• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Girard René

    René Girard expose sa théorie du désir mimétique

    Philosophe français, spécialiste de la littérature. Jean-Marie Domenach a dit de lui qu'il était « le Hegel du christianisme ».

    Biographie

    René Girard et la modernité, par Paul-Émile Roy

    René Girard est un auteur difficile. On n’adopte pas spontanément la démarche de sa pensée. Mais à mesure qu’on le fréquente, on s’aperçoit qu’il nous conduit au coeur même des problèmes de notre époque, et qu’il projette sur eux une lumière à la fois ancienne et nouvelle.

    Girard n’est ni un critique littéraire, ni un ethnologue, ni un exégète, et il est tout cela en même temps. Il se dit un amateur. Si vous lisez Mensonge romantique et vérité romanesque, vous imaginez qu’il est un littéraire. Pour lui, Shakespeare va plus loin que Platon. L’art voit des choses que la science ne voit pas. Si vous lisez La Violence et le sacré, vous avez affaire à un ethnologue, à quelqu’un qui étudie l’homme primitif, les sociétés primitives. Si vous lisez Quand ces choses commenceront, La Route antique des hommes pervers, cette fois c’est un exégète qui parle, quelqu’un qui lit la Bible, qui l’analyse, avec une profondeur exceptionnelle, une originalité inédite.

    Girard prétend qu’il n’invente rien. Que tout ce qu’il avance était déjà presque au complet dans saint Augustin. Il prétend être fidèle à la tradition occidentale la plus fondamentale, et fort des ressources de son immense culture, il sème la pagaille dans le domaine bien rangé des sciences humaines modernes. Son oeuvre constitue probablement le coup de sonde le plus percutant qui soit dans la modernité.

    La notion centrale, ou la réalité centrale de la pensée de Girard, est la violence, et spécialement la gestion de la violence par les hommes. Dans une société primitive, des conflits éclatent, des tensions montent, on canalise toute l’agressivité sur une personne (ce peut être un animal), on la sacrifie, la communauté est réconciliée et une vie nouvelle apparaît. Par après, il arrive que la personne soit considérée comme un héros, un saint, un roi ou un dieu.

    La violence est contagieuse. Pour éviter qu’elle ne se généralise, on la canalise sur des victimes émissaires qui réunissent toute la communauté. De là le sacrifice, le bouc émissaire, le meurtre rituel.

    Dans cette violence qui éclate, le sacré se manifeste. Comme s’il y avait une intervention surnaturelle. « La violence unanime du groupe se transfigure en épiphanie de la divinité » (1). C’est le coeur du religieux, la raison du religieux. Et ce mécanisme influence toute la culture, toute la civilisation.

    Girard n’explique pas les causes premières de la violence. Il constate qu’elle existe, qu’elle est une puissance qui peut tout briser, mais que les hommes ont appris à la circonscrire et à limiter son énorme énergie dévastatrice. Dans une société primitive, par exemple, naît un conflit qui dresse les individus les uns contre les autres. Si cette violence dévastatrice n’était pas d’une manière ou de l’autre dirigée, canalisée, elle pourrait entraîner la mort de tous ceux qui sont affectés par elle. C’est le sens de l'instauration du rite du bouc émissaire sur qui se concentre toute l’agressivité des membres d’une collectivité, et qui est sacrifié, opérant ainsi le salut de cette collectivité. Les rites religieux réussissaient de cette manière à limiter la violence, à la circonscrire. Dans une société qui ne recourt plus aux rites religieux, il y a risque que la violence déflagre et brise tout sur son passage. Le déferlement de la violence dans notre société n’est pas étranger au traitement que nous réservons au religieux. Non seulement, dans la modernité, les rites religieux comme tels sont plus ou moins inopérants, mais dans l’engouement avec lequel nous avons réalisé nos différentes formes de libérations, nous avons pensé nous libérer de tous les tabous, de tous les interdits. Or, écrit René Girard, « les interdits ont une fonction primordiale; ils réservent au coeur des communautés humaines une zone protégée, un minimum de non-violence absolument indispensable aux fonctions essentielles, à la survie des enfants, à leur éducation culturelle, à tout ce qui fait l’humanité de l’humain » (2).

