• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Bruyère André

    Biographie

    1975. Je cherchais, en vue d’un colloque sur la ville à Montréal, un architecte dont l’inspiration s’accorde avec celle de Lewis Mumford, cet historien urbaniste américain qui a si bien évoqué la vie des villes du passé. À la librairie la Hune, boulevard St-Germain, Paris, la page couverture d’un numéro de la revue Architecture mobilise toute mon attention. On avait confié à l’architecte André Bruyère la rédaction d’un numéro spécial sur son œuvre et sur sa conception de l’architecture. C’était la meilleure façon de rendre justice à l’originalité de cet artiste. Tout m’enchanta dans ce numéro à commencer par la signature de l’auteur, sa tête chauve et  cette pensée sur l’architecture : « une tendresse moulée sur une contrainte.»

    Il y était aussi beaucoup question d’un livre Pourquoi des architectes, où André Bruyère inscrivait parmi les causes de mai 1968 l’architecture des maisons d’étudiants de Nanterre.

    «On peut comprendre aussi son œuvre, dit l'un de ses amis, dans ce qu’il rejette violemment : la dictature moderniste rationaliste et fonctionnelle de l’après-guerre, ce damier urbain fait de lignes droites et d’angles orthogonaux dont l’inhumanité culmine aussi bien à Sarcelles que dans la tour Montparnasse, horreur quasi-stalinienne pourtant célébrée par Pompidou comme une «expression de l’architecture moderne ». André Bruyère est un contestataire, nul doute; il est d’ailleurs un des rares architectes que l’on a qualifié jusqu’à sa mort, mais avec beaucoup de respect, de « soixante-huitard ».

    C’est en relisant « Pourquoi des architectes » que l’on prend conscience de sa révolte contre une architecture qu’il juge aberrante. Le livre est d’une violence qu’on ne s’attend nullement à rencontrer dans un tel ouvrage, violence teintée de désespoir devant l’incompréhension de décideurs qui refusent certains de ses projets au profit de ce qu’il appelle «des casernes de gendarmes mobiles ». « Cependant, trop d’architectures ont ça pour visage, moitié frigidaire, moitié pensée de citerne. Comment supporter cet avoir dont les biens ne protègent pas de la mort mais l’infusent. Ils sont la masse morte et l’imbécilité pétrifiante. Pas gai ». Source: Blogue de Léon, André Bruyère, l'architecte attentif à l'humain.

    Le jour suivant, je rencontrais André Bruyère dans sa maison de Maussane-les-Alpilles, en Provence. J'avais retenu ses services avant de le rencontrer. Ce sens de la décision lui a plu. Nous sommes devenus amis. Quelques années plus tard, je l’ai accompagné dans sa visite d’une agence de la Banque commerciale de Grèce, place Vendôme à Paris. À peine avions-nous fermé la porte derrière nous que toutes les caissières quittaient leur poste de travail pour venir embrasser celui qui avait si bien conçu ce poste pour elles. Ces femmes se sentaient aimées de l’homme qui leur avait donné leur milieu de travail. Il avait prévu pour chacune d’elle une zone personnalisée, intime : une niche dans une courbe du comptoir, avec au-dessus, pour mieux délimiter leur territoire, une lampe ovale. André Bruyère avait même eu de la compassion pour leurs mains qu'elles allaient poser sur le comptoir pendant de longues années. Il a cherché pour ces mains, et il a trouvé, au cœur de la France, la plus belle et la plus douce des marquetteries. Tendresse! Contrainte aussi car il fallait loger une quinzaine de personnes dans un espace restreint : dans les bureaux, il n’y aurait de place que pour une porte et une chaise, mais une porte tout en verre les rendaient spacieux.

     

     

     

     

     

     

     

     

     À cet architecte qui faisait rimer béton avec compassion et floraison, on doit aussi l'Hôtel Caravelle de La Guadeloupe et  l’Orbe, une unité de soins gériatriques pour 90 personnes, rattachée à l’hôpital Charles-Foix d’Ivry. Avant de se lancer dans ce projet André Bruyère a tenu à partager pendant un jour et une nuit le sort de ces malheureux pour qui il éprouvait déjà de la tendresse. Mais pour savoir comment l’incarner cette tendresse, il devait se mettre à leur place. Voici un aperçu de ce qu'il a noté dans son carnet :

      

    A LA FENÊTRE

     

    Un visage collé. Quels yeux regardent quelle nuit?

