve qui monté de l'eau brillante et se perd, à travers l'infini, par-delà la ligne d'horizon confondue avec le ciel.»

    OCTAVE MIRBEAU. Texte paru originalement dans Le Figaro, le 10 mars 1889 et repris dans Des artistes, Flammarion, 1922-1924, Paris, tome I, pages 89 et suiv. Texte intégral

    Documentation

    Jugements sur Monet et sur son oeuvre

    "Ce Monet, ce n'est qu'un oeil, mais quel oeil !"

    PAUL CÉZANNE (cité par Gustave Kahn, "Revue de la Quinzaine - Art", Mercure de France, 1er juillet 1927)


    Publications

    Marie-Annick Sékaly, Claude Monet: "Vous me bombardez d'un monstrueux caillou de lumière...", janvier 2001 (Clio)

    Émile Zola, critique de Monet (Les Cahiers naturalistes)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-02-28
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    14 / 11 / 1840, Paris (FR)
    Déces
    05 / 12 / 1926, Giverny (FR)
    Documents Associés
    Joris-Karl Huysmans
    Impressionnisme
    Albert Flament
    peinture française, impressionnisme, nénuphar, Giverny
    Octave Mirbeau
    Impressionnisme
    Théodore Duret
    Impressionnisme, sérialité dans l'oeuvre du peintre
    Théodore Duret
    Biographie de Monet, découverte de Manet, débuts, les séries, les Nymphéas, Giverny
    Gustave Kahn
    Impressionnisme, Camille Pissarro, Londres
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.