    Les sociétés primitives avaient réussi à limiter, par les rites sacrificiels, les effets de la violence. On peut donc soutenir que l’instauration de ces rites était un progrès pour l'humanité et qu’ils constituaient le fondement même de la culture et des civilisations. Mais il reste que cette religion sacrificielle n’arrivait à limiter la violence qu’en sacrifiant des innocents. Le christianisme opérera une véritable révolution, ou posera au moins les principes d’une véritable révolution, quand il dénoncera le caractère inacceptable du sacrifice, et proposera aux hommes une nouvelle solution au déferlement de la violence. Déjà, dans l’Ancien Testament, se développe une mise en question du mécanisme sacrificiel. Job, par exemple, n’accepte pas d’être la victime rituelle des membres de sa communauté et proclame son innocence. Mais avec le Christ, c’est le système du sacrifice de la victime pour apaiser la violence de la foule qui est explicitement condamné. Girard tient pour une des paroles capitales du Christ qui annonce un ordre nouveau cette formulation apparemment innocente : « Je veux la miséricorde et non le sacrifice ». Le Royaume de Dieu, annoncé par Jésus, met fin au sacrifice et inaugure le règne du pardon et de la réconciliation. « Le Royaume de Dieu, écrit Girard, c’est l’élimination complète et définitive de toute vengeance et de toutes représailles dans les rapports entre les hommes » (3). Jésus est tué par les hommes, mais lui il ne doit rien à la violence. « L’appellation Fils de l’Homme correspond aussi, de toute évidence, à cet accomplissement par le seul Jésus d’une vocation qui est celle de tous les hommes ». Les hommes ont tué Jésus « parce qu’ils sont incapables de se réconcilier sans tuer » (4). Mais tous savent que Jésus est innocent, que la collectivité est coupable, et la Passion inaugure un ordre tout à fait nouveau, inédit. Cet ordre nouveau rend caduc le mécanisme sacrificiel et fonde les droits de l’homme qui sont absolument inaliénables.

    L’ordre nouveau fondé par le Christ est absolument révolutionnaire. Il inaugure une nouvelle manière de gérer la condition humaine et spécialement la violence. Les chrétiens sont ceux qui accueillent ce message, et qui ont mission de le transmettre à l’humanité, sans être toujours à la hauteur de ce qu’ils croient. C’est ainsi que ce message est transmis d’une génération à l’autre, c’est ce que l’on appelle la tradition, et qu’il arrive jusqu’à nous.

    Évidemment, l’humanité n’a pas du jour au lendemain adopté le message du Christ. Elle n’en a pas saisi spontanément la souveraine originalité. Les mécanismes sacrificiels ont survécu sous différentes formes dans les persécutions, par exemple, les guerres, les conflits de toutes sortes, les totalitarismes qui ne reculent devant aucun « sacrifice ». La mentalité sacrificielle est loin d’avoir été évacuée. La pensée elle-même n’a pas réussi à se libérer des schèmes archaïques. Girard écrit, par exemple : « La thèse de la victime fondatrice constitue l’aboutissement logique des grandes pensées athées du XIXe siècle » (5). Autrement dit, il faut tuer pour fonder quelque chose, il faut détruire pour instaurer une société nouvelle, ce qui explique pour une part les génocides, les goulags et les holocaustes, le recours à l’arme nucléaire, le terrorisme. L’humanité en est encore à la gestion de la violence par le sacrifice. Elle n'a pas assimilé ni même vraiment accueilli le message évangélique. Girard dénonce l'hypocrisie des sciences humaines modernes qui ont toujours regardé avec hauteur ou indifférence les récits évangéliques et qui en sont restées aux mythes pour tenter d’expliquer la conduite des hommes. La portée anthropologique du message du Christ n’a pas été suffisamment assimilée, pas suffisamment dégagée.

