• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Ptolémée

    Astronome, géographe, mathématicien et physicien grec.

    "Dans toutes les tentatives des ses prédécesseurs, mettre l’ordre et l’unité; reprendre sur nouveaux frais et conduire jusqu’à l’achèvement les essais qui n’avaient été qu’ébauchés; construire ainsi un système logiquement agencé où la Science astronomique tout entière se trouvât exposée; tel est le but que le géomètre de Péluse fixe à ses efforts; il l’atteint aussi parfaitement qu’il est donné à l’esprit humain de réaliser un idéal.

    Le désir d’écrire un traité qui fût, à la fois, très complet et parfaitement ordonné se marque dans le titre même que Ptolémée donne à son principal ouvrage; il le nomme: La grande composition mathématique de l’Astronomie (…). Dans leur admiration pour ce livre, les Arabes l’ont appelé le Grand, al Majesti, et les astronomes chrétiens du Moyen-Age lui ont conservé ce nom d’Almageste.

    Et vraiment, l’Almageste mérite l’admiration dont il fut entouré pendant tant de siècles. Après que la révolution astronomique dont Copernic fut l’initiateur eut abouti aux Principes de Newton, il fut de mode de traiter avec un dédain moqueur l’œuvre qui coordonnait le système géocentrique longtemps en vigueur. Les astronomes se comportaient en enfants ingrats, frappant le sein qui les a nourris. Comment Copernic eût-il pu faire prévaloir les avantages de sa théorie sur la doctrine précédemment admise, s’il n’avait eu à sa disposition les observations et les tables multiples des Georges de Peurbach et des Régiomontanus eussent-ils fait leurs observations et dressé leurs tables s’ils n’avaient été constamment guidés par les canons que prescrivait l’Astronomie de l’Almageste? Du IIe siècle de notre ère au XVIe siècle, les doctrines de Ptolémée ont fait régner l’ordre dans la science astronomique; ordre provisoire, il est vrai, auquel la théorie de la gravitation universelle devait un jour substituer une classification différente et singulièrement plus parfaite; mais ordre indispensable, sans lequel la classification définitive ne fût, peut-être, jamais parvenue à s’établir."

    Pierre Duhem, Le système du monde I. La cosmologie hellénique. Reproduit à partir du tirage suivant : Paris, Hermann, 1988, p. 467.

    Biographie

    Notice biographique rédigée par un éminent savant français du 19e siècle :

    "On ne peut assigner avec certitude le lieu et la date de la naissance de Ptolémée, quoique pendant une longue suite de siècles il ait été considéré comme le plus grand astronome de l’antiquité, quoique ses nombreux admirateurs eussent même attaché à son nom l’épithète de divin. Ce qu’on peut affirmer, c’est qu’il vivait sous les règnes d’Adrien et d’Antonin, qu’il florissait vers l’an 130 de notre ère, et que sa mort arriva à une époque inconnue, mais postérieure au 22 mars de l’an 141 de notre ère.

    Nous ne connaissons, du reste , aucune particularité de sa vie. Quelques écrivains, se fondant sur la similitude des noms, ont prétendu qu’il était de la race royale des Ptolémées, qu’il ne voulut se faire un nom que par ses recherches scientifiques, et que, suivant cette pensée, il vécut uniquement occupé de la contemplation du ciel dans les ptères ou ailes d’un temple égyptien à Canope; mais tout cela est dénué de preuves. Ptolémée avait modestement intitulé son principal ouvrage, Composition ou syntaxe mathématique. Entre les mains des traducteurs arabes cet ouvrage est devenu le très-grand (Almagesti), et le d’Almageste lui est resté.

    On donnera une juste idée de l’admiration des savants de l’Orient pour l’Almageste, en rapportant qu’une des conditions du traité de paix conclu par les califes vainqueurs avec les empereurs de Constantinople, fut le don d’une édition manuscrite de l’ouvrage de Ptolémée.

    L’Almageste renferme une exposition claire du système astronomique qui porte le nom de son auteur, et des questions variées qui s’y rattachent; on y trouve aussi une description de tous les instruments qui, suivant Ptolémée, étaient nécessaires à l’observateur qui voulait perfectionner la science.

    Lorsque des astronomes se livrèrent à une étude minutieuse de l’Almageste, non pour apprendre simplement quelle était l’étendue des connaissances des Grecs sur l’astronomie, mais pour y puiser des éléments de nouvelles discussions, la réputation de Ptolémée reçut les plus grandes atteintes. Kepler, qui le premier vit combien il était difficile de concilier plusieurs des résultats de Ptolémée avec les observations modernes, ne voulut pas s’attaquer à la renommée jusque-là intacte de l’astronome d’Alexandrie. Il supposa qu’en quinze siècles il était arrivé dans le ciel de grandes perturbations. Mais Halley, Lemonnier, Lalande, Delambre, n’usèrent pas d’un tel ménagement; ils accusèrent Ptolémée d’avoir falsifié les observations anciennes d’Hipparque et quelquefois de se les être appropriées; d’avoir dissimulé avec soin celles des observations qui ne s’accordaient pas avec ses théories. Quoi qu’il en soit de ce débat, durant lequel des opinions contradictoires ont été soutenues par des hommes de premier mérite, il est certain qu’une de ses conséquences a été de faire descendre Ptolémée du rang que l’antiquité lui avait assigné et de donner la première place au vieux Hipparque.

    Les nombreux écrits de Ptolémée dont il nous resterait à parler, ne sont arrivés à la connaissance des modernes que par des traductions arabes. Nous ne mentionnerons ici que son Optique, dont il existe des traductions latines dans la grande bibliothèque de Paris, et à ce qu’il paraît dans une bibliothèque d’Italie. On trouve dans ce traité une table exacte des réfractions que la lumière éprouve en passant de l’air dans l’eau et dans le verre. Nous ne pouvions nous dispenser de citer le seul ouvrage de physique expérimentale que les anciens Grecs nous aient légué. Disons qu’on trouve dans ce traité, longtemps perdu, des notions justes, sinon des valeurs, de la réfraction atmosphérique, et cet énoncé parfaitement exact que cette réfraction va en augmentant depuis le zénith, où elle est nulle, jusqu’à l’horizon."

    François Arago (1786-1853), «Ptolémée », texte tiré des «Biographies des principaux astronomes», dans Oeuvres complètes de François Arago. Tome troisième. Notices biographiques. Volume 3. Publiées d'après son ordre sous la direction de M. J.-A. Barral. Paris, Gide et J. Baudry; Leipzig, T. O. Weigel, 1854, p. 160-162
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Documents Associés
    Claude Ptolémée
    Terre, étoiles
    Jacques Dufresne
    Raccourcis
    Ptolemy (Department of History and Philosophy of Science, University of Cambridge)

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.