     

    SOLITUDE

    Je passe, toujours cette nuit-là, dans le couloir haut et mal éclairé, devant les toilettes ouvertes d'où roulent des sanglots rythmés et inlassables qui déferlent leur malheur sur moi. Heureusement qu'il y a les chiottes pour fuir la promiscuité. C'est le seul lieu toléré de cette inconnue en danger, que je n'aurai pas secourue, aussi perdu qu'elle. Mais nos futures architectures le feront.

     

    DERNIERES FORCES

    Dans la chambrée une seule détestable lumière fluorescente collée au haut plafond. Pas d'éclairage de chevet et un vieux s'obstine à lire contre toute évidence. Il est vrai qu'auprès de lui meurt une respiration dont émerge seul un menton de noyé.

     

    ODEUR

    Le riz servi sent bon, mais l'odeur d'urine s'y mêle.

     

    SOURD

    Je suis interpellé par une dame au lit qui m'a repéré de loin. Elle m'intime de venir à son chevet d'une voix coupante et impérative qui insensibilise mon écoute. Elle cherche à se décharger de son mal sur n'importe quel passant. Comme devant une maîtresse en larmes, une seule solution: la fuite. Est-ce résoudre l'horreur?


    André Bruyère n’oublia pas le personnel. Il a d’abord calculé le nombre de kilomètres que les infirmières parcouraient chaque jour dans des corridors ressemblant à ceux des prisons. Il a réduit cette marche forcée considérablement. Comment? En remplaçant les corridors par des modules circulaires où l’on pouvait voir la porte de chaque chambre depuis le poste. Un tel milieu de travail pour le personnel ne pouvait que rendre plus amène le milieu de vie des malades. Plusieurs d’entre eux avaient encore assez de mobilité pour se rendre à la porte de leur chambre et regarder le poste où se concentrait la vie de cette maison. André Bruyère eut l’idée d’installer un banc pliable juste à côté de chaque porte à l’extérieur. La vie, il lui a fait place aussi dans les parcs installés entre chaque module. Des lapins y broutent. Encore fallait-il, pour que les patients puissent jouir de ce spectacle, qu'on place les fenêtres assez bas pour qu'’il soit possible de regarder à l’extérieur depuis un fauteuil roulant.

     

    LA MAISON DU GRAND AGE

     

     Au lieu d'aller droit à la mort par inanition sensorielle, l'architecture du lieu stimulera par sa diversité la vie du vieillard au point de pouvoir parfois lui permettre le retour à la vie domestique, en tout cas d'être sollicité par la vie, d'avoir une vraie vie privée en cette collectivité.

     

    Je veux marquer l'architecture de cette autre rationalité que nous cherchons tant et dont seul un univers poétique est la voie.

     

    Chaque lit sera auprès de sa propre fenêtre.Dans les chambres collectives, chacun aura son espace privé sans empiétement territorial de l'autre.

     

    Là comme ailleurs j'aurai aboli le couloir, cette bêtise comptable que des placettes successives permettent d'oublier. Là on vit, puisque selon ses moyens quelque chose est donné à voir, entendre, toucher, sentir ou goûter qui vaille la peine.

     

    - Privés de tout, ils ne manqueraient de rien?


    Vers quoi une personne grabataire a-t-elle les yeux constamment tournés : le plafond. Autant le faire beau. Dans ce cas les contraintes financières brisèrent une partie du rêve de notre médecin des regards. Consolation : «le toucher est le regard de l’aveugle…»Or on voit de moins en moins bien à mesure que l’on vieillit.

    J’ai aussi visité cet hôpital en compagnie d’André Bruyère pour constater qu'il était, comme dans la Banque de Grèce, aimé de ceux et celles qui y vivaient et travaillaient. Mais c’est rue de Rennes à Paris que je me suis vraiment rapproché du mystère de son art. Nous y marchions côte à côte quand, à quelques mètres devant nous, un motocycliste est renversé par une voiture. L’homme est par terre, immobile. Un cercle se forme autour de lui. C’est le plus âgé de cette troupe qui se précipite vers le blessé, s’agenouille près de lui, prend sa main, soutient sa tête jusqu’à l’arrivée de l’ambulance. Cet homme était un samaritain de la rue comme de l’architecture. Un samaritain athée.