    Le christianisme, l’Église, est pour l’essentiel resté fidèle, en principe, ou doctrinalement, à l’enseignement du Christ et spécialement au message qu’il nous a laissé dans sa passion, dans sa mort et sa résurrection, sans être toujours, dans l'expérience historique, à la hauteur de la révélation qu’il accueille. Les chrétiens adoptent parfois la mentalité sacrificielle, sans en être conscients, ou sans s'apercevoir qu’ils ne sont pas fidèles à la foi qu’ils professent. Mais ils sont aussi bien souvent victimes de la mentalité sacrificielle du monde qui les entoure. Ils développent un complexe de culpabilité qui est l’effet d’une lecture de l’histoire biaisée et scrupuleuse. Il me semble que l’oeuvre de Girard contribuera à dissiper des préjugés, à redécouvrir et identifier les forces spirituelles qui ont fait l’Occident.

     

    **


    La réflexion de René Girard me semble donc présenter des aperçus très éclairants, et sur la religion, et sur certains aspects de la modernité. [...]

    Le débat que suscite Girard au sujet de l’originalité du christianisme et de son dépassement des rites sacrificiels antiques me semble tout à fait fondé, et permet de mieux comprendre les mécanismes sacrificiels qui perdurent dans le monde moderne et aussi de remettre en question certaines interprétations des sciences humaines. Son oeuvre foisonnante, difficile, courageuse, anticonformiste, provocatrice même, me semble d’une pertinence exemplaire.

    La pensée de Girard devrait aussi permettre de mieux saisir les conséquences de la tendance à l’uniformisation qu’entraîne la mondialisation. Cette tendance à l'uniformisation prend plusieurs formes. Les totalitarismes du vingtième siècle détruisaient l’individu. « Le sacrifice de l’existence individuelle est nécessaire pour assurer la conservation de la race » (6), disait Hitler. Le collectivisme bolchévique n'était pas plus respectueux de la personne, et la société de marché ne voit plus les êtres humains comme des personnes, mais comme des clients interchangeables. Le monde actuel tend à effacer les différences, à ramener tous les hommes à quelques modèles. René Girard insiste beaucoup sur l’idée que la paix n’est pas fondée sur la négation et la destruction des différences, mais sur le respect de ces différences. Le refus des différences et des disparités entraîne la violence. La tendance à l'uniformisation est probablement la principale cause de la violence qui éclate actuellement dans le monde. La puissance américaine, par exemple, est vue par ceux qui ne lui appartiennent pas, non seulement comme un impérialisme économique ou politique, mais comme une négation de leur identité. Le modèle américain tend à s'imposer à tout le monde, donc tend à nier les différences, ce qui provoque la protestation violente.

    Il faudrait examiner le relativisme moderne dans cette perspective. Girard affirme que lorsque les peuples primitifs ne reconnaissent plus la distinction du pur et de l’impur, la culture décline, la société se détraque. Dans nos sociétés modernes, ce qui correspond au pur et à l’impur des sociétés primitives, c’est le bien et le mal. Si la notion du bien et du mal disparaît, on tombe dans un relativisme généralisé, tout se vaut, tout est égal, c’est-à-dire que rien ne vaut quoi que ce soit. La vie elle-même ne mérite plus le respect, la culture est mise sur le même pied que la pacotille, l’éducation tourne en amusement.

    Une autre notion de Girard à laquelle la réflexion sur le monde actuel devrait recourir avec insistance est le mimétisme. Le mimétisme est une donnée fondamentale de la conduite humaine. Il est en lui-même intrinsèquement bon mais il peut aussi produire des effets désastreux. C’est pourquoi une civilisation qui se respecte doit en user intelligemment.

    Le beau livre de Girard sur Shakespeare montre bien le rôle du mimétisme dans l'amour au théâtre et dans la culture. Il ouvre des aperçus lumineux sur les secousses qui ébranlent la culture moderne. Le mimétisme est une force puissante qui doit être gérée intelligemment, sans quoi elle risque de faire s’effondrer la société. Il est intimement lié à la violence et peut produire des effets désastreux. S’il n’y a pas de « degré », de hiérarchie, d’ordre, la rivalité mimétique peut devenir catastrophique. Avec le développement des médias, « la technologie moderne accélère les effets mimétiques; elle les répète à satiété et étend leur rayon d’action à toute la planète » (7). Girard parle de « l’industrialisation du désir » (8) qui déclenche un processus dont les effets sont irrépressibles. Il dénonce le conformisme intellectuel et soutient que la tyrannie de la mode n’a jamais été aussi totale dans une autre époque que dans la nôtre. C’est le mimétisme qui explique les comportements grégaires. Le refus des interdits, qui sont par nature antimimétiques, ouvre la porte à tous les emballements.