    Au moment de notre visite de l’Orbe, ce devait être en 1990, André Bruyère m’a remis un lourd cahier intitulé L’Orbe, mieux vivre hospitalier, essai de connaissance de la vieillesse. C’est maintenant seulement que je vois tout l’intérêt de cet ouvrage. Un simple collage à première vue, il est en réalité une admirable synthèse des connaissances, des expériences, des pensées appelées à s’intégrer à l'Imaginaire d’où sortira le chef d’œuvre vivant.


    Car c’est la vie qui est la passion d’André Bruyère. Il a retenu le message de Diderot : «’’Rien de plus commun qu'un vieillard qui commence à vivre;’’ rien de plus commun qu'un vieillard qui meurt avant que d'avoir vécu.» Qu'il commence à vivre ou qu'’il meure avant de l’avoir fait, André Bruyère veut que le vieillard  s’expose à la vie dans toutes ses manifestations, il a compris que la vie naît de la vie. Son premier souci est d’éloigner l’homme de cette machine à quoi tout le réduit, surtout lorsqu’il vieillit.

    Mon but était de vous présenter André Bruyère. Je vous laisse poursuivre l’exploration de son œuvre en sa compagnie.

     

    Jacques Dufresne

     

    VIVRE

    «Les habitudes langagièrescomparent toujours l'homme à une machine. Son cœur est une pompe, ses nerfs des circuits électriques, ses canalisations une plomberie, et son cerveau un ordinateur. Son temps actif est normalisé comme celui des ampoules électriques qu'on change systématiquement dans les installations importantes. C'est la mise à la retraite qui remplace automatiquement l'outillage usagé par un neuf.
    Or il me semble que l'homme est tout le contraire d'une machine ou d'une pile électrique, en cela que ses organes ne s'atrophient que s'ils sont inemployés. "Ne s'use que si on ne s'en sert pas."»

    POURQUOI L'ORBE?


    Selon l'usage, les hôpitaux sont bourrés de couloirs et portent le nom d'un médecin. Tout est alors ouvert à l'angoisse.
    Même inconnu des vieux hôtes, un nom médical de l'établissement a une inquiétante odeur de formol et d'éther, en tout cas de lieu étranger.
    Or tout notre effort est d'écarter les allégories hospitalières inutiles pour susciter tout ce qui peut devenir familier.
    Ici, pas de couloirs mais des placettes et des sièges auprès de ce lieu merveilleux qu'est le pas de porte, le "chez soi".
    Chacun a sa propre fenêtre. Les lieux jamais alignés ont tous leur singularité pour honorer la différence de chaque individidu qui est sa dignité.
    Le nom "ORBE" a été choisi pour sa musicalité et pour fêter les retrouvailles de notre hôte et de son long parcours.
    "L'ORBE": se dit de l'espace que parcourt une planète dans l'étendue de son cours: "l'orbe de Vénus". Le grand orbe de la Terre est le chemin qu'elle fait tous les ans autour du Soleil.
    Un long parcours vital est un orbe. La vie roumaine est un orbe.

     

    LES CINQ SENS

    des patients devront être stimulés par les lieux familiers dont certains rappelleront ceux de l'ancien foyer.

    L'OUIE

    compense souvent les déficiences de la vue. Chaque lieu aura sa propriété acoustique, sa réverbération, sa propre musicalité ou ses silences.

    Trop de silence angoisse plus que trop de bruit ne gêne. Cette généralisation étant bien entendu excessive, sans être tout à fait fausse en ce cas.

    LE TOUCHER

    Plus l'exploitation des autres sens s'affaiblit, plus compense le toucher de la main, le contact de l'épaule et la palpitation du pied.Les matières de l'architecture en tiendront le plus grand compte pour rassurer et guider l'ancien par des renseigements et des stimulations sensorielles.
    Le toucher est le regard de l'aveugle.

    L'ODORAT

    Tant d'échantillons de parfums sont distribués en ville. En diriger sur nos centres pour le réveil de sensations. Dans les jardins choisir des plantes odorantes en diverses saisons, et il est fait mention au paragraphe "jardin" des plantes aromatiques. Demander aux visiteuses de sentir bon.

    LA VUE

    Tout sera fait dans la composition générale pour en exciter les plaisirs, que chaque pas avance une découverte.

    LE GOÛT

    Les petites cuisines des petites salles à manger permettront l'entretien des désirs, des curiosités, des souvenirs. A quatre heures on pourra faire ses goûters particuliers, ou occasionnellement un repas. L'acte de cuisiner est un des plus beaux arts à encourager, il provoque la sociabilité. Une invite à partager.

    LA DEMEURE MELE LES SENS

    Sols, plafonds, murs, mobilier et agencements, acoustique des lieux, sensations du chaud et du froid, du sec et de l'humide, convection et ventilation, odeur des matériaux, leur nature lisse ou rugueuse, chimique ou naturelle, "hygiéniste selon les fatalités hospitalières" ou plus courtoises, vastes ou intimes, courbes ou rectilignes... bonne ou mauvaise, c'est l'architecture.

    CUISINE

    Qu'après avoir passé une lourde part de sa vie à faire mijoter le déjeuner, il ne lui soit plus possible de le faire? Dimanche, elle reçoit ses enfants et sur la cuisinette des petites salles à manger elle fera le repas de son invitation, comme par le passé. Il faut aussi que ce soit possible auprès des unités d'habitation.

    LUMIÈRE

    Dans tous les vastes établissements, la lumière égale et fluorescente des plafonds est une des grandes contributions au désespoir.
    Il doit y avoir des inventions lumineuses, des diversités, des surprises, des
    oppositions.

    JARDIN

    Evidemment un jardin se regarde, mais c'est un plaisir parfois distant. Par contre participer à la culture, à l'entretien, peut-être une action fervente. Il est possible en milieu urbain de proposer à jardiner de petits espaces. Dans les hôpitaux, au lieu des sinistres pelouses, le patch-work de petits jardins singuliers entretenus par nos vieux, serait un bonheur. Au pied des HLM aussi.

    Une serre où plantes aromatiques, condiments et épices seraient cultivés, basilic, cerfeuil, ciboule et ciboulette, estragon, laurier, origan, romarin, sariette, thym, menthe, persil, sans parler de toutes les boutures ou semis de plantes d'agrément.Des allées recevront les lits des grabataires. Comme les patios sont au centre des unités, le chemin est court depuis la chambre.

    LE TEMPS

    doit être rythmé, les heures sonnées, comme les quarts et la demie. Elles rassurent.
    La durée du temps change suivant les états de santé et les âges et les occupations, les rapports sociaux, les joies et soucis, les espoirs. L'emploi du temps, les programmes d'activité échelonnés sur la journée, la semaine, le mois, les saisons donneront au temps un support inscrit dans le futur. Un projet, un avenir.

    NOTION DU TEMPS

    Vivant en collectivité II importe de ponctuer le temps par des événements affichés par un programme à long et à court terme qui ajoute une dimension au temps du rythme quotidien, surtout à l'usage de ceux dont le temps est immédiat.

    LE SOMMEIL

    L'horreur est la somnolence et le bonheur est le sommeil. N'y accède que celui dont la veille aura été active et dépensière d'énergie. Tout dans l'architecture incitera à l'action, ce que peut être par exemple le plaisir et ce par quoi elle commence.

    AIMER

    Il est curieux de voir que les façons de manifester la tendresse n'ont pas varié depuis qu'on en a recueilli les premiers tessons paléolithiques. L'architecture a certes évolué de Lascaux à Athènes et au Kremlin-Bicêtre, mas les plaisirs et les craintes qu'elle suscite sont toujours de même nature, et s'expriment par des portes, des fenêtres, des murs, des circulations, des températures, des réglages de lumière.

    TOILETTE

    Au lieu de donner sur le dégagement de l'entrée, la toilette ouvrira près du lit, face à la chambre-Deux avantages: accès plus court, et vue éventuelle des toilettes sur l'extérieur avec la lumière du jour.
    Pour que la chambre soit aussi personnelle que possible, on pourra continuer de vivre avec quelques objets familiers. Une niche peut les recevoir avec honneurs.
    J'ai pu voir sur un tout petit balcon quelques fleurs composant un infime jardinet qui est la préoccupation charmante de l'hôte. Elles accompagnent
    les saisons.
    Le plafond qui est ce désert sur les yeux levés de la personne couché, sera pensé très particulièrement, et son seul événement ne sera plus un lustre grossier.