    La pensée de Girard, qui s’alimente à l’ethnologie et à la littérature, est avant tout curieuse et inquiète de la modernité. La modernité est pour lui synonyme de crise culturelle. Il parle de « l’énigme d’une situation historique sans précédent, la mort de toutes les cultures » (9). Son regard pourtant n’est pas désespéré. « Une humanité nouvelle est en gestation, à la fois très semblable et très différente de celle dont nos utopies agonisantes ont rêvé » (10).

    PAUL-ÉMILE ROY, L'indéfectible espérance, Brossard, Humanitas, pp. 97-105.


    Notes

    1. La Route antique des hommes pervers, Grasset, Le Livre de poche, 1985, p. 38.

    2. La Violence et le sacré, Paris, Ed. Bernard Grasset, Coll. Pluriel, 1972, p. 323.

    3. Des choses cachées depuis la fondation du monde, Grasset, Biblio essais, 1978, p. 289.

    4. Ibid., p. 310, 311.

    5. Ibid., p. 606.

    6. Cité dans Jean-Claude Guillebaud, Le Principe d’humanité, Éd. du Seuil, 2001, p. 261.

    7. Shakespeare, Grasset, Biblio essais, 1990, p. 199.

    8. Ibid., p. 247.

    9. Des choses cachées depuis la fondation du monde, p. 603.

    10. Ibid., p. 609.

    Oeuvres

    Livres

    Mensonge romantique et vérité romanesque. Paris, Grasset, 1961.

    Dostoïevski: du double à l'unité. Paris, Plon, 1963.

    La violence et le sacré. Paris, Grasset, 1972.

    Critique dans un souterrain. Lausanne, L'Âge d'Homme, 1976.

    Des choses cachées depuis la fondation du monde. Paris, Grasset, 1978.

    Le bouc émissaire. Paris, Grasset, 1982.

    La route antique des hommes pervers. Paris, Grasset, 1985.

    Shakespeare: les feux de l'envie. Paris, Grasset, 1990.

    Quand ces choses commenceront. Arléa, 1996. Compte rendu de Marie-Louise Martinez

    Je vois Satan tomber comme l'éclair. Paris, Grasset, 2000.

    Celui par qui le scandale arrive. Paris, Desclée de Brouwer, 2001. En coll. avec Maria Stella Barberi. Réunit trois essais de l'auteur, suivis d'un entretien avec M. S. Barberi.

    La voix méconnue du réel. Une théorie des mythes archaïques et modernes. Paris, Grasset, 2002.

    Le sacrifice. Paris, Bibliothèque nationale de France, 2003. Recueil de conférences prononcées en octobre 2002 à la Bibliothèque nationale de France.

    Les origines de la culture. Paris, Desclée de Brouwer, 2004.


    Textes en ligne

    Are the Gospels Mythical?, First Things, no 62, avril 1996, p. 27-31

    Vers une anthropologie de la frontière. Entretien avec René Girard. Propos recueillis par Marie-Louise Martinez (31 mai 1994 au CIEP à Sèvres)

    Interview with René Girard, par Markus Müller, Department of French, UCLA (Anthropoetics II, no 1, juin 1996)

    Commentaires

    Peter Thiel, milliardaire californien bien connu, est aussi un disciple de René Girard. En plus de lancer le système Pay Pal, Thiel a fourni le capital initial de Facebook. Nous avons demandé à Dominic Doucet de répondre à quelques-une des nos questions sur les rapports entre Thiel et Girard.

    «Concernant l’influence de René Girard sur Peter Thiel : Je ne crois pas qu’il y a un lien entre le transhumanisme de Thiel et la foi de Girard. Là, où il y a un lien assez prononcé c’est entre la théorie mimétique du désir de Girard et la vision libertarienne de P. Thiel.