    REPAS


    Des salles à manger nombreuses, vastes et variées seront nécessaires pour éviter le trop grand nombre de convives. Naturellement, possibilité d'utiliser le fauteuil roulant.

    PORTE DE LA CHAMBRE

    / Je suis dans mon fauteuil roulant et dois ouvrir la porte fermée du côté où
    ' elle s'ouvre en tirant. Vous imaginez.
    Je ne suis pas en fauteuil roulant, je suis debout, ingambe, et dois ouvrir ma porte de 1m10 de large, alors que toute ma civilisation implique des portes d'environ 0m75 de large depuis les Grecs.
    Entrer sans frapper peut éventuellement inquiéter la fierté. Une petite sonnerie, un petit signal lumineux ou toute autre incitation à frapper avant d'entrer sera une courtoisie et un retour à la normalité.

    CHAUFFAGE

    Le chauffage électrique par plafond rayonnant à basse température (- de 30°) m'a semblé une solution excellente. Tous les objets, le sol et les murs sont à environ 20°, aucun n'est froid, ce qui pour le prix du confort est la meilleure solution, et les prix sont comparables (l'établissement et l'exploitation) - système Scandinave ESWA.
    Chauffage à eau chaude: malgré tous les défauts, salissures, convection, irrégularité des températures, il faut peut-être s'y rallier pour la raison que poser une main froide sur un radiateur chaud est un réconfort immense, comme d'avoir une action immédiate sur la vanne du radiateur selon son humeur.
    Donc j'emploierai encore pour cette seule raison ce vieux système compliqué qui a toujours accompagné la vie.

    SIEGES DES SALLES DE SPECTACLE

    Même s'ils sont en brochettes droites, que les sièges des travées opposées forment un angle de convivialité. On s'approchera du théâtre à l'italienne, et on s'éloignera du silo qu'est le cinéma.

    BANCS PUBLICS

    Ils sont solitaires ou alignés en prolongement les uns des autres. Dans les deux cas c'est lamentable.
    Premier cas: un banc droit solitaire provoque la difficulté du contact entre les personnes assises, qui se voient mal. v Deuxième cas: aligner plusieurs bancs en ligne droite c'est les priver de leur spectacle réciproque sans inventer pour autant leur intimité. Solutions, que chaque banc soit courbe et que, si on les met en prolongement les uns des autres, ce soit en courbe.

    PLAFONDS

    Quadriller l'existence de façades et de plafonds ôte l'espoir.

    J'ai vécu à l'hôpital sous un de ces faux-plafonds inutilements dits "acoustiques" (pour qu'ils le soient il faut par-dessus un matelas de 7cm de laine minérale). Même dans des immeubles de bureaux, je me refuse à ces simplicismes paresseux.
    Solution: il faut dans les chambres se refuser à un rythme apparent des divisions, qui deviennent des obsessions comptables stupides. Elles entrebâillent la porte de la folie et dessinent l'organigramme du vide. Différentes 'dualités de faux-plafonds seront utilisées dans les différents locaux. Voilà une chose nouvelle!
    Le plafond des chambres est l'objet le plus vu de tous, le plus important. CHAMBRES
    Vivre la mort de son voisin est parfois une peine si lourde qu'il faut tenter d'en préserver nos hôtes.

    METAMORPHOSER LE MALHEUR EN FECONDITE


    Au travers de la responsabilité exacte des seules contraintes authentiques.

    Au travers du recensement de la douleur que prélève la vieillesse sur les corps et les esprits.
    Au travers de l'offrande du réel et du miroir des songes.
    Par la création de son "moi", créer une santé.
    Faire la sagesse véhémente pour frapper les ténèbres.
    Fuir les estaminets des pisse-lyres.
    Ne pas s'attarder à l'ornière des résultats, des succès. (Le fruit est aveugle, c'est l'arbre qui voit)

    Surtout éviter d'errer auprès des margelles dont on a
    soustrait les puits.