    1) En premier lieu, je crois que la théorie mimétique du désir de Girard possède une utilité certaine pour un investisseur et un entrepreneur comme Thiel. Les bulles financières et les krachs boursiers reposent en grande partie sur des mouvements de meutes des investisseurs. Un jour, l’enthousiasme excessif des investisseurs fait monter la valeur des titres technologiques et le jour suivant le désenchantement les fait descendre. Bref, la théorie mimétique du désir semble être un outil intéressant afin d’être un bon investisseur.

    J’ajouterais que le succès de facebook, dont Thiel est un des investisseurs initiaux, repose en grande partie sur la volonté de reconnaissance des humains et le mimétisme. On ne dialogue pas sur facebook, on s’y exprime en copiant des liens, des vidéos. On approuve aussi les liens des autres en cliquant sur « J’aime », etc. Facebook c’est notre salon des vanités. Peut-être que le succès fulgurant de facebook a pu lui prouver l’importance de la théorie mimétique du désir de Girard.



    2) Deuxièmement, la vision du monde libertarienne de Thiel se retrouve renforcée par le pessimisme de Girard face aux peuples et à la société en général. Pour Girard, les conflits mimétiques se transforment presque toujours avec le temps en chasse aux sorcières. Si j’interprète Thiel, je crois qu’un État fort et puissant accroît le risque qu’il soit constamment à l’écoute des grands mouvements d’opinion citoyens, et par nature, les mouvements d’opinions sont toujours hystériques et cherchent des coupables innocents. Il ne me serait pas étonnant que les appels à pénaliser les banquiers et les riches lors de la dernière grande crise économique soient perçus par Thiel comme un phénomène de bouc-émissaire.

    3) Dernièrement, concernant le transhumanisme de Thie, je vois peut-être un lien. Dans une lettre, Thiel fait référence aux inventeurs et les explorateurs qui sont semblables à des héros, car ils sont les premiers à se lever afin de proclamer une nouvelle réalité (ou vérité). Ils deviennent ensuite des modèles ouvrant la voie à d’autres. Peut-être que pour Thiel les entrepreneurs et les inventeurs sont ces héros constamment entravés par les impôts et les règlements du gouvernement et par les opinions irrationnelles du peuple. Il faut souligner que pour Girard, la première action est toujours la plus difficile à faire. Ensuite, l’imitation en devient très facile.



    À ce sujet, Girard consacre plusieurs pages afin de montrer que dans l’épisode de la lapidation de Marie-Madeleine, Jésus cherche à désamorcer le mouvement de foule en empêchant que la première pierre soit lancée. Car, Jésus sait que dès que la première pierre serait lancée, l’imitation deviendrait très facile. Et, Marie Madeleine serait vite tuée.»

    Documentation

    Dumouchel, Paul et Jean-Pierre Dupuy. L'enfer des choses. René Girard et la logique de l'économie. Postface de René Girard. Paris, Seuil, 1979.

    Dumouchel, Paul, dir. Violence et vérité. Autour de René Girard. Actes du colloque sur René Girard de 1983. Paris, Grasset, 1985. Des contributions de René Girard, Jean-Pierre Dupuy, Jean-Marie Domenach et al.

    Politiques de Caïn. En dialogue avec René Girard. Paris, Desclée de Brouwer, 2004.

    Tobin Siebers, Philosophy and Its Other--Violence: A Survey of Philosophical Repression From Plato to Girard, Anthropoetics, vol. I, no 2 , décembre 1995

    Charles K. Bellinger, The Crowd is Untruth: A Comparison of Kierkegaard and Girard, Contagion: A Journal of Violence, Mimesis, and Culture, vol. 3, 1996, p. 103-119

    Jean-Claude Durbant, René Girard, un nouveau Tocqueville, Aller Simple en ligne, février 2000

    Michael Totschnig, La violence légitime - la loi de la violence, Université Paris VIII Vincennes, 1995

    Philippe Lançon, Girard, l'accident chrétien, Libération, 4 novembre 1999. À propos de Je vois Satan tomber comme l'éclair, Paris, Grasset, 1999; autre recension; recension du Fr. Philippe (Abbaye Saint-Martin de Monday)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-03-07
    Loading
    Informations
    Références
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    1923, Avignon, France
    Documents Associés
    Anthropoetics
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.