    VILLAGE POLYCHROME- PROJET AVEC LE PEINTRE FERNAND LÉGER, DÉCENNIE 1950.

     

     

     

     

     

    Oeuvres

    Principaux projets et réalisations:

     

    - Cérémonie à la mémoire des victimes du nazisme, Royallieu, Compiège : éléments de scénographie (1946);
    - Monument national aux victimes des guerres 1939-1945 (projet, 1946);
    - Centre de postcure et théâtre du club Jean Moulin pour la Fédération nationale des déportés et internés résistants patriotes, Fleury-Mérogis (1948);
    - Monument français du camp de Mauthausen (1949);
    - Chaufferie centrale des parfumeurs, Grasse (avec Jean Prouvé, 1960);
    - nombreuses agences bancaires pour la BNCI (après BNP) à partir des années 1960.
    - Hôtel La Caravelle, La Guadeloupe (1961);
    - Laboratoire de mécanique physique électronique, faculté des Sciences de Paris, Université de Paris VI, Saint-Cyr-l'Ecole (1966);
    - Centre de thalassothérapie, Quiberon : extension (1967),
    - Ensemble de logements Les Astragales, Sausset-les-Pins (1966-1969);
    - L’Œuf (concours Plateau Beaubourg, projet 1971, puis New York (projet 1978), Beausoleil (projet 1995) et Marseille(projet 1996);
    - Immeuble rue de Bagnolet, Paris 20e (1989),
    - Pavillons L'Orbe, hôpital Charles-Foix, Ivry-sur-Seine (1987-1991);
    - Pavillons L'Orée, hôpital Charles-Foix, Ivry-sur-Seine (projet 1991).

     

    L'Oeuf

     

    «Ce bâtiment en forme d’oeuf de cent mètres de haut avait été proposé au concours ouvert pour le centre Pompidou et n’a pas été accepté au profit de celui de Renzo Piano, Richard Rogers et Gianfranco Franchini et ses tuyauteries apparentes.
    A. Bruyère a tenté de proposer ailleurs et en vain son projet refusé, notamment à New-York et à Marseille…. Cet oeuf, était devenu une sorte d’obsession chez lui.
    Après son échec pour le centre Pompidou, André Bruyère l’a retravaillé et proposé pour New York. Il aurait eu 125,50 m de haut très exactement, comporté 37 étages, aurait été construit dans la continuation d’une de ses habituelles voiles de béton qui aurait abrité des commerces et aurait comporté trois étages de parking souterrains.

     

    Il y tenait beaucoup en raison de son côté poétique, de la rupture émotionnelle et sensuelle qu’il aurait présenté avec l’architecture haussmanienne dans Paris ou celle des gratte-ciels de New York.

    Il y tenait aussi en raison de la prouesse technique qu’un tel bâtiment aurait représenté: depuis la conception des joints de dilatation pour cette façade composée de plusieurs milliers de vitres, autant de facettes disposant de possibilités de laisser passer une circulation d’air par le haut comme par le bas, jusqu’au matériel spécial nécessaire pour les nettoyer de l’extérieur. Il avait pour cela envisagé des nacelles fixées au sommet de l’immeuble équipées de larges roues et pouvant descendre verticalement par des treuils le long des parois (Mais cela ne marche que pour la partie qui est en surplomb. Pour la partie inférieure il ne donne pas la solution). Pour résoudre la monotonie des étages tous cylindriques, il a imaginé des plans différents d’aménagements par des cloisons disposées irrégulièrement. Ce projet était très abouti, tout à fait bouclé du point de vue technique et financier. C’est probablement ce qui l’a incité à en faire un livre dans la mesure où il n’a été accepté nulle part.( L’oeuf/the egg, Albin Michel, 1978). Source: André Bruyère, l'architecte attentif à l'humain.

    Documentation

    http://www.cca.qc.ca/fr/collection/409-andre-bruyere-fernand-leger-village-polychrome

    Date de création : 2013-12-16 | Date de modification : 2013-12-28
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Français
    Naissance
    17 avril 1912, Paris
    Déces
    12 avril 1998
    Raccourcis

     

     

    http://archiwebture.citechaillot.fr/fonds/FRAPN02_BRUAN


    2%
    Dons reçus (2017-2018): 509$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.